GRÉVY JULES (1807-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jules Grévy, président de la République (1807-1891)

Jules Grévy, président de la République (1807-1891)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Jules Grévy

Jules Grévy
Crédits : Hulton Getty

photographie


Le sang-froid de Grévy, avocat, théoricien du droit, n'avait d'égal que sa maîtrise du langage : « Ses mots sont frappés en médaille » disait-on. La finesse d'esprit était réelle dans ce corps de grenadier. La fermeté de ses convictions républicaines ne se démentit jamais. Il avait débuté en 1848 en proposant un amendement fameux contre l'élection du président de la République au suffrage universel. Tenté par le gouvernement d'assemblée, il allait s'attacher à dépersonnaliser la fonction politique. Élu député du Jura en 1863 et 1869 au Corps législatif, il est à la tête de l'opposition républicaine. Il s'oppose, avec Thiers et Gambetta, à la déclaration de guerre en 1870. Élu président de l'Assemblée nationale (1871-1873), puis de la Chambre des députés à partir de 1876, il joua un rôle important dans la crise du 16 mai 1876. Le 30 janvier 1879, le maréchal président Mac-Mahon démissionna et le Congrès, réuni à Versailles, élut Jules Grévy président de la République. L'influence de celui-ci a été capitale pour l'avenir de la fonction et de l'exécutif face au législatif. Les prérogatives constitutionnelles du président de la République, compromises par Mac-Mahon (révocation des ministres, ajournement des Chambres et surtout dissolution) allaient être mises en sommeil. Pourtant il allait apporter un soin tout particulier au choix des ministres et particulièrement au choix de celui chargé de constituer le ministère, qui deviendra le président du Conseil, sur lequel la Constitution de 1875 était muette. C'est ainsi qu'il s'efforça, non sans complicité parmi les républicains, d'écarter Gambetta de la présidence du Conseil, puis, avec l'aide de Clemenceau, de miner le « grand ministère » que Gambetta ne dirigea que soixante-treize jours à partir de novembre 1881. Le choix du président du Conseil, effectué par Grévy, chef de l'État, a entraîné un affaiblissement de l'institution du président de la République et de celle même de président du Conseil, en dissociant les notions de chef de l'exécutif et de leader parlementaire ; c [...]

Jules Grévy, président de la République (1807-1891)

Jules Grévy, président de la République (1807-1891)

Photographie

Léon Bonnat, Jules Grévy, président de la République. 1880. Huile sur toile, 152 cm X 116 cm. Musée national du Château et des Trianons, Versailles. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Jules Grévy

Jules Grévy

Photographie

Jules Grévy, élu président de la République en 1879. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  GRÉVY JULES (1807-1891)  » est également traité dans :

DU PREMIER EMPIRE À LA IIIe RÉPUBLIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 196 mots

1815 Rétablissement de la monarchie. 1830 « Trois Glorieuses » (27-29 juillet) : chute de Charles X, avènement de Louis-Philippe. Février 1848 Chute de Louis-Philippe, proclamation de la II e  République. 2 décembre 1851 Coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte. 2 décembre 1852 Proclamation du second Empire. Septembre 1870 Défaite de Sedan (le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-premier-empire-a-la-iiie-republique-reperes-chronologiques/#i_40771

FERRY JULES (1832-1893)

  • Écrit par 
  • Jean GARRIGUES
  •  • 2 146 mots

Dans le chapitre « Le fondateur de la IIIe République »  : […] Né le 5 avril 1832 à Saint-Dié, dans les Vosges, dans une famille bourgeoise et fortunée, il est le fils de l'avocat Charles-Édouard Ferry et d'Adèle Jamelot. Son père, libre-penseur, lui donne une éducation classique, libérale et agnostique. Il est notamment influencé par la pensée d'Auguste Comte, qui propose de renoncer à la recherche des causes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-ferry/#i_40771

SCHNÆBELÉ AFFAIRE (1887)

  • Écrit par 
  • Alfred WAHL
  •  • 571 mots

Banale affaire d'espionnage, l'affaire Schnæbelé a, en raison de la tension des rapports franco-allemands, failli déboucher sur une guerre, puis a donné le coup d'envoi à la crise boulangiste en France. L'Alsacien Guillaume Schnæbelé, ex-instituteur devenu commissaire de police, opte pour la France en 1871 ; il est affecté à la gare de Pagny-sur-Mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-schnaebele/#i_40771

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La crise du 16 mai 1877 et la République des républicains »  : […] Mac-Mahon se trouva en face d'une Chambre à majorité républicaine et d'un Sénat où les conservateurs l'emportaient de peu. Le suffrage universel continuait à renforcer la gauche. Les conservateurs tentèrent un coup d'arrêt avant d'être débordés : le 16 mai 1877, Mac-Mahon renvoya le président du Conseil, Jules Simon, républicain modéré et le rempla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_40771

Pour citer l’article

Armel MARIN, « GRÉVY JULES - (1807-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-grevy/