LE MONDE SELON TOPOR (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un théâtre de la cruauté

D’emblée, le visiteur est accueilli par un texte de Topor qui éclaire les lignes de force de son inspiration :

« […] Je veux que mon existence/ Soit une suprême offense/ Aux vautours qui s'impatientent/ Depuis les années quarante/ En illustrant sans complexe/ Le sang la merde et le sexe » (« Biographie », Pense-bêtes, 1992). Le sang, la merde, le sexe : autant d’éléments vitaux qui furent brutalement dévoilés au petit citadin, à l’enfant juif caché à la campagne dans une ferme de Savoie. L’exposition montre comment cette expérience structure l’œuvre, au plus près de la connaissance de l’homme, et donne une vision ordonnée de l’exubérance d’un créateur hors norme.

La presse, premier lieu d’expression public, nous conduit de plain-pied dans l’humour noir et intrigant de Topor. C’est l’époque des petits hommes en costume à chapeau melon placés dans des situations totalement incongrues, dont le premier dessin publié fit la couverture de la revue Bizarre (juillet 1958). De cette période aux suivantes, la maîtrise graphique de l’artiste accompagne une créativité inédite et dérangeante qui inaugure le courant de dessins dits « paniques ». La force expressive de certains motifs chers à Topor est mise en évidence, notamment dans un dessin publié en 1966 dans Hara-Kiri ‒ où un marteau enfonce la bouche d’un visage de profil ‒ pour aboutir à l’affiche publiée en 1976 par Amnesty International, sur le thème « La liberté d’opinion est-elle mortelle ? ».

La partie consacrée aux illustrations dévoile les intérêts éclectiques de ce passionné de livres. Un remarquable album géant, composé de lithographies réalisées à l’atelier Clot, Bramsen et Georges en 1975, expose les Nouvelles en trois lignes de Félix Fénéon. Topor illustre également Les Pensées échevelées (1991) de Stanislaw Jerzy Lec ‒ ce poète polonais amateur d’aphorismes –, ouvrage pour lequel il reprend en couverture un dessin de 1967 où le crâne est pelé au moyen d’un grand couteau. L’exposition est riche d’originaux rarement vus et montre des formats et des c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « LE MONDE SELON TOPOR (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-monde-selon-topor/