LE JOUR SE LÈVE, film de Marcel Carné

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classique français du « réalisme poétique » des années 1930, Le jour se lève vient après l'un des plus grands succès de Marcel Carné, Le Quai des brumes (1938), auquel il semble reprendre beaucoup d'éléments, aussi bien pour l'équipe (le dialoguiste Jacques Prévert, le décorateur Alexandre Trauner, le musicien Maurice Jaubert, et Gabin dans le rôle principal) que pour la thématique (la fatalité qui poursuit un homme simple). Cependant, le film fut moins bien accueilli, et parfois considéré comme un ressassement. Ce n'est que plus tard qu'il sera reconnu comme le chef-d'œuvre de Carné, notamment grâce au critique André Bazin.

Marcel Carné (1906-1996) connaîtra ensuite de grands triomphes pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale, avec deux films en costumes : le conte médiéval Les Visiteurs du soir (1942), et le mélodrame romantique Les Enfants du paradis (1945). Cependant, en dépit du succès public de films « dans l'air du temps », comme Les Tricheurs (1958), il aura du mal à retrouver la force de ses débuts, à l'exception d'un Thérèse Raquin (1953), d'après l'œuvre d'Émile Zola.

Le jour se lève est donc le classique de son auteur, s'inspirant d'un cinéma muet encore assez proche et de la tradition allemande de ce qu'on a appelé le Kammerspiel, que Carné a su transposer avec succès dans le cadre français : la « pièce de chambre », le drame épuré situé dans un nombre limité de décors et dans un milieu social modeste, débouchant sur une fin tragique pressentie au début.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  LE JOUR SE LÈVE, Marcel Carné  » est également traité dans :

CARNÉ MARCEL (1909-1996)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 1 500 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Deux mythes cinématographiques »  : […] Deux chefs-d'œuvre encadrent la période de la guerre. Le premier, Le jour se lève (1939), verra son importance minimisée en regard des préoccupations du moment ; le second, Les Enfants du paradis , commencé sous l'Occupation et sorti en mars 1945, sera le film du triomphe sur l'adversité , entretenant l'illusion d'une continuité du cinéma français au-de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-carne/#i_37683

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « LE JOUR SE LÈVE, film de Marcel Carné », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-jour-se-leve/