PĀLI LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pāli est la langue des anciennes Écritures du bouddhisme méridional, aujourd'hui encore pratiqué à Sri Lanka et dans les pays occidentaux de la presqu'île indochinoise : Birmanie, Laos, Thaïlande, Cambodge (Kampuchea). C'est une langue littéraire, composite, de type haut moyen-indien occidental, qui cependant intègre un assez grand nombre de formes orientales (« magadhismes »). Au reste, « pāli » signifie d'abord « ligne », « norme » ; par suite, le « texte » sacré du canon ; c'est à partir du xviie siècle qu'on voit le terme appliqué à la langue du vaste corpus que constituent les Écritures canoniques des bouddhistes theravādin, de leurs commentaires et des traités qui s'y rattachent.

La littérature, extrêmement abondante, comprend d'abord le canon, puis une masse paracanonique très diversifiée. Le canon est constitué « de trois corbeilles » (Ti-piṭaka) dont les autres sectes bouddhiques ont des parallèles plus ou moins proches : celle des « textes », celle de la « discipline », celle de la scolastique. C'est à la première qu'appartiennent les œuvres pāli les plus célèbres, littérairement les plus savoureuses : Dhammapada et, plus encore, Jātaka. La littérature paracanonique comprend une énorme quantité de commentaires (ceux de Buddhaghosa, ve siècle, ayant une autorité quasi canonique), de sous-commentaires, etc., des traités techniques, notamment sur la grammaire, ainsi que des chroniques en vers, influencées par la poétique sanskrite.

Toute cette littérature a été connue, commentée, enrichie, dans la péninsule indochinoise, particulièrement en Birmanie, après le xe siècle. Les Môns ont même utilisé le pāli à des fins, pour ainsi dire, profanes : dans l'élaboration de leurs codes de lois et dans la constitution d'anthologies de « belles paroles ». L'œuvre qu'ils ont accomplie a été connue – et partiellement adaptée – par leurs voisins du Laos, du Siam, du Cambodge. Les langues de cette région ont d'ai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PALI LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - La formation des États indianisés

  • Écrit par 
  • Janice STARGARDT
  •  • 4 709 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les grandes villes pyues »  : […] Au premier rang se trouvent les résultats des recherches du Service archéologique birman. Des fouilles systématiques menées sur les sites de trois grandes villes pyues, Beikthano , Halin et Śrī Kṣetra, dont l'aire fortifiée est respectivement de 9, 6 et 9 kilomètres carrés, ont bien enrichi la documentation concernant les origines de la civilisation en Birmanie et ont permis de rapporter la chron […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-du-sud-est-art-et-archeologie-la-formation-des-etats-indianises/#i_22791

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 119 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Une littérature perpétuellement renaissante »  : […] La littérature birmane connue est jeune. Les premières œuvres qui nous soient parvenues datent de la seconde moitié du xv e siècle. La civilisation birmane a commencé de s'épanouir au xi e  siècle ; elle succédait à une civilisation mōn florissante. Les Mōn avaient une écriture et une littérature dont bénéficièrent leurs conquérants. Par la suite, l'hégémonie culturelle fut tantôt mōn, tantôt bi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/birmanie-myanmar/#i_22791

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les schismes et les sectes »  : […] La communauté monastique ne demeura unie que pendant un siècle après le Parinirvāṇa, puis elle se divisa en une vingtaine de sectes au cours des cinq ou six siècles qui suivirent. Si vives qu'aient été les querelles aboutissant à ces divisions, les relations demeurèrent en général assez bonnes entre les adhérents de ces divers groupes et ne donnèrent que rarement lieu à des conflits aigus. Le prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_22791

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'extinction du Buddha à Kaniṣka »  : […] De nos jours, les bouddhistes de Sri Lanka et de l'Asie du Sud-Est placent l'« extinction » ( nirvāṇa ) du Buddha en 543 avant J.-C. La critique moderne propose plusieurs hypothèses, en fonction, d'une part, de la date du sacre d' Aśoka (257 ou 267 av. J.-C.) et, d'autre part, d'une donnée de la tradition singhalaise qui place deux cent dix-huit ans entre le nirvāṇa et ce sacre ou des sources sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_22791

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 1 504 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les vies antérieures du Buddha »  : […] Le Buddha, qui dispose du pouvoir surnaturel de connaître ses existences antérieures ( jātaka), les a souvent narrées pour édifier son auditoire. Ces récits, qui le montrent sous les incarnations les plus diverses, animales ou humaines, sont pour la plupart des reprises de contes prébouddhiques ; la littérature bouddhique en donne plusieurs recensions, la plus importante étant le « Livre des jāta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-arts-et-architecture-representations-des-bodhisattva/#i_22791

BUDDHAGHOSA (Ve s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 348 mots

Le plus grand commentateur bouddhique de langue pâli. L'histoire de la vie de Buddhaghosa est difficile à démêler des légendes qui ont été tissées autour de lui. Né au Magadha, dans une famille brahmanique, il est converti au bouddhisme par Revata. Arrivé à Ceylan pour y étudier les commentaires de Mahinda, il s'établit au Mahâvihâra où les moines le mettent à l'épreuve avant de lui confier les te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/buddhaghosa/#i_22791

BURNOUF EUGÈNE (1801-1852)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 191 mots

Orientaliste français, dont les travaux permirent pour la première fois en Europe de connaître la langue de l'Avesta, appelée alors le zend, Burnouf publia en 1826, en collaboration avec Christian Lassen, un Essai sur le pâli , et, l'année suivante, des Observations grammaticales sur quelques passages de l'essai sur le pâli . Sa grande œuvre fut ensuite le déchiffrement des manuscrits zend rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-burnouf/#i_22791

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Les grammaires de l'indo-aryen moyen et moderne »  : […] Parmi les langues dérivées du sanskrit, le pāli, langue des écritures bouddhiques, et quelques prakrits (mahārāṣṭrī, etc.), véhicules d'une littérature de cour raffinée, ont été l'objet de grammaires rédigées soit en sanskrit, soit dans la langue décrite. Leur métalangue est celle de Pāṇini. Leur modèle de description est aussi pāninéen. Une différence importante cependant tient à ce que la gramm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_22791

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pāli »  : […] De tous les dialectes moyen-indiens, le plus voisin du sanskrit est le pāli (proprement « ligne » [du texte sacré] par opposition au « commentaire » juxtalinéaire qui accompagnait traditionnellement le texte). Il a servi à noter tout d'abord les Écritures du bouddhisme méridional de la secte des Theravādin et, jusqu'à une époque récente, la vaste littérature composée par les nombreux commentaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_22791

JĀTAKA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 352 mots

Le canon bouddhique en pāli est divisé en trois « Corbeilles » ( Pitaka ), respectivement consacrées aux règles de la vie monastique, à la morale, à la dogmatique. C'est dans la deuxième, dite Sutta-Pitaka (« Corbeille des prescriptions morales »), que se trouve le recueil célèbre des Jātakas (les « Nativités »). Il comporte quelque cinq cents récits, en prose mêlée de vers, où sont contées les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jataka/#i_22791

MAGADHA

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 282 mots

Au ~ vi e siècle, des confédérations, formées par les tribus âryennes ou âryanisées de l'Inde du Nord et du centre, surgirent des « États ». L'un d'eux, le Magadha, prit un rapide essor dû, peut-être, à ses gisements de minerais. Ce royaume s'étendait depuis la vallée du Gange (avant que celui-ci ne se divise en plusieurs bras pour se jeter dans l'océan Indien) sur la partie méridionale du Bihār […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magadha/#i_22791

MILINDA QUESTIONS DE

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 313 mots

On trouve dans la littérature bouddhique en pāli un ouvrage exceptionnel : Les Questions de Milinda ( Milinda-pañha ) qui se présente comme un dialogue entre le moine bouddhiste Nāgasena et le roi grec de Bactriane Ménandre (en pāli, Milinda). Au début du texte, Siālkot ( Sakala ), capitale du royaume, est présentée comme une ville importante que fréquentent les propagandistes des diverses religi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/questions-de-milinda/#i_22791

SINGHALAISES ou CINGALAISES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Stella SANDAHL
  •  • 2 279 mots

Dans le chapitre « Description diachronique et description synchronique »  : […] Le singhalais est issu de la langue des colonisateurs aryens venus à Sri Lanka au v e  siècle avant J.-C. Il y a deux théories quant à l'origine des colons : l'une dit qu'ils vinrent du nord-est de l'Inde, c'est-à-dire du Bengale (Shahidullah), l'autre qu'ils émanaient du nord-ouest. Dans ce dernier cas, le singhalais serait apparenté au marāṭhī et au gujrātī. La question n'est pas et ne peut pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/singhalaises-cingalaises/#i_22791

Voir aussi

Pour citer l’article

Colette CAILLAT, « PĀLI LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-pali/