EGMONT LAMORAL comte d' (1522-1568)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membre de la maison d'Egmont originaire des Pays-Bas, Lamoral comte d'Egmont est surtout connu aujourd'hui par le drame que Goethe a écrit sur lui et par l'ouverture et la musique de scène composées par Beethoven pour ce drame. Dans l'histoire des Pays-Bas, il est l'un des premiers à souhaiter soustraire son pays à la tutelle étrangère. Il a servi loyalement l'Espagne au début de sa carrière. Il a même accompagné l'empereur Charles Quint dans son expédition contre Alger. Nommé, en raison des services rendus, capitaine général de la cavalerie royale, puis chevalier de la Toison d'or, il est l'un des protégés et des favoris de Charles Quint, dont il sait servir les intérêts et les ambitions. On le voit à la tête des armées espagnoles lancées contre la France à Saint-Quentin en 1557 et à Gravelines en 1558. Philippe II d'Espagne lui est reconnaissant d'avoir négocié avec Granvelle son mariage avec Marie Tudor et le nomme capitaine général des Flandres. Egmont espère que sa fidélité sera récompensée et que les Pays-Bas obtiendront au sein de l'Empire espagnol une place privilégiée. Il entend surtout que soient respectées les franchises locales et les libertés nationales de son pays. Or, Philippe II répond à ces espérances en installant des tribunaux d'inquisition qui mènent contre les calvinistes une lutte implacable. Déçu, le comte d'Egmont refuse alors de servir l'Espagne et il participe au soulèvement des Flandres en 1563, ce qui entraîne la disgrâce de Granvelle. L'année suivante, malgré une mission de conciliation du comte d'Egmont auprès de Philippe II, ce dernier durcit sa position et envoie aux Pays-Bas en 1567, le duc d'Albe, connu pour son fanatisme et ses méthodes expéditives. Egmont est arrêté en 1567, emprisonné pendant neuf mois et finalement décapité à Bruxelles avec le comte de Hornes pour complot et crime de lèse-majesté. La mort du comte d'Egmont, considéré par ses compatriotes comme un héros de la résistance à l'oppression étrangère et comme le premier martyr de l'indépendance des Pays-Bas, donnera le signal d'une révolution. Mais déjà, tel un symbole, la puissante famille d'Egmont avait en 1551 donné en mariage Anne d'Egmont, comtesse de Buren, à Guillaume le Taciturne, d'où est issue l'actuelle famille royale hollandaise. Ce prince, à son tour, a combattu pour faire reconnaître l'indépendance des Provinces-Unies.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  EGMONT LAMORAL comte d' (1522-1568)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le soulèvement contre Philippe II »  : […] Charles Quint abdiqua à Bruxelles en 1555, laissant les Dix-Sept Provinces à son fils Philippe II. Éduqué en Espagne, ce dernier ne parlait aucune des langues nationales et ne comprenait ni l'esprit tolérant ni l'aversion pour l'absolutisme de ses sujets. Profondément catholique, Philippe II se posait en champion du concile de Trente, du centralisme à outrance et de la persécution des protestants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_22652

GUEUX LES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Né de l'opposition sociale, politique et religieuse à l'autorité de Philippe II dans les Flandres et les Pays-Bas du xvi e siècle, le mouvement des « gueux » exprime à la fois le mécontentement populaire, responsable de la flambée d'iconoclasme, et les revendications des nobles et des notables calvinistes. Écrasée dans les provinces du Sud, la gu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-gueux/#i_22652

HORNES ou HOORN PHILIPPE II DE MONTMORENCY-NIVELLE comte de (1524 env.-1568)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 250 mots

Fils de Joseph de Montmorency-Nivelle et d'Anne d'Egmont, le comte de Hornes, qui a hérité de son beau-père, le second mari de sa mère, le comté de Hornes et porte son nom, appartient à la riche noblesse des Pays-Bas, et il sert loyalement l'Espagne au cours de la majeure partie de sa carrière. Nommé successivement grand veneur, chevalier de la Toison d'or, chef du Conseil d'État des Pays-Bas, cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hornes-hoorn/#i_22652

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « EGMONT LAMORAL comte d' (1522-1568) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamoral-egmont/