HORNES ou HOORN PHILIPPE II DE MONTMORENCY-NIVELLE comte de (1524 env.-1568)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de Joseph de Montmorency-Nivelle et d'Anne d'Egmont, le comte de Hornes, qui a hérité de son beau-père, le second mari de sa mère, le comté de Hornes et porte son nom, appartient à la riche noblesse des Pays-Bas, et il sert loyalement l'Espagne au cours de la majeure partie de sa carrière. Nommé successivement grand veneur, chevalier de la Toison d'or, chef du Conseil d'État des Pays-Bas, chambellan et capitaine de la garde flamande du roi d'Espagne, amiral des Flandres et gouverneur de la Gueldre et de Zutphen, le comte de Hornes ne se contente pas de ces titres prestigieux ; il paye aussi de sa personne et se distingue par sa bravoure aux batailles de Saint-Quentin en 1557 et de Gravelines en 1558. Peu à peu sa méfiance à l'égard de l'autoritarisme espagnol aux Pays-Bas s'accroît et Hornes lie son sort à celui de Lamoral, comte d'Egmont, auquel il est apparenté. Il forme avec lui une sorte de ligue de seigneurs opposés à Granvelle, que Philippe II disgrâcie en 1564. Pour bien montrer son opposition résolue à la politique d'intimidation, puis de répression de Philippe II dans les Pays-Bas, le comte de Hornes renvoie ses insignes de la Toison d'or. Mais il ne croit pas à la rupture et refuse de s'enfuir, lorsque le duc d'Albe est nommé gouverneur des Pays-Bas en 1567. Ce dernier le fait arrêter avec Egmont et tous deux sont décapités à Bruxelles.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  HORNES ou HOORN PHILIPPE II DE MONTMORENCY-NIVELLE comte de (1524 env.-1568)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le soulèvement contre Philippe II »  : […] Charles Quint abdiqua à Bruxelles en 1555, laissant les Dix-Sept Provinces à son fils Philippe II. Éduqué en Espagne, ce dernier ne parlait aucune des langues nationales et ne comprenait ni l'esprit tolérant ni l'aversion pour l'absolutisme de ses sujets. Profondément catholique, Philippe II se posait en champion du concile de Trente, du centralisme à outrance et de la persécution des protestants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_22454

GUEUX LES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Né de l'opposition sociale, politique et religieuse à l'autorité de Philippe II dans les Flandres et les Pays-Bas du xvi e siècle, le mouvement des « gueux » exprime à la fois le mécontentement populaire, responsable de la flambée d'iconoclasme, et les revendications des nobles et des notables calvinistes. Écrasée dans les provinces du Sud, la gu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-gueux/#i_22454

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « HORNES ou HOORN PHILIPPE II DE MONTMORENCY-NIVELLE comte de (1524 env.-1568) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hornes-hoorn/