FÉDÉRALISTES, Révolution française

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La défaite des Girondins dans leur lutte contre les Montagnards, le 2 juin 1793, moment capital dans l'histoire de la Révolution française, a une signification moins sociale que géographique ; c'est la défaite de la province devant Paris, des partisans d'une fédération de départements contre les tenants de la centralisation. Une défaite qui pèsera lourd dans l'histoire politique de la France. Dans l'immédiat, c'est la révolte dite fédéraliste qui jette la France dans la guerre civile. Les Girondins en fuite ont tenté, en effet, de soulever les départements qui les avaient élus contre les Montagnards dont nombre de dirigeants ont été envoyés à la Convention par la capitale (pas tous néanmoins : Saint-Just est député de l'Aisne, Couthon du Puy-de-Dôme...). L'insurrection fédéraliste englobe soixante départements. Ses causes varient selon les régions et dépassent la simple action des Girondins : désir d'autonomie (Corse), mécontentement économique et peur du « maratisme » dans les ports et les grandes villes commerçantes, sentiments royalistes exacerbés, liens avec l'étranger se mêlent dans ce mouvement complexe qui multiplie les paradoxes (Lyon vote la Constitution de l'an I, mais s'insurge contre la Montagne). Le danger est considérable pour la Révolution. À Caen, les Girondins lèvent une armée de quatre mille hommes destinée à marcher sur Paris ; Paoli livre la Corse aux Anglais ; Montauban se soulève ; Toulon passe à l'ennemi ; les Vendéens traversent la Loire et se présentent devant Nantes...

L'instauration d'un gouvernement révolutionnaire fondé sur la politique de la Terreur a été la réplique de la Montagne à cette insurrection fédéraliste. L'armée de Caen est arrêtée à Vernon par des volontaires parisiens, et la plupart des chefs de la Gironde en fuite sont appréhendés ou découverts morts les uns après les autres. Lyon est réduit par les représentants en mission, Fouché et Coll [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  FÉDÉRALISTES, Révolution française  » est également traité dans :

PUISAYE JOSEPH comte de (1755-1827)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 309 mots

Issu d'une famille de vieille noblesse, colonel en 1783, Puisaye commence sa carrière politique en représentant la noblesse du Perche aux assemblées provinciales de 1787, puis est élu comme député de la noblesse aux États généraux, où il joue un petit rôle. À cette époque, il paraît peu favorable au courant réformateur. Cependant, il devient comman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-puisaye/#i_41254

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les éliminations internes (printemps-été de 1793) »  : […] Les Girondins, qui détiennent les ministères, voient la réalité du pouvoir leur échapper, les nouvelles institutions (Tribunal révolutionnaire, Comité de salut public, le 5 avril) étant contrôlées par les Montagnards. Ils sont en outre menacés de mort le 5 avril, lorsque est mise au vote une motion contre les députés ayant proposé, en décembre 1792 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41254

Pour citer l’article

Jean TULARD, « FÉDÉRALISTES, Révolution française », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/federalistes-revolution-francaise/