LA CHALOTAIS LOUIS RENÉ DE CARADEUC DE (1701-1785)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Rennes d'une famille de petite noblesse bretonne, La Chalotais, procureur général au parlement de Rennes, nous présente le portrait achevé d'un magistrat du xviiie siècle. Il va, en effet, consacrer le meilleur de ses forces à défendre les privilèges de son ordre au nom de l'intérêt général, le particularisme de sa province, alors qu'il est fervent adepte de la philosophie des Lumières. Ces contradictions s'alliaient chez lui à un caractère emporté et vindicatif, de plus, il se piquait de littérature ; Voltaire, qui ne l'aimait guère, prétendait qu'il écrivait avec un cure-dent trempé dans du vinaigre.

Le nom de La Chalotais est resté lié à deux affaires célèbres : celle des Jésuites et celle de Bretagne. Dans l'affaire des Jésuites (1761), La Chalotais prend parti violemment contre la Compagnie au nom de la loi naturelle violée, prétend-il, par leurs statuts ; en particulier, ils n'ont jamais abandonné la doctrine du régicide. Contre eux, il publie la même année son Compte rendu des constitutions des Jésuites. L'expulsion de l'ordre provoque la remise en cause de leur enseignement ; le procureur général écrit un Essai d'éducation nationale dans lequel il nie la valeur pédagogique de l'enseignement du latin, proposant de le remplacer par des langues vivantes.

Dans l'affaire de Bretagne, c'est La Chalotais qui anime la cabale contre d'Aiguillon, commandant de Bretagne au nom du roi ; c'est lui qui envoie les fameuses lettres anonymes qui vont lui valoir son incarcération dans une forteresse de Saint-Malo ; c'est lui qui, dès le début de l'affaire (1764), anime la fronde parlementaire et la sédition de la province ; c'est lui encore qui, de sa prison, écrit mémoires sur pamphlets pour envenimer le conflit. Son procès ne peut s'ouvrir puisque aucun parlement de France ne veut le juger, au nom de la solidarité qui unit ces cours en un seul corps. Le roi en personne se rend au parlement de Paris pour stigmatiser l'attitude des magistrats : « La magistrature ne forme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LA CHALOTAIS LOUIS RENÉ DE CARADEUC DE (1701-1785)  » est également traité dans :

AIGUILLON ARMAND DE VIGNEROT duc d' (1720-1788)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 435 mots

Fidèle serviteur de l'État mais n'étant apparemment doué d'aucun génie particulier, Armand de Vignerot, duc d'Aiguillon et pair de France, descend de Richelieu par la nièce de celui-ci, pour laquelle avait été acheté le duché d'Aiguillon ; le jeune Armand avait tout naturellement commencé sa carrière dans l'armée, ce qui le mena, en 1753, à être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-de-aiguillon/#i_37786

BRETAGNE AFFAIRE DE (1764-1771)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 611 mots

Conflit qui opposa, sous le règne de Louis XV, le procureur général du parlement de Rennes, La Chalotais, au duc d'Aiguillon, commandant en chef de la province de Bretagne par commission royale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-de-bretagne/#i_37786

Pour citer l’article

Solange MARIN, « LA CHALOTAIS LOUIS RENÉ DE CARADEUC DE - (1701-1785) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-chalotais-louis-rene-de-caradeuc-de/