BRETAGNE AFFAIRE DE (1764-1771)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conflit qui opposa, sous le règne de Louis XV, le procureur général du parlement de Rennes, La Chalotais, au duc d'Aiguillon, commandant en chef de la province de Bretagne par commission royale.

Depuis le début de la guerre de Sept Ans, le parlement de Bretagne soutenait une guerre d'escarmouches contre l'enregistrement d'impôts destinés à financer la guerre. Sur cette opposition entre cour souveraine et pouvoir royal s'était greffée une querelle personnelle entre La Chalotais et d'Aiguillon, ce dernier s'étant opposé à ce que la survivance de la charge de procureur passât au fils de La Chalotais, l'en estimant incapable. En 1764, sur requête des états de la province, le parlement refuse la levée de centimes additionnels (impôts indirects) et, le Conseil du roi ayant cassé son arrêt, il arrête son fonctionnement et démissionne. En même temps, le roi reçoit des lettres anonymes pleines de menaces et d'injures ; des experts reconnaissent l'écriture de La Chalotais, qui est arrêté et incarcéré avec son fils. Avec quelques magistrats restés fidèles et des maîtres des requêtes envoyés sur place, on reconstitue un parlement pour expédier les affaires courantes et juger La Chalotais. Mais ni ce parlement, appelé par dérision « bailliage d'Aiguillon », ni aucun des parlements de France, par solidarité de corps, ne veut connaître de l'affaire. Pour apaiser l'opinion publique, ameutée par les cours, Louis XV rappelle le duc d'Aiguillon et rétablit dans ses prérogatives l'ancien parlement de Rennes en 1769. L'affaire aurait pu en rester là si les parlementaires ulcérés n'avaient décidé de se venger sur la personne du lieutenant de Bretagne. Ils inculpent le duc d'Aiguillon d'abus de pouvoir, de dilapidation des fonds publics, de corruption de témoins. Le duc demande à comparaître devant le parlement de Paris. La Chalotais et d'Aiguillon désirent également la poursuite de la procédure ; le premier pour prouver qu'il est victime d'une machination mo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BRETAGNE AFFAIRE DE (1764-1771)  » est également traité dans :

AIGUILLON ARMAND DE VIGNEROT duc d' (1720-1788)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 435 mots

Fidèle serviteur de l'État mais n'étant apparemment doué d'aucun génie particulier, Armand de Vignerot, duc d'Aiguillon et pair de France, descend de Richelieu par la nièce de celui-ci, pour laquelle avait été acheté le duché d'Aiguillon ; le jeune Armand avait tout naturellement commencé sa carrière dans l'armée, ce qui le mena, en 1753, à être nommé commandant en chef du gouvernement de Bretagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-de-aiguillon/#i_42177

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 671 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La province et le royaume »  : […] L'histoire politique de la province est dominée par les états de Bretagne, c'est-à-dire par la noblesse. Sa situation est, en effet, très particulière. L'union, définitivement consacrée par l'Acte de 1532, fait du roi de France l'héritier des ducs. Le sommet de la pyramide sociale et politique reste donc vacant jusqu'à l'installation, tardive, de l'intendance (1688). Il est vrai qu'au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bretagne/#i_42177

LA CHALOTAIS LOUIS RENÉ DE CARADEUC DE (1701-1785)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 479 mots

Né à Rennes d'une famille de petite noblesse bretonne, La Chalotais, procureur général au parlement de Rennes, nous présente le portrait achevé d'un magistrat du xviii e  siècle. Il va, en effet, consacrer le meilleur de ses forces à défendre les privilèges de son ordre au nom de l'intérêt général, le particularisme de sa province, alors qu'il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-chalotais-louis-rene-de-caradeuc-de/#i_42177

MAUPEOU RENÉ NICOLAS CHARLES AUGUSTIN DE (1714-1792)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 805 mots

Le magistrat René de Maupeou (1688-1775), premier président du parlement de Paris en 1743, est mêlé aux affrontements entre Louis XV et le parlement (1754-1756) ; éclipsé par Lamoignon, rappelé en 1763, chancelier de France en 1768, il laisse sa place à son fils René Nicolas, avec la protection de Choiseul. Esprit clairvoyant, Maupeou discerne quels dangers la fronde des parlements fait courir à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-nicolas-charles-augustin-de-maupeou/#i_42177

Pour citer l’article

Solange MARIN, « BRETAGNE AFFAIRE DE - (1764-1771) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-de-bretagne/