LA BATAILLE D'ALGER, film de Gillo Pontecorvo

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un film d'investigation

La difficile réception, en France, de La Bataille d'Alger prouve combien le sujet a été, et reste, brûlant. D'abord, le film n'obtient son visa d'exploitation en France qu'en 1971. Ensuite, les cinémas qui ont le courage de le projeter font l'objet d'actes de vandalisme : la salle Saint-Séverin, à Paris, est plastiquée ; à Lons-le-Saunier, dans le Jura, un commando met l'écran en pièces et détruit la copie du film à l'acide sulfurique.

La Bataille d'Alger adopte un style documentaire, accentué par un noir et blanc très contrasté, qui laisse supposer, à tort, qu'il s'agit d'une enquête de terrain. Ce parti pris du réalisateur pose le problème de la vérité, le film ne pouvant en aucun cas, malgré la reconstitution minutieuse, prendre la valeur d'un authentique témoignage historique. Cette ambiguïté est accentuée par le fait que les personnages du film ne sont pas joués par des acteurs professionnels, hormis le rôle du colonel Mathieu, interprété par Jean Martin, à la tête des parachutistes français.

La mise en scène privilégie la violence du terrain sous forme d'images de reportage cadrées avec une réelle virtuosité technique. Elle donne à la photographie l'apparence d'images d'actualités saisissantes. Les deux figures essentielles du film, le colonel Mathieu, officier méticuleux et professionnel, et Ali la Pointe, résistant et héros de l'indépendance, se fondent dans cette histoire reconstituée. Leur affrontement psychologique à huis clos se mêle aux amples mouvements de foule dans les rues. La vie des Français d'Alger, décrite comme luxurieuse, sert de contrepoint schématique pour évoquer la destinée collective du peuple algérien. Sans mise en scène dramatisante, ni vraiment partisane, le film est surtout soucieux de décrire des faits au plus près. Sur un ton neutre, la voix off insère en continu les proclamations partisanes des deux camps. Le cinéaste impose peu à peu une vision globale des événements pour montrer l'engrenage de la violence. Vaincu par les parachutistes, au prix d'un quadrillage total de la ville, le terrorisme fournira les c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  LA BATAILLE D'ALGER, Gillo Pontecorvo  » est également traité dans :

PONTECORVO GILLO (1919-2006)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 834 mots

Né à Pise en 1919 dans une famille juive aisée, le réalisateur Gillo Pontecorvo fuit le fascisme et s'installe en France après l'instauration dans son pays des lois raciales de 1938. Diplômé de chimie, il gagne sa vie comme correspondant de plusieurs journaux italiens. Il fréquente les milieux antifascistes, d'abord à Paris, puis sur la Côte d'Azur. Rentré en Italie pour participer à la Résistance […] Lire la suite

Les derniers événements

3-8 mai 2001 France. Révélations sur la pratique de la torture pendant la guerre d'Algérie

Alger en 1957, le général Aussaresses, alors commandant, revendique notamment, sans remords, le rôle d'organisateur secret des opérations systématiques de tortures qui avaient lieu pendant la bataille d'Alger. Il affirme qu'il était couvert par les autorités politiques, et notamment par François Mitterrand, alors ministre de la Justice. Lors des précédentes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Kristian FEIGELSON, « LA BATAILLE D'ALGER, film de Gillo Pontecorvo », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-bataille-d-alger/