ROSI FRANCESCO (1922-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéaste italien Francesco Rosi est né le 15 novembre 1922 à Naples ; après des études de jurisprudence, il s'installe en 1946 à Rome, où il s'adonne au dessin et à la caricature. Après quelques mises en scène théâtrales, il devient assistant-metteur en scène de Visconti pour La terre tremble (La terra trema, 1948) et, plus tard, pour Bellissima et pour Senso. Jusqu'en 1955, il sera l'assistant de divers cinéastes : Antonioni pour Les Vaincus (I Vinti), Giannini pour Carosello napoletano, Emner, Monicelli. Sa collaboration au chef-d'œuvre de Zampa, Les Coupables (Processo alla citta, 1951), est particulièrement importante : il en est l'auteur et le scénariste. Il passe à la régie en 1957, année particulièrement difficile pour le cinéma italien, avec Le Défi, film qui est une enquête sur le racket des produits maraîchers à Naples. Malgré quelques défauts, entre autres l'histoire d'amour imposée par le producteur, le film avait des accents de vérité saisissante dans l'évocation du climat et révélait un tempérament de narrateur inné, robuste, rigoureux, connaissant parfaitement le montage. On décelait, dans le style, le double apport du cinéma américain (Kazan, Dassin) et du néo-réalisme italien. Le second film, I Magliari (1959), étudiait le racket entre les marchands ambulants du Sud émigrés en Allemagne. Le projet suivant, plus ambitieux, s'intitula provisoirement Sicile 1945-1960. Cela voulait être un essai historique sur la mafia. Le film prit ensuite le nom du bandit Salvatore Giuliano. Après s'être rendu sur les lieux des événements, Rosi se rendit compte qu'il devait changer totalement la structure narrative prévue : « Le choix de l'atmosphère fut fondamental pour la rigueur du style. J'ai ressenti la nécessité de tirer au clair les raisons historiques, sociales et politiques du personnage. J'ai donc réduit l'importance de l'homme Giuliano pour mettre en relief tout le contexte historique et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté d'histoire du cinéma de Rome, critique de cinéma

Classification


Autres références

«  ROSI FRANCESCO (1922-2015)  » est également traité dans :

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 255 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le film-opéra »  : […] Avec la réussite artistique et commerciale de La Flûte enchantée d' Ingmar Bergman , l'année 1975 marque une étape importante de l'histoire de la représentation de l'opéra au cinéma. Avec ce film, tourné dans le Théâtre du château royal de Drottningholm, près de Stockholm, Bergman crée en effet une forme cinématographique nouvelle où l'image et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-opera/#i_17445

GUERRA ANTONIO, dit TONINO (1920-2012)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

Écrivain et scénariste italien, Antonio Guerra est né à Sant'Arcangelo di Romagna le 16 mars 1920. Après avoir écrit plusieurs poèmes et romans, souvent en dialecte romagnol, il vient au cinéma en 1957 avec le scénario de Hommes et loups ( Uomini e lupi ), de Giuseppe De Santis, qu'il élabore en collaboration avec Elio Petri, futur cinéaste que Gu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerra-antonio-dit-tonino/#i_17445

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du cinéma italien (1960-1980) »  : […] Au début des années 1960, le cinéma italien affiche une éclatante santé. On peut en voir une preuve dans les films envoyés au festival de Cannes : La dolce vita (Fellini) et L'avventura (Antonioni) en 1960, La Fille à la valise (Zurlini), La ciociara (V. De Sica), La viaccia (Bolognini) en 1961, Divorce à l'italienne (Germi) et L'Éclipse ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-le-cinema/#i_17445

VOLONTE GIAN MARIA (1933-1994)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 629 mots

Le cinéma italien des années 1960 et 1970 avait le cœur assez large pour qu'y cohabitent le génie visionnaire de Fellini, l'élégance inquiète d'Antonioni, les derniers flamboiements de Visconti et un cinéma civique qui se voulait responsable et engagé. Des films de Francesco Rosi, d'Elio Petri, des frères Taviani, de Giuliano Montaldo. Des films q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gian-maria-volonte/#i_17445

Pour citer l’article

Aldo TASSONE, « ROSI FRANCESCO - (1922-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-rosi/