LAMENNAIS FÉLICITÉ DE (1782-1854)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Voir, comme on le fait parfois, dans la rupture de Lamennais avec le catholicisme romain une réaction d'orgueil blessé après la condamnation de Paroles d'un croyant, et tenir sa révolte pour un affrontement purement personnel avec le pape Grégoire XVI, c'est risquer de passer à côté du drame qui s'est joué dans l'Église du xixe siècle et dont « Féli » a été un des principaux acteurs.

Par son œuvre et son action, il a lutté contre la tiédeur de certains catholiques, contre les compromissions du clergé avec le pouvoir temporel, et recherché un idéal chrétien plus pur, plus évangélique.

Le nouveau « Père de l'Église »

Ce petit homme à la mine chétive, malingre, qui souffrit toute sa vie d'une dépression de l'épigastre, est né à Saint-Malo, la ville des corsaires. Très tôt orphelin de mère, il est confié par son père, armateur et négociant, à la garde de son frère Jean et de son oncle Robert des Saudrais ; autodidacte, n'ayant reçu aucune formation dans un séminaire, c'est presque contraint par ses amis ou son directeur de conscience, l'abbé Carron, qu'il accepte de recevoir les ordres mineurs, puis la prêtrise, en 1816. Prenant au sérieux le caractère irrévocable de son engagement sacerdotal, Féli, comme l'appelle son frère, n'a pas cependant la vocation d'un « recteur » de paroisse bretonne, il est plutôt soucieux de trouver dans l'Église une autre place, qui lui convienne mieux : c'est la plume qui lui permet de gagner très vite une gloire qui le plaça au rang de nouveau « Père de l'Église » et peut-être – cela n'a jamais pu être prouvé – lui valut, en 1826, d'être nommé cardinal in petto par Léon XII.

Les deux premiers volumes de l'Essai sur l'indifférence (1817 et 1820) furent accueillis avec enthousiasme : les catholiques, qui n'avaient pas eu de grand polémiste face à Voltaire ou aux encyclopédistes du xviiie siècle, venaient de trouver enfin un héros qui ne répugnait pas au corps à corps, et prétendait prouver que le philosophe individualiste était un être anormal, une sorte d'hérétique au genre humain, puisque hors du sens c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à la faculté des lettres de Brest

Classification


Autres références

«  LAMENNAIS FÉLICITÉ DE (1782-1854)  » est également traité dans :

AVENIR L'

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 559 mots

Quotidien parisien qui parut du 16 octobre 1830 au 15 novembre 1831. Après son départ du Drapeau blanc , Lamennais inspira le Mémorial catholique (janvier 1824-été de 1830) de l'abbé Gerbet et le premier Correspondant (1829-1831). La révolution de 1830 offrait à Lamennais et à ses fidèles des chances nouvelles de se faire entendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-avenir/#i_3634

CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 7 261 mots

Dans le chapitre « Catholicisme et libéralisme, dogmatisme et irréligion »  : […] En Europe occidentale, le libéralisme tend alors à s'imposer comme la philosophie dominante : les institutions politiques, l'économie, les relations sociales s'en inspirent. Il imprègne les codes et les mentalités. Le libéralisme catholique est une variante de ce grand courant dominateur. À essayer de jeter un trait d'union entre catholicisme et libéralisme, il rencontre de grandes difficultés : l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-liberal-et-catholicisme-social/#i_3634

DRAPEAU BLANC LE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 414 mots

Vaudevilliste à succès sous la Convention thermidorienne, le Directoire, le Consulat et l'Empire, Alphonse Martainville (1776-1830) avait rallié très tôt la cause des Bourbons et écrivit à partir de 1815 successivement dans Le Journal de Paris , La Gazette de France et La Quotidienne avant de fonder, en janvier 1819, sa propre feu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-drapeau-blanc/#i_3634

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Vers un universalisme chrétien : le cénacle de La Chênaie »  : […] Le mouvement humaniste n'était certes pas majoritaire dans le pays ni dans l'Université du xvi e  siècle, mais il représentait une minorité active, soutenue par le roi et la cour. Il s'agissait d'un foyer de culture privilégié, alors qu'il arrive souvent que les contours soient moins nets, l'institution plus précaire. Le cénacle de La Chênaie est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_3634

LACORDAIRE HENRI DOMINIQUE (1802-1861)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 865 mots

Fils d'un ancien médecin de la marine, Henri Lacordaire fit ses études au lycée puis à l'école de droit de Dijon, et devint avocat stagiaire à Paris en 1823. Il se convertit en 1824 et entra presque aussitôt au séminaire d'Issy. Ordonné prêtre le 22 septembre 1827, nommé chapelain de la Visitation (févr. 1828) puis second aumônier du lycée Henri-IV (1829), il entretenait en lui sans relâche l'ambi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-dominique-lacordaire/#i_3634

MIRARI VOS ENCYCLIQUE (1832)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 614 mots

Promulguée par le pape Grégoire XVI, l'encyclique Mirari vos fut publiée le 15 août 1832. Le Saint-Siège ayant été de divers côtés, y compris par Lamennais lui-même, saisi au sujet des doctrines de L'Avenir , l'examen en fut confié à la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Les consulteurs furent unanimes à estimer que le pape ne po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclique-mirari-vos/#i_3634

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis LE GUILLOU, « LAMENNAIS FÉLICITÉ DE - (1782-1854) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felicite-de-lamennais/