Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KALPA

Le mot sanskrit kalpa signifie d'abord « agencement » et équivaut, dans la littérature védique, à rita (ṛta), qui désigne à la fois l'ordre cosmique, le rite et l'art, grâce à quoi les hommes parviennent à l'harmonie (autre sens du mot rita) avec l'énergie universelle. Cependant, kalpa se réfère plutôt à la liturgie en tant qu'elle est la mise en scène, sur le plan humain, du drame cosmique vécu par les dieux. C'est pourquoi les traités rituels védiques s'appellent kalpasūtra, « propositions normatives concernant l'agencement des actes rituels ». Progressivement, c'est la notion d'« agencement du temps » qui prévaut, et, dans l'hindouisme proprement dit, aussi bien que dans le bouddhisme et le jaïnisme, kalpa en vient à désigner, de façon spécifique, l'agencement de la durée, le cycle cosmique. Les trois religions s'accordent alors (à partir du ~ vie s.) pour appeler kalpa la « grande année » universelle, divisée en périodes de temps (que l'hindouisme nomme manv-antara, « intervalle de temps régi par un manu ») identiques dans leur structure quadripartite. Chacune des composantes de cette structure porte le nom de yuga, et c'est ainsi que se succèdent le krita-yuga (kṛtayuga), semblable à l'âge d'or d'Hésiode ; puis le tréta-yuga (tretayuga), âge d'argent ; le dvâpara-yuga (dvāparayuga), âge de bronze ; enfin, le pire de tous, le kali-yuga (kaliyuga), celui dans lequel nous vivons actuellement. À la fin de chacun de ces manvantaras, une catastrophe cosmique (du type du Déluge, par exemple) intervient, et, après la destruction du monde terrestre, se produit la résurrection de notre sphère d'existence dans sa perfection sans tache. À la fin du kalpa lui-même (dont on affirme le plus souvent qu'il est formé de douze manvantaras), c'est l'Univers tout entier (et pas seulement notre Terre) qui disparaît : en fait, toute forme d'existence se résorbe en brahman avant de se déployer de nouveau à l'aube d'un nouveau kalpa, et ainsi de suite, pour l'éternité.

Signalons enfin que la philosophie indienne, tant bouddhique qu'hindoue, utilise parfois le mot kalpa pour désigner les « agencements » mentaux, les constructions de l'esprit qui n'ont pas d'être propre, dans la mesure où elles n'existent que par elles-mêmes, indépendamment de la réalité sensible (même si les éléments de ces constructions sont d'origine sensible). En ce sens, kalpa équivaut à peu près à ce que nous nommons « imagination » (à condition de donner à ce mot la signification la plus « irrationnelle » possible).

— Jean VARENNE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Pour citer cet article

Jean VARENNE. KALPA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ESCHATOLOGIE

    • Écrit par
    • 6 366 mots
    • 1 média
    ...cycles cosmiques de création et de destruction. Selon une alternance d'une parfaite régularité, l'univers oscille entre des phases de manifestation ( kalpa) et des phases d'occultation ou de dissolution (pralaya), véritables jours et nuits cosmiques dont la durée s'étend sur des milliards d'années....
  • HINDOUISME

    • Écrit par
    • 9 148 mots
    • 4 médias
    ...explicité que dans les ouvrages proches du début de l'hindouisme, Lois de Manu ou certains textes de l'Épopée. Chaque période d'émergence ( kalpa), dite « jour de Brahmā », se subdivise en quatre périodes intermédiaires ( yuga) qui vont en décroissant dans l'ordre de l'excellence et...
  • KALPA-SŪTRA

    • Écrit par
    • 230 mots

    À côté de recueils de formules et de chants liturgiques, le Veda contient de nombreux traités rituels dans lesquels l'ordonnance (en sanskrit, kalpa) du culte est minutieusement décrite. Ces traités se présentent traditionnellement sous la forme de sūtra, c'est-à-dire d'enchaînements de...

  • MANU

    • Écrit par
    • 1 284 mots
    ...mahāyuga compose ce qu'on appelle « jour de Brahmā » ; c'est à cet ensemble que certaines traditions indiennes réservent le terme de kalpa. Chaque kalpa comportera donc quatorze créations de l'univers et quatorze Manu. Comme il arrive aux dieux traditionnels du panthéon brahmanique,...