Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JURISCONSULTE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Étymologiquement, le terme de jurisconsulte désigne celui qui donne des consultations juridiques, mais il s'entend plus largement de tout juriste ayant une activité de consultant ou d'enseignant (par la formation orale ou par la rédaction d'œuvres juridiques). Si l'Orient et la Grèce ancienne ont eu un droit et de très grands penseurs, elles n'ont pas connu de jurisconsultes. Il semble qu'en Orient le droit n'ait jamais connu un développement doctrinal ; en tout cas, aucune œuvre de doctrine juridique ne nous est parvenue. En Grèce, la réflexion juridique fut surtout l'œuvre des philosophes. Rome, au contraire, connut de grands jurisconsultes qui sont l'une des gloires de l'héritage romain. Les plus anciens remontent au ~ iie siècle : Sextus Aelius Paetus Catus, consul en ~ 198, et les trois « fondateurs du droit civil », Manilius, consul en ~ 149, Junius Brutus et Publius Mucius Scaevola, consul en ~ 95. Sous l'Empire, ont peut citer : Capito, consul en 5, Labeo, Sabinus et son élève Cassius Longinus, consul en 30, Javolenus, consul entre 83 et 90, les deux Nerva (le père et le fils), Proculus, Celse le père et surtout son fils, consul pour la seconde fois en 129, Julien, élève de Javolenus et l'un des plus grands esprits de la jurisprudence romaine au iie siècle ; Africain, Pomponius, Gaius, Marcellus, Scaevola à l'époque des Antonins ; puis, dans les dernières années du iie et au début du iiie siècle, on trouve les trois grands noms de Papinien, Paul et Ulpien, tous trois juristes et hauts fonctionnaires de l'empereur ; enfin, Marcien et Modestin. Cette longue série de jurisconsultes s'arrête au début du iiie siècle, non que le droit romain ait alors cessé de se développer et de s'adapter aux transformations de la société, mais parce que l'activité des juristes se perd dans l'anonymat des bureaux impériaux ou se borne à des œuvres plus sommaires et souvent médiocres dont les véritables auteurs nous sont inconnus. La valeur des jurisconsultes classiques, qui, bien souvent, sont surtout et parfois exclusivement connus par les fragments de leurs écrits recueillis dans le Digeste de Justinien, tient aussi bien à la rigueur et à la clarté de leurs exposés qu'aux facultés de libre création ; grâce à celles-ci, ils ont su adapter le droit aux besoins de leur époque, tout en gardant présent à l'esprit un souci de justice et d'équité, d'inspiration le plus souvent stoïcienne.

— Jean GAUDEMET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Pour citer cet article

Jean GAUDEMET. JURISCONSULTE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CITATIONS LOI DE VALENTINIEN III dite LOI DES

    • Écrit par
    • 613 mots

    Cette « loi » est un passage, le plus célèbre, d'une constitution impériale donnée à Ravenne le 7 novembre 426 et adressée au Sénat de Rome. Le texte se propose de fixer une hiérarchie d'autorité dans les opinions des jurisconsultes classiques. En effet, au début du ve siècle,...

  • PANDECTES ou DIGESTE

    • Écrit par
    • 449 mots

    Par ce terme d'origine grecque — pandectai, qui contient tout —, on désigne un recueil juridique, compilé sur l'ordre de l'empereur Justinien (527-565) et qui est plus connu sous son nom latin de Digeste. Les Pandectes sont formées de passages repris aux œuvres des jurisconsultes romains...

  • PROCULIENS

    • Écrit par
    • 358 mots

    École de jurisconsultes romains qui tire son nom de Proculus, juriste contemporain et rival de Sabinus, dans la première moitié du ier siècle. Elle compte parmi ses principaux représentants : Labéon (préteur vers 5) ; Proculus ; les deux Nerva ; Pégasus, préfet de Rome sous Vespasien ; Neratius...

  • ROMAIN DROIT

    • Écrit par
    • 6 341 mots
    ...siècle avant J.-C., l'interprétation du droit, qui souvent se révéla créatrice, cessa d'être le monopole du collège de pontifes pour être donnée par des jurisconsultes, simples particuliers, mais hommes de grands mérites et d'autorité respectée. L'œuvre des jurisconsultes, la jurisprudence...
  • Afficher les 7 références