LE ROY JULIEN DAVID (1724-1803)

Julien-David Le Roy, dernier professeur de l'Académie d'architecture supprimée en 1793, appartenait à une célèbre famille de scientifiques. Connu surtout pour son ouvrage Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, il fut un des plus importants théoriciens de l'architecture du xviiie siècle et le principal lien entre l'enseignement de l'Académie d'architecture et celui de l'École des beaux-arts.

Une famille des Lumières

La famille Le Roy se composait de Julien Le Roy (1686-1759), horloger du roi, et de ses quatre fils : Pierre (1717-1785), horloger du roi et membre de l'Académie d'Angers ; Jean-Baptiste (1720-1800) membre des Académies des sciences et de la marine, de la Royal Society, de l'American Philosophical Society et de l'Institut de France ; Julien-David (1724-1803), membre des Académies d'architecture, des inscriptions et belles-lettres et de la marine, de l'Institut de Bologne, de l'American Philosophical Society, de la Society of Antiquaries of London et de l'Institut de France ; et Charles (1726-1779), conseiller du roi, professeur de médecine à l'université de Montpellier, agrégé de la faculté de Médecine de Paris, membre de l'Académie des sciences, de la Royal Society, de la Société royale de médecine et des Académies de Montpellier, Nîmes et Toulouse. C'est donc avec justesse qu'un contemporain avait noté qu'on « n'avait peut-être jamais vu tant de titres académiques dans quatre personnes d'une même famille. »

Les travaux des Le Roy étaient très divers. Ils participaient pleinement aux principaux débats scientifiques des Lumières et s'intéressaient à la technologie appliquée aux problèmes d'utilité publique. Julien Le Roy était exemplaire de ces tendances ; il fut reconnu de son vivant comme celui qui avait redonné la première place à l'horlogerie française. Il était un des fondateurs et le directeur de l'éphémère Société des arts au début des années 1730, établissement s'occupant de recherches en rapport avec la navigation et le perfectionnement d'instruments de précis [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : diplômé en architecture de l'université de Toronto, Master of Philosophy de l'université Columbia, New York

Classification


Autres références

«  LE ROY JULIEN DAVID (1724-1803)  » est également traité dans :

DUFOURNY LÉON (1754-1818)

  • Écrit par 
  • Christopher Drew ARMSTRONG
  •  • 1 283 mots

transformation à cette époque, résultat des recherches historiques et archéologiques. La théorie défendue à l'Académie d'architecture par Le Roy à Paris dans les années 1770 reposait sur l'idée que la lumière et les masses étaient à l'origine des effets que pouvait produire l'architecture sur l'esprit du spectateur. Pour Le Roy, les détails […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-dufourny/#i_15087

Voir aussi

Pour citer l’article

Christopher Drew ARMSTRONG, « LE ROY JULIEN DAVID - (1724-1803) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-david-le-roy/