Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LE ROY JULIEN DAVID (1724-1803)

La découverte de la Grèce antique

Étudiant à l'École des arts de Jacques-François Blondel, Julien-David Le Roy compléta ses études à l'Académie d'architecture où il remporta le grand prix en 1750. Après des études comme pensionnaire du roi à l'Académie de France à Rome entre 1751 et 1754, il partit pour la Grèce. Il voyagea d'avril 1754 à avril 1755, s'arrêtant en route pour étudier les monuments alors peu connus de la Grèce antique : Délos, Athènes, Mégare, Corinthe et Sparte. De retour en France il publia en 1758 Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, ouvrage qui fit sensation. Les Ruines fut vivement attaqué par l'amateur anglais James Stuart dans le premier volume des Antiquities of Athens (1762). Stuart arguait que non seulement Le Roy s'était inspiré de son projet, mais aussi qu'il avait mal mesuré les monuments, représenté de façon inexacte les ornements et qu'il avait falsifié l'état des ruines. L'ouvrage de Le Roy suscita aussi une polémique de la part de Jean-Baptiste Piranèse qui dans son Della magnificenza ed architettura de' romani (1761) comparait l'architecture grecque qu'il jugeait stérile avec la richesse et la variété des ornements romains.

Mais ces critiques restèrent isolées et Les Ruines fit la réputation de Le Roy, lui ouvrit l'Académie d'architecture en 1758, et lança sa carrière pédagogique quand il fut nommé en 1762 par le marquis de Marigny, frère de la marquise de Pompadour, comme adjoint de Blondel, professeur d'architecture ; à la mort de ce dernier, en 1774, il lui succéda. Pendant la Révolution, Julien-David Le Roy eut un poste dans plusieurs administrations qui s'occupaient de la conservation des objets d'art et du jugement de concours artistiques. Malgré la suppression des Académies en 1793, ses cours d'architecture au Louvre continuèrent sans interruption jusqu'à sa mort. C'est surtout à cette époque que la réputation de Le Roy grandit parmi ses élèves et ses collègues et qu'il fut reconnu comme un des doyens de l'architecture en France.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé en architecture de l'université de Toronto, Master of Philosophy de l'université Columbia, New York

Classification

Pour citer cet article

Christopher Drew ARMSTRONG. LE ROY JULIEN DAVID (1724-1803) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DUFOURNY LÉON (1754-1818)

    • Écrit par Christopher Drew ARMSTRONG
    • 1 287 mots

    Fils d'un marchand de tissus parisien qui fit fortune en investissant dans une forge au début de la guerre de Sept Ans, Léon Dufourny bénéficia du patrimoine familial pour se livrer à ses recherches architecturales avec une liberté quasi absolue durant toute sa vie. Il occupa une position importante...

Voir aussi