HOFFMANN JULES (1941-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologiste français d'origine luxembourgeoise, Jules Alphonse Nicolas Hoffmann a reçu, avec Ralph N. Steinmann et Bruce A. Beutler, le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2011 pour ses découvertes concernant les modes de reconnaissance et d'activation de l'immunité innée, la première ligne de défense des organismes vivants contre les agents infectieux et pathogènes.

Jules Hoffmann

Jules Hoffmann

photographie

Jules Hoffmann a reçu le prix Nobel de médecine ou physiologie en 2011 qu’il a partagé avec l’Américain Bruce Beutler et le Canadien Ralph Steinman. Ses travaux ont permis de comprendre comment la drosophile se défend contre les agents pathogènes. Ce modèle expérimental a conduit à la... 

Crédits : D.R.

Afficher

De l'endocrinologie à l'étude de l'immunité innée chez les insectes

Né le 2 août 1941 à Echternach (Luxembourg), Jules Hoffmann obtient son doctorat d'État à Strasbourg en 1969 et est naturalisé français l'année suivante. Initié à la recherche fondamentale par Pierre Joly, il s'intéresse au criquet migrateur qui passionne les chercheurs pour ses capacités de défense et de résistance aux microbes. Pierre Joly propose à Jules Hoffmann d'étudier les cellules sanguines (hémocytes) de cet animal. Ces travaux le conduisent à participer à la découverte, en 1968, de l'organe réticulo-hématopoïétique dont l'irradiation entraîne une incapacité des insectes à se défendre contre les infections bactériennes et à effectuer leurs mues. Cet organe serait responsable de la sécrétion d'ecdysone, une hormone impliquée dans la mue et qui avait été découverte en 1954 par Peter Karlson et Adolph Butenandt. Jules Hoffmann va alors entreprendre un travail remarquable aux frontières de la biologie du développement et de la biochimie, en rejoignant le laboratoire de Peter Karlson à l'université de Marbourg (République fédérale d'Allemagne). Il analyse ainsi les voies de synthèse de l'ecdysone et son métabolisme. Il parfait sa formation d'endocrinologiste dans le laboratoire d'Émile-Étienne Beaulieu et de biologiste moléculaire dans celui de Pierre Chambon.

En 1978, à la suite du départ en retraite de Pierre Joly, Jules Hoffmann lui succède à la direction du laboratoire de Biologie générale de l'Institut de zoologie de St [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale

Classification


Autres références

«  HOFFMANN JULES (1941- )  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DES DÉFENSES IMMUNITAIRES DES INSECTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 659 mots

Vertébrés. Il a fallu presque un siècle pour que les travaux de Metchnikov et d’Ehrlich soient perçus comme complémentaires. Le rôle majeur de Jules Hoffmann, chercheur français d’origine luxembourgeoise travaillant à Strasbourg depuis 1978 dans l’avancée de la recherche en immunité innée, lui a valu le prix Nobel de physiologie ou médecine 2011 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-des-defenses-immunitaires-des-insectes/#i_54691

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc TEILLAUD, « HOFFMANN JULES (1941-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-hoffmann/