FÉVRIER 1934 JOURNÉE DU 6

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Accident ou complot, le 6 février 1934 est la plus grande journée parisienne de colère depuis la Commune. Daladier a formé un nouveau gouvernement le 30 janvier. Il déplace le préfet de police Jean Chiappe, suspect d'entretenir trop de liens avec l'extrême droite. L'esprit frondeur de la petite bourgeoisie, volontiers nationaliste et antiparlementaire, le mécontentement des anciens combattants devant le désordre économique et moral du pays s'attaquent, poussant en avant les ligues et le conseil municipal de Paris, à un régime dont le personnel politique a été éclaboussé par le scandale Stavisky (cause immédiate de l'explosion du 6 février) et veulent défendre les franchises locales contre l'autoritarisme gouvernemental. Attaqué par L'Humanité comme par la presse conservatrice, Daladier démissionne le 7 février, malgré l'appui parlementaire. Pour la première fois, depuis la fondation de la IIIe République, un gouvernement légalement investi était culbuté par l'agitation de la rue. La gauche est incapable de mettre sur pied une majorité cohérente. La droite qui voulait revenir seule aux affaires triomphe. Pourtant, aux scissions et aux hésitations des socialistes, à l'isolement du parti communiste, le coup d'éclat du 6 février va apporter un ferment nouveau : l'antifascisme. Les ligues d'extrême droite (Croix de feu, Jeunesses patriotes, Camelots du roi), bien que divisées, jouent un rôle essentiel dans le déroulement de cette journée qui a fait seize morts autour de la place de la Concorde. La gauche répond le 9 et surtout le 12 février par une grève générale à Paris et en province. Des masses considérables se retrouvent derrière les chefs socialistes et communistes, auxquelles se joignent certaines personnalités radicales : la rencontre sur le cours de Vincennes des cortèges socialistes et communistes symbolise le désir d'unité de la classe ouvrière. Période d'agitation idéologique où, à gauche comme à droite, l'opinion publique, depuis 1932, commence à mettre en cause le régime. On parle de renforcement de l'État, mais aussi de dictature de l'argent, d'injustice sociale. La crise politique et sociale est encore avivée par les tensions et tentations extérieures. Une fragile détente suit les journées de février 1934, mais l'union nationale incarnée dans le gouvernement Doumergue se désagrège tandis que la gauche se regroupe. L'onde de choc de cette journée du 6 février 1934, par certains aspects ambiguë, s'élargira au-delà même du succès du Front populaire en 1936.

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  FÉVRIER 1934 JOURNÉE DU 6  » est également traité dans :

FRONT POPULAIRE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

La victoire du Rassemblement populaire aux élections législatives d'avril-mai 1936 est le produit de la coalition antifasciste formée par les socialistes, les communistes et les radicaux, à la suite du 6 février 1934. Des quatre gouvernements de Front populaire qui se succèdent entre juin 1936 et novembre 1938, le plus important est celui que dirige Léon Blum jusqu'en juin 1937. Signés dès le 7 j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire-en-bref/#i_3753

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 921 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines et formation du Front populaire (1934-1936) »  : […] Le Front populaire apparaît comme la réponse à une triple crise. Tout d'abord, une crise économique qui, partie des États-Unis en 1929, atteint la France en 1931 et se caractérise par une chute de la production et des exportations à laquelle les gouvernements tentent de remédier par la déflation, c'est-à-dire par la diminution des dépenses publiques destinée à faire baisser les prix. Or celle-ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire/#i_3753

GAUCHE EN FRANCE DANS L'ENTRE-DEUX-GUERRES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 521 mots

Décembre 1920 Réunie en congrès à Tours, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) se scinde en deux partis. Majoritaires, les partisans de l'adhésion à la III e  Internationale créent la Section française de l'Internationale communiste (rebaptisée Parti communiste, PC, en 1921), tandis que la minorité menée par Léon Blum demeure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gauche-en-france-dans-l-entre-deux-guerres-reperes-chronologiques/#i_3753

LA ROCQUE FRANÇOIS DE (1885-1946)

  • Écrit par 
  • Jacques NOBÉCOURT
  •  • 496 mots
  •  • 1 média

Fils de général et frère d'officiers, François de La Rocque sort de Saint-Cyr en 1907. Durant la Première Guerre mondiale, il se trouve dans l'Atlas marocain. Grièvement blessé, en 1916, il rejoint le front de France. Après un passage à l'état-major du maréchal Foch, il suit Weygand en Pologne, au cours de la campagne contre l'Armée rouge, puis Pétain dans le Rif. Il revient en France et démission […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-la-rocque/#i_3753

MANIFESTATION

  • Écrit par 
  • Danielle TARTAKOWSKY
  •  • 3 711 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un mode de régulation des crises »  : […] La France se distingue des deux cas de figure évoqués plus haut. L'usage intransitif du verbe « manifester » s'impose en 1868, son participe présent – manifestant – s'étant substantivé dès 1849 (Pierre Joseph Proudhon). Cette prise en compte de l'irruption des masses dans l'espace public anticipe, toutefois, sur l'effective autonomisation de ce mode d'expression politique. Les cortèges antérieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manifestation/#i_3753

STAVISKY AFFAIRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 759 mots

D'une famille israélite originaire de Russie, Serge Alexandre Stavisky arrive en France avec son père en 1898. Il est naturalisé français en 1910. Il ne tarde pas à se signaler à la justice française par une série d'escroqueries et de chèques sans provision. Mais, inexplicablement, les plaintes déposées contre lui n'aboutissent jamais et les jugements sont interminablement renvoyés à une date ulté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-stavisky/#i_3753

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le régime en question (1930-1936) »  : […] Jusqu'aux élections de 1932, la droite gouverna avec André Tardieu et Pierre Laval. Le premier était un grand bourgeois aux allures brillantes, le second était issu du syndicalisme pacifiste et avait fait carrière dans le sillage de Briand. Tardieu voulait susciter une droite moderne et réformiste, utilisant les excédents budgétaires pour l'équipement du pays. Il fit voter les assurances sociales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_3753

Pour citer l’article

Armel MARIN, « FÉVRIER 1934 JOURNÉE DU 6 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journee-du-6-fevrier-1934/