JOSEPH Ier (1678-1711) empereur germanique (1705-1711)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Véritable enfant du miracle, porteur de tous les espoirs d'une dynastie en voie d'extinction, l'archiduc Joseph témoigne jusque dans son nom même (un vœu de son père Léopold Ier à saint Joseph) de l'alliance étroite entre la maison d'Autriche et le catholicisme romain. Jusqu'alors, Léopold Ier avait eu seulement une fille, Marie-Antoinette, née de son premier mariage, et aucun enfant du second. La naissance d'un frère cadet, l'archiduc Charles, et l'extinction assurée de la branche aînée de la maison de Habsbourg en la personne du stérile Charles II d'Espagne allaient décider du destin du jeune Joseph : il régnerait à Vienne, son frère irait à Madrid. Couronné roi de Hongrie à neuf ans, Joseph fut élevé en prince allemand par son précepteur Wagner de Wagenfels. Il monta sur le trône impérial pendant la guerre de Succession d'Espagne, en 1705, alors que son frère, installé en Catalogne, défendait les droits de la maison d'Autriche au trône d'Espagne contre Philippe V, petit-fils de Louis XIV. La monarchie autrichienne était engagée à fond dans la guerre européenne, aux côtés de l'Angleterre et des Provinces-Unies, et, au cours des six années de son règne, il n'eut pas le temps de réaliser les réformes qu'il eût souhaité faire. Certes, il avait hérité d'un État beaucoup plus puissant que n'était la monarchie au lendemain de la paix de Westphalie ; en un demi-siècle, la monarchie autrichienne était devenue une grande puissance. Depuis 1699, elle avait reconquis toute la Hongrie sur les Turcs et en avait fait un royaume héréditaire. Pays tchèque et autrichien s'étaient relevés des ruines causées par la guerre de Trente Ans et par les ultimes incursions ottomanes. L'empereur pouvait mobiliser et entretenir une importante armée (environ 200 000 hommes) et ses troupes faisaient peser une lourde menace sur la France, su [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « JOSEPH Ier (1678-1711) - empereur germanique (1705-1711) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-ier-1678-1711-empereur-germanique-1705-1711/