GOEBBELS JOSEPH (1897-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Joseph Goebbels, Heinrich Himmler, Rudolf Hess

Joseph Goebbels, Heinrich Himmler, Rudolf Hess
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Autodafé

Autodafé
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Hitler au pouvoir, 1933

Hitler au pouvoir, 1933
Crédits : National Archives

vidéo


Auteur raté et sans ressources en 1924, chancelier du Reich le 30 avril 1945 après le suicide de Hitler : il y a entre ces deux dates toute la prodigieuse ascension de Joseph Goebbels. Né à Rheydt en Rhénanie, au sein d'un milieu très modeste de religion catholique, il est frappé d'une infirmité congénitale qui le fait boiter. Au sortir du lycée, il devient étudiant et obtient, en 1922, son doctorat en philosophie à l'université de Heidelberg. Commence alors pour le jeune intellectuel une période décevante et déprimante. Revenu à Rheydt auprès des siens, il tente vainement de se faire un nom en littérature. La politique va lui procurer un emploi, le mettre en lumière et révéler son incontestable talent de polémiste. Il est gagné au national-socialisme, en 1922, par Gregor Strasser qui en fait son secrétaire. Le hasard veut qu'en 1924 il fasse ses débuts d'orateur à Rheydt, comme contradicteur dans une réunion communiste. Ainsi mis en valeur, Goebbels entre comme rédacteur, au mois d'août 1924, dans la revue hebdomadaire national-socialiste, Völkische Freiheit, « organe de combat rhénano-westphalien pour une Grande Allemagne nationale et socialiste ». Il s'établit à Elberfeld, où une vie nouvelle commence pour lui. À la fin d'août 1926, Hitler le nomme commissaire à la direction du Gau de Berlin. Il réussit magistralement à propager dans la capitale le national-socialisme et dirige le périodique Der Angriff (1927-1933). Le 20 mai 1928, lors des élections du Reichstag, Goebbels est l'un des douze élus du Parti national-socialiste ouvrier allemand. Vers la fin de l'année 1929, il gravit un échelon de plus : Hitler fait de lui le chef de la propagande du parti pour l'ensemble de l'Allemagne. Goebbels peut alors donner la mesure de ses moyens. Par une propagande agressive et insistante, il obtiendra des succès spectaculaires aux élections à partir de 1930. Le 30 janvier 1933, le Führer devient cha [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOEBBELS JOSEPH (1897-1945)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les oppositions »  : […] La « révolution » de 1918 n'a pas bouleversé les structures sociales de l'Allemagne wilhelminienne : la tentative des spartakistes a échoué, et la République de Weimar est demeurée un État capitaliste. Pourtant, deux mouvements politiques se proclament anticapitalistes. La Sozial-Demokratie a repris en 1925, au congrès de Heidelberg, le programme d'Erfurt de 1891 ; mais ce qui était inspiration ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_11027

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 335 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les débuts du parlant et le cinéma du docteur Goebbels »  : […] Les premières années du parlant sont contemporaines de l'aggravation de la crise économique et politique. C'est ainsi que les innovations permises par la technique seront soit évacuées, soit captées par le régime hitlérien. Les recherches sur le son sont anciennes (Oskar Messter, dès 1903) et l'industrie dispose des brevets de la Tobis-Klangfilm, qui se partage le marché mondial avec les américain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-allemand/#i_11027

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 863 mots
  •  • 2 médias

Du 25 au 30 mai 1930, le C.I.O. tient à Berlin le neuvième congrès de son histoire ; celui-ci est consacré aux règlements olympiques, les débats portant sur la sacro-sainte question de l'amateurisme, notamment en ce qui concerne les footballeurs. L'assemblée en profite pour enregistrer les candidatures de plusieurs cités qui souhaitent organiser les Jeux de 1936 : treize villes – Alexandrie, Barc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-jeux-olympiques-de-1936-contexte-organisation-bilan/#i_11027

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Les nazis et l'olympisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 127 mots
  •  • 2 médias

« Avec ces Jeux, on a mis entre nos mains un instrument de propagande inestimable », peut-on lire dans la presse officielle nazie en 1935. « Nous allons nous mesurer aux nations de la terre et leur montrer quelles forces l'idée de la communauté nationale est à elle seule capable de mettre en œuvre », écrit Joseph Goebbels. Ces deux phrases résument parfaitement et cyniquement les desseins olympiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-jeux-olympiques-de-1936-les-nazis-et-l-olympisme/#i_11027

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « En Allemagne »  : […] En 1930, en Allemagne, sortent L'Ange bleu , Quatre de l'infanterie ( Westfront 18 ), réalisé par G. W.  Pabst avant L'Opéra de quat' sous . Mais déjà les bandes hitlériennes parcourent les villes. Le nouveau réalisme du cinéma allemand, qui succède aux formes hallucinées de l'expressionnisme et aux lumières moites du cinéma de chambre ( Kammerspiel ), traduit une terrible angoisse. Fritz Lang ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_11027

NAZISME

  • Écrit par 
  • Johann CHAPOUTOT
  •  • 4 758 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abandon de la voie insurrectionnelle »  : […] Après une tentative ratée de prise de pouvoir par la force à Munich (« Putsch de la Brasserie », des 8 et 9 novembre 1923, coup d’État à l’imitation de la « marche sur Rome » lancée par Mussolini un an plus tôt), le N.S.D.A.P. adopte une stratégie électoraliste. Échaudé par l’échec, ainsi que par les risques encourus – il est condamné à une peine de cinq ans de prison et son parti est interdit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nazisme/#i_11027

NUIT DE CRISTAL (9-10 nov. 1938)

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 617 mots

Nuit du 9 au 10 novembre 1938, pendant laquelle les nazis allemands agressèrent les Juifs et s'en prirent à leurs biens. L'appellation Kristallnacht (« Nuit de cristal ») évoque ironiquement le verre brisé qui joncha les rues après ces pogroms. La violence continua de régner pendant la journée du 10 novembre, et par endroits pendant plusieurs jours encore. Ces pogroms eurent pour prétexte l'ass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuit-de-cristal/#i_11027

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Occupation et collaborations »  : […] La France occupée est sous l'administration militaire du Militärbefehlshaber in Frankreich (M.B.F.). Dépendant de l'état-major de la Wehrmacht (O.K.W.), il contrôle le réseau des Feldkommandanturen, soit 24 000 à 30 000 hommes, en plus des troupes d'opération dont les effectifs fluctuent, selon les périodes, entre 100 000 hommes au début de l'occupation à peut-être un million en 1944. Le M.B.F. do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_11027

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Mise en place et consolidation du nouveau régime (1933-1936) »  : […] Hitler semble donc avoir pris le pouvoir légalement. Le gouvernement qu'il forme aussitôt n'est nullement composé exclusivement de nationaux-socialistes. Au contraire. Y dominent les représentants de la droite classique. Von Papen est vice-chancelier, Alfred Hugenberg dirige l'Économie et l'Agriculture, Konstantin von Neurath est ministre des Affaires étrangères, le général Werner von Blomberg, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/#i_11027

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « GOEBBELS JOSEPH - (1897-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-goebbels/