BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936]Contexte, organisation, bilan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du 25 au 30 mai 1930, le C.I.O. tient à Berlin le neuvième congrès de son histoire ; celui-ci est consacré aux règlements olympiques, les débats portant sur la sacro-sainte question de l'amateurisme, notamment en ce qui concerne les footballeurs. L'assemblée en profite pour enregistrer les candidatures de plusieurs cités qui souhaitent organiser les Jeux de 1936 : treize villes – Alexandrie, Barcelone, Berlin, Budapest, Buenos Aires, Cologne, Dublin, Francfort, Helsinki, Lausanne, Nuremberg, Rio de Janeiro, Rome – se sont manifestées. Moins d'un an plus tard, par le jeu des désistements, seules Barcelone, Berlin, Budapest et Rome demeurent en lice ; dès avant l'ouverture de la vingt-neuvième session du C.I.O. lors de laquelle celui-ci doit choisir la ville d'accueil des Jeux de 1936, qui se tient à Barcelone du 24 au 26 avril 1931, Budapest et Rome se retirent de la course. Néanmoins, seuls dix-neuf des soixante-sept membres du C.I.O. sont présents à Barcelone : conformément aux statuts, on a donc recours au vote par correspondance. Chacun se rappelle que Berlin aurait dû organiser les Jeux en 1916 ; certains membres du C.I.O. s'inquiètent de l'instabilité politique en Espagne : le roi Alphonse XIII vient de s'exiler et la seconde République espagnole est proclamée. La République de Weimar du maréchal Paul von Hindenburg, ébranlée par la crise économique, paraît-elle plus stable aux membres du C.I.O. ? Il faut le croire, puisque, le 13 mai 1931, date de clôture du scrutin, on compte quarante-trois voix en faveur de Berlin, seize pour Barcelone et huit abstentions.

Le 24 janvier 1933, le Comité olympique allemand constitue un comité d'organisation des Jeux de Berlin. Six jours plus tard, Adolf Hitler est nommé chancelier du Reich. La tenue des Jeux à Berlin en 1936 est-elle de ce fait remise en cause ? On peut le penser : les déclarations nazies hostiles aux Jeux se multiplient ; le porte-parole du parti nazi Bruno Malitz condamne même le sport moderne international « infesté par les Français, les Belges, les Polonais, les Juifs et les Nègres... » ; un comité de défense contre les jeux Olympiques se met en place ; Hitler est accaparé par d'autres préoccupations et ne souhaite pas que des athlètes aryens se commettent « avec des Nègres esclaves ou des Juifs ». Néanmoins, Theodor Lewald et Carl Diem, respectivement président et secrétaire du comité d'organisation, persuadent le führer de réviser sa position et, le 16 mars 1933, Hitler fait savoir au C.I.O. qu'il honorera les engagements pris par la République de Weimar. Dès lors, une gigantesque entreprise de mascarade, parfaitement orchestrée par Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, se met en marche. La composition du comité d'organisation est revue, mais Theodor Lewald, bien que d'ascendance juive, est maintenu à sa tête afin de duper l'opinion mondiale ; Carl Diem, grand connaisseur de l'Antiquité grecque, conserve également son poste. Néanmoins, Hans von Tschammer und Osten, dignitaire nazi de la SA (Sturmabteilung), Reichssportführer et président du Comité olympique allemand, se voit confier la réelle maîtrise d'œuvre de ces Jeux.

Hitler et Goebbels comprennent rapidement l'intérêt des Jeux de Berlin pour le régime nazi, et ils décident que ceux-ci doivent servir à démontrer au monde entier la puissance du IIIe Reich tout en dupant l'opinion internationale quant aux funestes desseins nazis. Architecture et résultats sportifs : les Allemands doivent se montrer les maîtres en tout domaine. Le budget consacré au sport passe ainsi de 5 millions à 100 millions de Reichsmark. Le stade olympique construit en 1913 par Otto March dans l'optique des Jeux de Berlin de 1916 est jugé trop petit par Hitler, qui décide d'en édifier un nouveau : dans ses projets les plus fous, il imagine une enceinte de cinq cent mille places ! Finalement, il confie à l'architecte Werner March, le fils d'Otto March, la réalisation, dans le quartier de Charlottenburg, de l'Olympiastadion, un stade olympique sobre à l'extérieur mais monumental à l'intérieur, dans lequel peuvent prendre place cent mille spectateurs autour d'un complexe sportif de 300 mètres de longueur sur 230 mètres de largeur : cette enc [...]

Adolf Hitler lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Berlin (1936)

Photographie : Adolf Hitler lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Berlin (1936)

Adolf Hitler et les nazis annexèrent les jeux Olympiques de Berlin, en 1936, et en firent l'instrument d'une gigantesque propagande à la gloire de leur régime nauséabond. Lors de la cérémonie d'ouverture, le chancelier du Reich salue de bonne grâce ses partisans fanatisés. Un léger... 

Crédits : Past Pix/ Getty Images

Afficher

Dirigeable « Hindenburg », jeux Olympiques de Berlin, 1936

Photographie : Dirigeable « Hindenburg », jeux Olympiques de Berlin, 1936

Ce cliché pourrait résumer la stratégie adoptée par les nazis à l'occasion des jeux Olympiques de 1936 : duper l'opinion mondiale quant à leurs funestes desseins, tout en montrant la puissance du Reich. À l'occasion de la cérémonie d'ouverture des Jeux d'été, les drapeaux des pays... 

Crédits : Encyclopaedia Britannica, Inc.

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Adolf Hitler lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Berlin (1936)

Adolf Hitler lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Berlin (1936)
Crédits : Past Pix/ Getty Images

photographie

Dirigeable « Hindenburg », jeux Olympiques de Berlin, 1936

Dirigeable « Hindenburg », jeux Olympiques de Berlin, 1936
Crédits : Encyclopaedia Britannica, Inc.

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

La Chine, qui a renforcé son partenariat stratégique avec la Russie à l’occasion de la rencontre des présidents des deux pays lors de l’ouverture des jeux Olympiques de Pékin le 4, affirme « comprendre » la Russie, tout en rappelant son respect des notions de souveraineté et d’intégrité territoriale. Les sanctions européennes, américaines et britanniques s’étendent au gel des avoirs en Europe de Vladimir Poutine et de son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-jeux-olympiques-de-1936-contexte-organisation-bilan/