MEKAS JONAS (1922-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De par ses activités protéiformes (cinéaste, critique, distributeur de films, organisateur de structures de diffusion indépendantes), Jonas Mekas est à la fois la conscience, le fédérateur et le chroniqueur du cinéma expérimental américain. Il parachève le travail de Maya Deren en fondant en 1962 la Film-Makers' Cooperative, qui jouera un rôle capital dans la constitution du mouvement underground américain, crée, en 1955, avec son frère Adolfas, la revue Film Culture et devient responsable de la rubrique « Movie Journal » dans The Village Voice (1958-1976). Il légitime le Journal filmé (Diary) en tant que catégorie majeure du cinéma d'avant-garde et lui trouve un langage approprié (conçu à base de collage, ou cut up visuel, mais débarrassé du symbolisme encore présent chez les filmmakers de l'époque), capable de témoigner de son aventure personnelle et de celle de ses compagnons de route.

Jonas Mekas est né dans le village de Semeniskiai (Lituanie). Son activité de cinéaste et son statut de conscience de l'avant-garde américaine contemporaine sont inséparables de sa vie et de son itinéraire intellectuel. Journaliste et poète dès les années 1940, il est envoyé avec son frère Adolfas dans un camp de travail près de Hambourg puis connaît, après la guerre, les camps de personnes déplacées, avant de débarquer à New York le 29 octobre 1949. Il achète rapidement une caméra Bolex 16 mm et commence à filmer la communauté d'émigrés lituaniens du quartier de Williamsburg. Après une tentative de montage de ce matériau en 1953, dans le but de montrer la dure condition de vie de ses compatriotes, il s'installe à Manhattan, suit les cours de Hans Richter, commence à rencontrer artistes, écrivains et cinéastes, et fonde la revue Film Culture, destinée alors à défendre un cinéma d'auteur. Ce n'est que tardivement, en 1975 et sous le titre Lost, Lost, Lost, que Mekas montera cette page de son journal qui concern [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MEKAS JONAS (1922-2019)  » est également traité dans :

AKERMAN CHANTAL (1950-2015)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 453 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l’expérimental à l’autobiographie »  : […] Chantal Akerman séjourne en 1971 aux États-Unis et fréquente assidûment l’Anthology Film Archives de New York ; là, elle découvre le cinéma expérimental de Jonas Mekas et de Michael Snow. Ce dernier influence directement son premier long-métrage, Hôtel Monterey (1972), une description fragmentaire et sans commentaire d'un lieu pour déshérités film […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chantal-akerman/#i_99121

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 9 815 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Multiplicité des pratiques »  : […] La fin d'une vision strictement évolutive de l'avant-garde aux États-Unis a permis à chaque nouvel artiste de prolonger une tradition : la voie baroque d'un Kenneth Anger (celui avec motos et cuir de Scorpio Rising ), le lyrisme visuel d'un Brakhage, la décadence du Warhol dernière manière ( Chelsea Girls , 1966), les journaux filmés à la suite de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-avant-garde/#i_99121

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « MEKAS JONAS - (1922-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonas-mekas/