LAW JOHN (1671-1729)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'échec

Cependant, une résistance aux activités de Law s'organisait sous la direction des frères Pâris et Crozat, financiers de la vieille école ; l'« anti-système » revêt bientôt la forme d'une spéculation à la baisse qui menace la Compagnie et la Banque. Certes, Law obtient en janvier 1720 la charge de contrôleur général des finances et, en février, la réunion officielle de la Banque royale et de la Compagnie perpétuelle ; visant plus loin, il projette une refonte de la fiscalité française : il envisage l'instauration d'un impôt unique sur le revenu, payable par tous, et le remboursement de la Dette et des offices par des actions de la Compagnie.

L'œuvre de Law était, par nature, à la merci d'un retournement de l'opinion : l'agiotage provoqua ce renversement. Les émissions de billets par la Banque avaient atteint un milliard de livres en janvier 1720 ; le capital de la Compagnie, accru par paliers, était passé à 322 millions. Le déchaînement de la spéculation dans les officines de la rue Quincampoix avait porté les actions de 500 livres au cours de 20 000 livres ! À ce niveau, les dividendes distribués par la Compagnie parurent dérisoires, et la rentabilité des titres, nulle. Les intrigues des tenants de l'« anti-système » amorcèrent le reflux des cours ; lorsque les gros détenteurs de billets de banque – tels le duc de Bourbon ou le prince de Conti – commencèrent à réaliser leurs avoirs en espèces, le climat de confiance s'évanouit définitivement. Les efforts de Law pour accélérer la mise en valeur de la Louisiane, pour dégoûter le public des pièces d'or et d'argent par de nombreuses mutations monétaires, pour interdire aux particuliers la détention de monnaie métallique, ne parvinrent pas à enrayer le mouvement cumulatif de baisse. Le discrédit des billets de la Banque et des actions de la Compagnie devint tel qu'en juillet et août 1720 des scènes d'émeutes se déroulèrent aux guichets de la Banque où la foule se pressait pour réclamer le remboursement en espèces du papier-monnaie ; le cours des actions retombait alors de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  LAW JOHN (1671-1729)  » est également traité dans :

COMPAGNIES FRANÇAISES DES INDES

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 1 134 mots

Au temps de Colbert, la colonisation devient une affaire d'État ou de grandes compagnies favorisées par l'État. Colbert fonde la Compagnie française des Indes orientales et la Compagnie française des Indes occidentales (1664). Le but de cette dernière est la production de sucre, mais elle ne peut assurer son monopole et est dissoute en 1674. La Compagnie des Indes orientales reçoit le monopole du […] Lire la suite

CROZAT ANTOINE, marquis du Châtel (1655-1738)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 693 mots

L'un des plus grands financiers de son temps et l'homme le plus riche de Paris si l'on en croit Saint-Simon, qui ne l'aimait pas. Le père d'Antoine Crozat, marchand-banquier, seigneur de deux terres et d'un château, vit ses affaires prospérer à Toulouse, puisqu'il fut appelé deux fois au capitoulat, en 1674 et en 1684. Ses deux fils, Antoine et Pierre, devinrent à leur tour financiers. Antoine est […] Lire la suite

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Law et les compagnies »  : […] Pendant une partie du xviii e  siècle, on constate une reprise de l'activité coloniale. Elle n'est pas le fait des gouvernements mais de bourgeois plus entreprenants, financiers ou traitants, qui voient dans la colonisation une occasion de profits. On peut distinguer plusieurs étapes. La première est directement liée à l'affaire Law. Avec Law, la Compagnie d'Occident, filiale de la banque créée pa […] Lire la suite

LOUISIANE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc ZANINETTI
  •  • 2 130 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Louisiane coloniale »  : […] La colonisation française de la Louisiane a connu des vicissitudes incessantes et a finalement échoué sur le plan politique, tout en laissant un héritage culturel décisif sur le long terme. Parti des Grands Lacs, l’explorateur Robert Cavelier de La Salle descend le Mississippi jusqu’à son embouchure, revendique tout le bassin versant du fleuve pour la France en 1682 et baptise le pays en l'honne […] Lire la suite

MONNAIE - Histoire de la monnaie

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 9 794 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La monnaie de papier »  : […] On a vu, aux xiv e et xv e  siècles, apparaître en Italie une monnaie de papier constituée par des lettres de change. C'est au début du xvii e  siècle que les banques commerciales d'Amsterdam (1609) et de Hambourg (1619) commencèrent à émettre des certificats de dépôt, libellés dans la monnaie de compte du lieu, et qui garantissaient au porteur un avoir en florins d'argent. La Suède suivit en 166 […] Lire la suite

PÂRIS LES

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 588 mots

Ils sont quatre frères : Antoine Pâris (1668-1733), Claude Pâris de La Montagne (1670-1745), Joseph Pâris Duverney (1684-1770) et Jean Pâris de Montmartel (1690-1766). Leur père tenait à Moirans, près de Grenoble, une auberge à l'enseigne de La Montagne ; les enfants servaient les clients de l'hôtellerie et pansaient leurs chevaux. Or, Moirans était sur la route des convois de vivres destinés aux […] Lire la suite

RÉGENCE

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 816 mots

Régime établi pendant la minorité de Louis XV (1715-1723) et dans une période de réaction contre le Grand Siècle, le Conseil de régence est dominé par trois hommes : le régent Philippe d'Orléans, le banquier Law et l'abbé Guillaume Dubois. Louis XIV avait réglé dans son testament l'organisation du Conseil de régence de son arrière-petit-fils âgé de cinq ans. Il devait comprendre les princes légiti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Abel POITRINEAU, « LAW JOHN - (1671-1729) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-law/