Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KENNEDY JOHN FITZGERALD (1917-1963)

Rendre son dynamisme à l'économie

Loin d'utiliser à plein ses ressources, l'économie américaine, gérée avec pusillanimité par les ministres d'Eisenhower, connaît un taux de croissance médiocre, un taux de chômage élevé et des poches de misère déshonorantes pour les États-Unis. Kennedy est persuadé qu'on peut insuffler à l'économie un plus grand dynamisme par une gestion plus audacieuse, tournant le dos à des dogmes tels que celui de l'équilibre budgétaire annuel, cher aux banquiers et à certains dirigeants de grandes entreprises. Il veut pratiquer temporairement une politique de déficit budgétaire systématique, lutter contre la pauvreté, modifier la répartition des dépenses publiques de façon à satisfaire en priorité certains besoins collectifs.

Dans ce domaine, sa campagne d'éducation ne suscite guère d'écho. Trop d'hommes d'affaires et de membres du Congrès sont attachés aux « mythes » qu'il dénonce ; bien des chefs d'entreprise éprouvent à son égard une antipathie qu'il leur rend (on s'en aperçoit le plus clairement lors de la courte guerre qu'il livre, et gagne, en 1962 contre le président de l'United States Steel Corporation pour l'empêcher de relever le prix de l'acier). Le président Johnson, bien plus habile que Kennedy dans ses rapports avec le Congrès, réalisera ses projets, et lancera l'économie américaine dans la direction indiquée avant que la guerre du Vietnam crée de nouveaux problèmes.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien directeur scientifique de la Fondation nationale des sciences politiques.

Classification

Pour citer cet article

Serge HURTIG. KENNEDY JOHN FITZGERALD (1917-1963) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Prisonniers anticastristes, 1961 - crédits : Sovfoto/ Universal Images Group/ Getty Images

Prisonniers anticastristes, 1961

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962

Crise de Cuba, 1962 - crédits : Central Press/ Getty Images

Crise de Cuba, 1962

Autres références

  • ALLIANCE POUR LE PROGRÈS

    • Écrit par Universalis
    • 928 mots

    Créée le 13 mars 1961 à Washington, l'Alliance pour le progrès (Alianza para el progreso) est lancée en août par la conférence de Punta del Este qui définit ses objectifs et ses organes d'exécution. L'effort entrepris s'inscrit dans la ligne politique inaugurée par les États-Unis, en 1895, lors...

  • BRAUN WERNHER VON (1912-1977)

    • Écrit par Hubert CURIEN
    • 1 859 mots
    • 5 médias
    ...l'espace à bord de Vostok-1. L'Amérique ne peut plus tergiverser, elle a perdu trop de temps ; la presse des États-Unis est formelle, le Congrès aussi ; le 25 mai 1961, le président Kennedy déclare au Congrès : « Je crois que cette nation devrait se donner pour but, avant la fin de cette décennie, de faire...
  • CONSPIRATIONNISME

    • Écrit par Emmanuel TAÏEB
    • 6 436 mots
    • 2 médias
    ...eux, car ils attestent du mensonge et d’une certaine impréparation des comploteurs, malgré leur puissance. C’est ainsi que des témoignages différents sur un événement, typiquement l’assassinat duprésident Kennedy en 1963, sont censés prouver que les connaissances sur son déroulement sont erronées.
  • CUBA CRISE DE (1962)

    • Écrit par Olivier COMPAGNON
    • 192 mots
    • 1 média

    Au milieu du mois d'octobre 1962, des avions espions nord-américains découvrent que des rampes de missiles menaçant directement l'intégrité des États-Unis ont été installées par l'U.R.S.S. sur l'île de Cuba, tombée dans le camp de la révolution socialiste depuis...

  • Afficher les 30 références

Voir aussi