REUCHLIN JOHANNES (1455-1522)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Humaniste allemand originaire de Pforzheim (Bade), qui lui a consacré plusieurs Festgabe (hommages d'anniversaire), ainsi qu'une collection d'essais (Pforzheimer Reuchlinschriften). Reuchlin reste le héros de la « querelle des hommes obscurs » (Dunkelmaenner). Et Max Brod, l'ami de Kafka, a encore raconté cette histoire dans le dernier ouvrage de sa vie, J. Reuchlin und sein Kampf (1965, J. Reuchlin et son combat). L'Augenspiegel (Le Miroir des yeux) que Reuchlin avait opposé au Handspiegel (Le Miroir à main) du converti Johanne Pfefferkorn — acharné contre la littérature hébraïque, Talmud et kabbale, et soutenu par Hoogstraaten et les dominicains de Cologne — n'est cependant pas l'œuvre qui eut le plus d'influence au long des siècles. Ce rang revient à son De arte cabalistica (L'Art de la kabbale), publié en 1517.

Cet ouvrage, dédié à Léon X, eut notamment la faveur du cardinal Gilles de Viterbe (1465-1532), qui était général de l'ordre auquel appartenait Luther, hébergea chez lui pendant dix ans le premier grammairien juif du temps, Elias Levita (1469-1549), et laissa en manuscrit une Scechina, où la dixième sefira dévoile à l'empereur Charles Quint et au pape Clément VII les mystères de la kabbale. Reuchlin, qui fut trois fois en Italie, où il grécisa son nom en Capnion (comme son neveu, qui passa à la Réforme, grécisa le sien en Melanchthon), s'éprit de la kabbale que venait de révéler en domaine latin Pic de La Mirandole (1463-1494). Il écrivit dès 1496 le De Verbo mirifico, dialogue entre le philosophe épicurien Sidonius, le juif Baruchias et le chrétien Capnion sur le seul mot qui puisse accomplir des miracles, le Verbe même. C'était, selon Reuchlin, le nom de Jésus orthographié en YHWSH — le pentagramme rendant prononçable, par l'adjonction de la lettre Shin (le S), le Nom de Dieu de quatre lettres, le Tétragramme imprononçable. Les connaissances de Reuchlin en matière de kabbale, qui ne lui avaient pas permis de donner une liste correcte des dix [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  REUCHLIN JOHANNES (1455-1522)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 499 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'humanisme et le problème religieux »  : […] On assiste en Allemagne au développement de l' humanisme : en Alsace, où l'école de Sélestat a formé Jean Geiler, prédicateur à la cathédrale de Strasbourg et où Jacques Wimpheling écrit la Germania qui entraîne une riposte de Thomas Murner, à Cologne, à Mayence, à Heidelberg, à l'abbaye de Sponheim sur la Moselle, à Fribourg où Zasius renouvelle l'étude du droit romain. À Bâle, rattachée aux can […] Lire la suite

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La kabbale chrétienne »  : […] L'expression de kabbale chrétienne désigne un courant d'idées fort complexes qui, depuis le scandale des thèses De omni re scibili de Pic de La Mirandole , à la fin du Quattrocento, se développa avec des fortunes diverses à travers l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suède, jusqu'à la publication en 1911 de la traduction du Zohar , la bible de la kabbale, à […] Lire la suite

Pour citer l’article

François SECRET, « REUCHLIN JOHANNES - (1455-1522) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-reuchlin/