SERGEL JOHAN TOBIAS (1740-1814)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Thorvaldsen, Johan Tobias Sergel est une des grandes figures de la sculpture dans les pays du nord de l'Europe. Né en Suède, il séjourne d'abord à Paris à la fin des années 1750 ; il regagne ensuite la Suède avant de partir pour Rome en 1767, où il réside neuf ans. Avant de se fixer définitivement en Suède, où il obtient un grand renom, il séjourne encore en France et en Angleterre. Sergel est donc le type de l'artiste éclairé et du voyageur ouvert aux courants internationaux qui définissent le style néo-classique de la fin du xviiie siècle. Mais l'art de Sergel continue les traditions de la sculpture, particulièrement la sculpture française des environs de 1750.

Les sujets de Sergel sont des sujets antiques, mythologiques et historiques. Il les choisit généralement pour ce qu'ils suggèrent de grâce sensuelle et d'expression plaisante. Son remarquable Faune de 1774 en témoigne. L'œuvre évoque un art qui s'accorde avec l'esthétique de Clodion et révèle l'intérêt de Sergel pour la statuaire hellénistique, encore peu connue de son temps. En plus de groupes et de figures, Sergel pratique le bas-relief et la statuaire monumentale, modifiant son style, vers la fin de sa vie, dans le sens d'effets plus sévères d'une grande beauté d'expression (Monument à Gustave III, Stockholm). Dans leur ensemble, les thèmes qu'il traite sont simples, peu chargés d'intentions érudites et morales.

Faune, J. T. Sergel

Faune, J. T. Sergel

photographie

Johan Tobias SERGEL, Faune, 1774, marbre. Musée national, Stockholm, Suède. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Sergel fut un artiste inquiet dont on peut penser que sa dévotion à l'art de la sculpture tel qu'on le comprenait de son temps ait pu quelque peu brider l'inspiration. Sergel a laissé un œuvre dessiné unique qui montre une invention tourmentée et débordante qui rappelle l'art de Füssli. Ses dessins haussent le style d'esquisse au niveau d'œuvres d'art achevées et traduisent un don prodigieux pour évoquer des visions, des états fugitifs et des passions violentes.

—  Jacques de CASO

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Californie, Berkeley (États-Unis)

Classification


Autres références

«  SERGEL JOHAN TOBIAS (1740-1814)  » est également traité dans :

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Piranèse et l'influence d'Herculanum »  : […] Si, selon la critique moderne, les fondements du néo-classicisme se trouvent dans les phénomènes que l'on vient d'esquisser, il faut reconnaître aussi l'importance de facteurs auxquels on attribuait autrefois la paternité du style néo-classique, notamment les fouilles d'Herculanum entreprises en 1748 par Charles III de Bourbon, roi de Naples, dont les résultats furent publiés dans les huit magnif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_23524

Pour citer l’article

Jacques de CASO, « SERGEL JOHAN TOBIAS - (1740-1814) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johan-tobias-sergel/