SUTHERLAND JOAN (1926-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une curiosité insatiable

L'Opéra de Paris l'accueille en 1960 pour une série de représentations de Lucia entrées dans la légende, le Metropolitan Opera de New York l'année suivante, de même que la Scala de Milan, où elle donnera non seulement Lucia, mais aussi Semiramide (rôle-titre) de Rossini et Les Huguenots (Marguerite de Valois) de Meyerbeer. Son répertoire s'étoffe. Bellini – Norma, La Sonnambula, I Puritani (Elvira), Beatrice di Tenda –, Haendel – Acis and Galatea (Galatea), Giulio Cesare (Cleopatra), Rodelinda – et Donizetti – La Fille du régiment (Maria), Maria Stuarda, Lucrezia Borgia, Anna Bolena – en forment l'essentiel. Elle interprète également des ouvrages français délaissés, comme Esclarmonde de Massenet, Hamlet (Ophélie) d'Ambroise Thomas. Elle y ajoute, au fil des années, après La Traviata, qui lui vaut de beaux succès, Verdi – Il Trovatore (Leonora), I Masnadieri (Amalia) –, puis Francesco Cilea – Adriana Lecouvreur. Vedette incontestée des disques Decca, firme avec laquelle elle a signé un contrat dès 1959, Joan Sutherland poursuit un parcours discographique extraordinaire, y compris dans des rôles qu'elle ne chantera jamais à la scène, comme Suor Angelica ou Turandot de Puccini. Elle fait ses adieux au théâtre en 1990, à Sydney d'abord, avec Les Huguenots, puis au Covent Garden de Londres, au cours d'une représentation de La Chauve-Souris de Johann Strauss fils, dans laquelle elle est l'invitée d'honneur le 31 décembre de cette même année, avec à ses côtés Marilyn Horne et Luciano Pavarotti.

L’une des plus grandes belcantistes de son époque partage dès lors son temps entre la Suisse – où elle réside dans le village des Avants, au-dessus de Montreux – et l’Australie, apparaissant parfois dans des jurys de concours – elle est notamment marraine de la fameuse compétition B.B.C. Cardiff Singer of the World. Commandeur de l’Empire britannique en 1971, anoblie le 30 décembre 1978, Dame Joan Sutherland reçoit en 1991 l’Ordre du mérite du Royaume-Uni et d’Australie. En France, l’académie Charles- Cros lui remet en 2006 le prix in honorem. Joan Sutherland meurt le 10 octobre 2010, aux Avants. En 1998, l’American Australian Association a créé le Dame Joan Sutherland Fund, destiné à soutenir de jeunes artistes australiens et américains.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel PAROUTY, « SUTHERLAND JOAN - (1926-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-sutherland/