PUCELLE JEAN (mort en 1334)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce n'est qu'à la fin du xixe siècle que l'on a été en mesure de reconnaître l'importance du rôle joué par Pucelle dans l'évolution et le renouvellement de l'enluminure, et plus largement de l'art pictural français à partir du deuxième quart du xive siècle. À travers le nombre restreint des œuvres qui peuvent être retenues aujourd'hui comme étant de sa main, on pressent une personnalité d'un éclat exceptionnel, qui, malgré une carrière apparemment brève, a marqué profondément le milieu artistique parisien de son temps. Le mérite essentiel de Pucelle est d'avoir su intégrer aux traditions spécifiques de l'enluminure gothique septentrionale les conquêtes toutes récentes de la grande peinture italienne dans le domaine plastique et spatial.

Documents et œuvres

La plus ancienne mention concernant Pucelle figure dans un compte de l'hôpital Saint-Jacques : l'artiste y est payé pour avoir « pourtrait » (dessiné) vers 1319-1324 le sceau du célèbre hôpital protégé par Mahaut d'Artois. Trois autres documents permettent de juger de son activité d'enlumineur. Le premier est une signature tracée à la fin d'une Bible écrite par le copiste anglais Robert de Billyng (Bibl. nat., ms. lat. 11935), déclarant que le manuscrit fut enluminé en 1327 par Pucelle en collaboration avec Anciau de Cens et Jaquet Maci. Quelques inscriptions conservées dans les marges du Bréviaire de Belleville (Bibl. nat., ms. lat. 10483-10484) nous montrent Pucelle payant la participation de différents artistes à la décoration de ce manuscrit. Enfin, un article du testament de Jeanne d'Evreux a conservé le souvenir d'un livre d'heures enluminé par Pucelle entre 1325 et 1328 à l'intention de cette reine. Légué par celle-ci en 1371 à son neveu Charles V, l'ouvrage reparaît au début du xve siècle dans la collection de Jean de Berry et semble bien être, quoiqu'on en ait parfois douté, le petit livre d'heures orné de grisailles appartenant aujourd'hui au musée des Cloîtres (New York).

Jusqu'à une époque récente, on estimait que la carrière de l'artiste avait dû se prolonger jusque vers le milieu du xive siècle. La date de la mort de Pucelle (1334), établ [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : conservateur au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris

Classification


Autres références

«  PUCELLE JEAN (mort en 1334)  » est également traité dans :

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enluminure et son influence sur l'orfèvrerie »  : […] IV le Bel), on compte neuf cents « drolleries ». Il est remarquable que leur auteur, Jean Pucelle, ait été aussi l'artiste qui rapporta d'Italie les procédés de la perspective empirique sous la forme d'architectures-jouets, et que dans l'enluminure française grylles et italianismes déclinèrent après la mort de Pucelle en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-de-cour/#i_14093

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 850 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Enluminure gothique »  : […] parisienne s'affirme au xive siècle avec Jean Pucelle et ses collaborateurs : à la finesse du dessin, au modelé sensible, surtout dans les grisailles, ils allièrent les premiers essais de perspective à l'italienne (Heures de J. d'Évreux, New York, mus. des Cloîtres vers 1325-1328 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enluminure/#i_14093

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 850 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] Pour la France, par exemple, la question devient particulièrement délicate avec Jean Pucelle (mort en 1334), célèbre enlumineur, bien en cour, qui connaît directement ou indirectement la production siennoise. Il en retient surtout l'élément courtois, le sens de la ligne et l'élégance des formes. Il montre une sensibilité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_14093

Voir aussi

Pour citer l’article

François AVRIL, « PUCELLE JEAN (mort en 1334) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pucelle/