JEAN LE BAPTISTE (mort en 28)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean, dit le Baptiste, nous est connu à travers la présentation interprétative, très diversifiée selon les livres, des Évangiles et des Actes des Apôtres. Si sa parenté avec Jésus, sa conception miraculeuse, sa naissance du prêtre Zacharie et de la stérile Élisabeth sont laissées à la seule responsabilité des sources de Luc, par contre, bien des traits évangéliques du personnage concordent avec le témoignage plus neutre de Flavius Josèphe,qui a écrit à son sujet : « Hérode l'avait mis à mort (cf. Marc, vi, et Matthieu, xiv), bien qu'il fût un honnête homme et qu'il eût exhorté les Juifs à mener une vie vertueuse, à pratiquer la justice envers leurs semblables et la piété envers Dieu ; et cela pour s'unir par le baptême. Ainsi c'était là un préliminaire nécessaire pour que le baptême soit agréable à Dieu. Ils ne devaient pas l'employer pour obtenir le pardon des péchés commis, mais comme une purification du corps supposant que l'âme était déjà complètement purifiée par une conduite droite » (Antiquités judaïques, XVIII ; cf. Marc, i ; Matthieu, iii ; Luc, iii, et Jean, i).

La confrontation des récits et discours des Évangiles avec les données de l'histoire contemporaine permet une approche assez précise du personnage de Jean, ascète du désert, baptiste et prophète.

Jean fut probablement le maître ou l'animateur d'un groupe d'ascètes juifs qui, semble-t-il, évoluèrent dans la région méridionale du Jourdain. Sa mission ne peut guère se comprendre que par rapport à divers mouvements qui se manifestèrent au sein du judaïsme palestinien, tandis que le christianisme naissait, et dont il faut exclure les sadducéens, les zélotes et même les pharisiens. Restent alors quelques unités plus ou moins importantes dont le cadre était la vallée du Jourdain ; elles s'y distinguaient par la vie ascétique et l'usage familier du baptême. Les esséniens et les fraternités successives du désert de Juda, que les manuscrits de la mer Morte ont révélées, représentaient probablement le bloc le plus marquant de ce mouvement « spirituel » qui comportait une certaine diversité. Au sein du judaïsme, ces groupes professaient une vraie « spiritualité du désert », avec laquelle les traits de Jean s'accordent bien.

Le baptême de Jean se distingue du baptême juif, qui avait pris une importance croissante. On ne se contente plus de se plonger dans l'eau : c'est Jean en personne qui administre le baptême. Ce détail, retenu par Josèphe et par les évangélistes, lui valut son nom, le Baptiste. Il semble que Jean se soit inspiré du baptême d'initiation lié à l'entrée dans la fraternité, tel qu'on le pratiquait à Qumrān. Cependant, il ne s'agit plus d'entrer dans une communauté particulière, mais dans l'ensemble du groupe des croyants, disposés ainsi à l'attente du Messie. Beaucoup de spécialistes veulent relier le baptême de Jean au baptême des prosélytes, rite d'initiation qui aurait remplacé la circoncision pour les convertis venant du paganisme. Mais il y a à cela deux difficultés : d'une part, le baptême des prosélytes ayant valeur d'initiation semble plus tardif ; d'autre part, Jean baptisait des Juifs de race.

Le personnage de Jean est représentatif de la fonction prophétique d'Israël : son geste baptismal s'inscrit dans le cadre des gestes prophétiques significatifs (I Rois, xxii, 11 ; Isaïe, xx, 2 ; Jérémie, xix, 10 ; etc.) ; il est aussi l'écho des passages prophétiques qui interprétaient l'ablution métaphoriquement (Ézéchiel, xxxvi, 25 ; Psaume LI, 6-11).

La tradition chrétienne précoce, reflétée par les Évangiles, a vu en Jean le prophète unique des temps nouveaux : celui que l'on attendait pour l'âge messianique, lorsque les cieux, fermés, selon la croyance courante, depuis la mort des derniers prophètes, s'ouvriraient de nouveau. C'est là la marque essentielle de la qualité de précurseur du Messie, qui lui fut imputée, et de son identification à Élie redivivus (conformément aux enseignements connus entre autres par Malachie, iii, 23-24, et Ecclésiastique, xlviii, 1-11). L'évangéliste Luc a bien noté cette qualité, en insistant cependant sur le fait qu'elle n'était pas messianique : notamment, pa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JEAN LE BAPTISTE (mort en 28)  » est également traité dans :

BAPTÊME

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 3 430 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Baptêmes juifs »  : […] La religion juive comportait des rites d'ablutions, qui sont consignés dans le Lévitique. Ainsi, pour l'ordination des prêtres (Lév., viii, 1), pour la consécration de l'autel : « Moïse fit sept aspersions sur l'autel et oignit, pour les consacrer, l'huile et les ustensiles » (Lév., viii, 11). Très importantes étaient les ablutions destinées à purifier ce qui était rituellement devenu impur. Ains […] Lire la suite

HÉRODE ANTIPAS (21 av. J.-C. env.-39) tétrarque de Galilée et de Pérée (4 av. J.-C. - 39 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 604 mots

Tétrarque de Galilée et de Pérée à l’époque de Jésus de Nazareth (4 av. J.-C. -39 apr. J.-C.), né en 21 av. J.-C. env., mort en 39 apr. J.-C. Fils d’Hérode I er le Grand (73 av. J.-C. -4 av. J.−C.) et de sa quatrième femme, Malthace (Samaritaine), Hérode Antipas hérite, en l’an 4 av. J.-C., d’une partie du royaume de son père après que l’empereur romain Auguste a ratifié le testament de son père. […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 235 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Jésus et son ministère »  : […] La date et le lieu de la naissance de Jésus ne sont pas connus avec une grande précision. Les nombreux problèmes posés par les Évangiles de l'enfance laissent bien des incertitudes. La tradition le fait naître « dans les jours d'Hérode », c'est-à-dire quelques années avant notre ère, dont le point de départ ne fut fixé qu'au vi e  siècle. Ses contemporains le connaissaient comme Galiléen, origina […] Lire la suite

MANDÉISME

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 842 mots

Dans le chapitre « Textes et doctrines »  : […] La secte mandéenne a été révélée en 1652 par un missionnaire carme, qui décrivait ses membres sous le nom de « chrétiens de saint Jean ». Au cours du xvii e  siècle, de nombreux voyageurs allèrent sur place recueillir des renseignements. Mais la véritable étude scientifique commença seulement au milieu du xix e  siècle, avec la parution d'éditions de textes, de traductions et d'une grammaire de la […] Lire la suite

NUIT DE LA SAINT-JEAN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 323 mots

Célébrée le 24 juin, la nuit de la Saint-Jean coïncide à quelques jours près avec le solstice d'été, vers le 21 juin, jour le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Liée au cycle solaire, cette fête universelle a des origines païennes, sans doute en rapport avec des rites de fécondité ancestraux, destinés à favoriser l'abondance des récoltes. À l'époque chrétienne elle fut dédiée à saint Je […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les deux derniers siècles de la Jérusalem juive : de la prise de la ville par Pompée (63 av. J.-C.) à la fin de la « Guerre d'Hadrien » (135 apr. J.-C.) »  : […] Après la prise de Jérusalem par Pompée, la royauté n'est conférée à aucun des prétendants juifs ; nommé seulement grand prêtre et ethnarque, Hyrcan II (63-40) doit payer tribut aux Romains, et se soumettre au contrôle du gouverneur romain de Syrie ; en outre, les villes de la côte, celles du nord de la Transjordanie, et plusieurs autres cités, comme Samarie, lui sont enlevées. Quant à Aristobule, […] Lire la suite

SALOMÉ, princesse juive (morte vers 72)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 446 mots

Selon l’historien juif Flavius Josèphe, Salomé, princesse juive morte vers 72 après J.-C., est la fille d’Hérodiade et la belle-fille d’Hérode Antipas (21 av. J.-C. env.-3 apr. J.-C.), tétrarque de Galilée et de Pérée, fils d’Hérode I er le Grand (73 av. J.-C.-4 apr. J.-C.). Elle se marie deux fois, tout d’abord avec le tétrarque Hérode Philippe I er (le demi-frère d’Hérode Antipas) puis avec […] Lire la suite

Les derniers événements

9-16 août 1993 Vatican – Amérique. Visite du pape Jean-Paul II en Amérique

Accueilli par le président Bill Clinton, de confession baptiste, avec qui il s'entretient du rôle des États-Unis dans le monde, Jean-Paul II place sa visite sous le signe du combat pour la « défense de la vie » contre la « culture de la mort », évoquant notamment l'avortement et l'euthanasie, deux domaines dans lesquels les fidèles américains refusent en majorité d'appliquer les enseignements de l'Église catholique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « JEAN LE BAPTISTE (mort en 28) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-le-baptiste/