PORTALIS JEAN ÉTIENNE MARIE (1746-1807)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un médiateur

Par ses origines provençales, Portalis représente le droit des pays de droit écrit, c'est-à-dire celui qui se distingue du droit coutumier par une forte influence de droit romain. Ce qui lui importe surtout, c'est de faire triompher l'esprit général de la législation romaine dans laquelle il voit une sorte de droit naturel. Par la rigueur de ses principes, elle lui apparaît comme un facteur déterminant de l'unification de la législation française et comme un moyen de consacrer la sécularisation du droit réalisée par la Révolution.

Rompant avec les traditions de l'Ancien Régime, Portalis s'efforce d'expliquer les nouvelles règles aux justiciables. Avec Tronchet et Bigot de Préameneu, il lutte au Conseil d'État pour faire admettre la nécessité des définitions. Il n'en laissa pas moins un large pouvoir d'interprétation à la jurisprudence qui devra notamment « terminer les contestations ». Les minutieuses précautions prises par les compilateurs de Justinien (Code Justinien, 14, 12, 1) pour interdire tout commentaire de leurs solutions permettent d'apprécier la différence de conception de la codification moderne. Le pouvoir d'interprétation des magistrats ne doit cependant pas être anarchique ; aussi Portalis prend-il soin de le placer sous la surveillance du législateur. C'est à ce dernier qu'il appartient de remplacer les textes périmés, et ce n'est qu'en cas d'impéritie du législateur que le juge devra faire œuvre créatrice en s'inspirant de l'équité et du droit naturel.

Pour Portalis, la conservation de la liberté est le principal but de la rédaction du Code civil, et la propriété individuelle est le fondement essentiel de la liberté civile. Contrairement aux tendances de l'ancien droit et conformément aux idées dégagées pendant la Révolution française, l'individualisme triomphe partout, qu'il s'agisse du droit de propriété ou de la volonté présumée du défunt qui conditionne le dr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PORTALIS JEAN ÉTIENNE MARIE (1746-1807)  » est également traité dans :

CIVIL DROIT

  • Écrit par 
  • Muriel FABRE-MAGNAN
  •  • 9 088 mots

Dans le chapitre « Le droit romain »  : […] Le droit civil trouve son origine dans les constructions juridiques de la Rome antique, dont les principales dispositions ont été rassemblées et refondues sous l'autorité de l'empereur Justinien, pendant son règne à Byzance (527-565). Ce corpus comprend quatre recueils : le Codex , recueil des constitutions impériales, c'est-à-dire des réponses aux questions posées à l'empereur ; le Digeste (enc […] Lire la suite

CODE NAPOLÉON

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 668 mots

Dans le chapitre « Idées directrices »  : […] Un des rédacteurs du Code, Portalis (1746-1807), a exprimé les conceptions qui ont présidé au travail de la Commission dans un document remarquable, le fameux Discours préliminaire. Ces conceptions touchent à la fois au fond et à la forme du Code. Quant au fond, le Code s'appuie sur quatre idées essentielles, qui peuvent aujourd'hui paraître banales à des Français, mais qui étaient largement nouve […] Lire la suite

CODIFICATION

  • Écrit par 
  • Guy BRAIBANT
  •  • 6 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La grande œuvre codificatrice de la Révolution et de l'Empire »  : […] Le mérite des grands codes français du début du xix e siècle est communément attribué au régime impérial et à Napoléon lui-même ; mais ces codes sont aussi, dans une large mesure, le résultat de travaux entamés dès le début de la Révolution. La loi du 16 août 1790 sur l'organisation judiciaire dispose que « les lois civiles seront revues et réformées par les législateurs et [qu'] il sera fait un […] Lire la suite

JURISPRUDENCE

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 695 mots

Dans le chapitre « Fonctions de la jurisprudence »  : […] Il semble que, dégagés des idées excessives de la période révolutionnaire, les rédacteurs du code Napoléon, et en particulier J. M. Portalis, aient été les premiers à voir quelles fonctions aurait la jurisprudence des tribunaux dans le cadre d'un droit codifié. « On ne peut pas plus se passer de la jurisprudence que de lois, écrit Portalis. L'office de la loi est de fixer par de grandes vues les m […] Lire la suite

LOI

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Universalis
  •  • 12 636 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sacralisation de la loi »  : […] On conçoit aisément l'étendue du prestige qu'assurait ainsi à la loi la conjonction de son origine dans la volonté du peuple et de son contenu dans les impératifs de la raison. Que pareille construction ne soit pas dépourvue d'équivoque, cela n'est que trop évident. Mais c'est précisément à l'ambiguïté dont elle l'affecte que la notion de loi a dû sa sacralisation. La loi ne met pas seulement un t […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jehan de MALAFOSSE, « PORTALIS JEAN ÉTIENNE MARIE - (1746-1807) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-etienne-marie-portalis/