ROMÉ DE LISLE JEAN-BAPTISTE-LOUIS (1736-1790)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naturaliste et cristallographe français, né à Gray, de parents peu fortunés. Il quitte sa famille pour Paris, où il étudie les sciences humaines ; après avoir terminé ses études, il obtient le poste de secrétaire d'une compagnie d'artillerie et de génie en partance pour les Indes. À la bataille de Pondichéry, il est fait prisonnier par les Anglais et, après un long périple qui le conduit jusqu'en Chine, il revient en France en 1764. Il décide alors de se consacrer à l'étude des sciences naturelles, soutenu dans cette entreprise par Balthazar Sage, professeur à l'École des mines de Paris, cadet de quelques années de Romé de Lisle. Grâce à une bourse qui lui est attribuée et le soutien amical de Sage, Romé de Lisle se fait connaître par la publication de La Lettre à Bertrand sur les polypes d'eau douce parue à Paris en 1766. Mais il abandonne rapidement la biologie pour la minéralogie qui est à l'aube de son existence. Il puise ses observations dans la collection de Davila, à l'époque la plus riche en minéraux de tout Paris. Il est accueilli par M. d'Ennery, un riche amateur de médailles qui pourvoit à sa subsistance.

Romé de Lisle est surtout attiré par l'existence des faces planes sur certains échantillons de minéraux qu'il mesure et décrit soigneusement. Ces observations lui permettent de découvrir la loi de la constance des angles (connue également sous le nom de la loi de Romé de Lisle) qui stipule que, pour une même espèce minérale, les angles dièdres que font entre elles les faces correspondantes d'un même polyèdre ou ceux que fait l'une d'elles avec les faces d'un autre polyèdre, sont constants.

Romé de Lisle a énoncé pour la première fois cette loi dans son Essai de cristallographie publié en 1772. Malheureusement cet ouvrage que Carl von Linné considère comme l'un des meilleurs traités de minéralogie parus au xviiie siècle, n'a eu que peu d'échos en France. Traduit en allemand en 1777, ce travail lui procure l'estime de plusieurs naturalistes étrangers.

En 1772, Romé de Lisle c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, directeur scientifique au Bureau de recherches géologiques et minières (B.R.G.M.), Orléans

Classification


Autres références

«  ROMÉ DE LISLE JEAN-BAPTISTE-LOUIS (1736-1790)  » est également traité dans :

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La cristallographie »  : […] de sa fabrication et imagine que leurs formes régulières découlent de trois ou quatre empilements élémentaires de sphères. Jean-Baptiste Romé de Lisle (1736-1790) se consacre à l'étude d'une collection de minéraux. Il utilise un goniomètre, fabriqué à sa demande, pour mesurer les angles formés par les facettes des différents cristaux. Son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux/#i_29118

Pour citer l’article

Zdenek JOHAN, « ROMÉ DE LISLE JEAN-BAPTISTE-LOUIS - (1736-1790) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-louis-rome-de-lisle/