ŁUKASIEWICZ JAN (1878-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe et logicien polonais, né à Lwów, Łukasiewicz fit des études de mathématiques et de philosophie dans sa ville natale. Il obtint son doctorat de philosophie en 1902, enseigna d'abord à Lwów, puis voyagea en Europe et, de 1915 à 1918, enseigna à l'université de Varsovie. En 1918, il appartint au cabinet du ministre polonais de l'Éducation nationale. En 1919, il retourna à l'université de Varsovie où il resta professeur jusqu'en 1939. Après la guerre, il quitta Varsovie pour Munster, puis Bruxelles. En dernier lieu, c'est à Dublin qu'il se fixa en 1946 comme professeur de logique mathématique.

S'il fut l'élève de Twardowski, son souci de clarté et de précision, son horreur de l'obscurité et de l'équivoque le rapprochent de G. E. Moore et, d'une manière générale, du mouvement de la philosophie analytique. Il critique Kant pour avoir finalement donné naissance à l'idéalisme allemand et, dans un article programmatique de 1927 sur la méthode en philosophie, il formule quelques exigences : ne traiter que les problèmes que l'on peut formuler clairement, ensuite essayer d'y répondre selon la méthode de la logique mathématique, c'est-à-dire déductive et axiomatique, maintenir le contact avec le réel, ne pas créer d'entités mythiques et chimériques, tenir compte notamment des résultats des sciences. Exigences difficiles à satisfaire, s'il est vrai qu'il est dans la nature de la philosophie de ne pouvoir s'exprimer en un système de type euclidien. Malgré une indéniable proximité avec le Cercle de Vienne, Łukasiewicz, comme la plupart des philosophes logiciens polonais, est beaucoup moins radical ; il n'opère pas les mêmes réductions ni les mêmes simplifications ; il élève des objections contre la tentative carnapienne de réduire des questions objectives à des questions linguistiques (1936).

En l'absence de traduction de ses œuvres philosophiques, Łukasiewicz est surtout connu comme logicien et comme historien de la logique antique. Déjà dans sa première publication (Cracovie, 1910), intitulée Sur le principe de contradiction chez Aristote, dans laquelle il distingue trois formes de ce principe (ontologique, logique et psychologique), il profite de l'occasion qui lui est donnée pour attirer l'attention des lecteurs polonais sur l'une des antinomies russelliennes. Il consacre ensuite son énergie à l'élaboration de la logique des propositions. En 1917, il instaure une logique trivalente grâce à la notion de possible suggérée par la lecture d'Aristote. Il espère par là surmonter le déterminisme en philosophie qu'il croit impliqué par l'acceptation du principe de bivalence (il reviendra ensuite sur cette position). Il généralise ce point de vue à la constitution de logiques plurivalentes à n valeurs et, à la fin de sa vie, interprète la logique modale d'Aristote à l'intérieur du cadre d'un système à quatre valeurs. L'intérêt de ces recherches est philosophiquement de montrer que la logique n'est pas quelque chose de rigide mais que, même à un très haut degré de généralité, il y a des alternatives possibles. Étudiant la logique propositionnelle classique, il révèle que les systèmes d'axiomes de Frege, de Hilbert et de Russell contiennent chacun un axiome différent redondant ; d'où des travaux sur la consistance, la complétude et l'indépendance des axiomes.

C'est peut-être pour ses études de logique ancienne qu'il est le plus connu, en France du moins. Il reconstitue la logique stoïcienne des propositions depuis Philon de Mégare. Surtout il renouvelle la présentation de la syllogistique aristotélicienne (Aristotle's Syllogistic, 1951). Sa thèse originale est que les syllogismes aristotéliciens ne sont pas comme on l'a cru des schèmes d'inférence valide mais des lois logiques. On lui doit la première axiomatisation moderne de la syllogistique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification

Autres références

«  LUKASIEWICZ JAN (1878-1956)  » est également traité dans :

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 997 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique aristotélicienne »  : […] On s'accorde toujours à faire commencer la logique avec celles des œuvres d'Aristote qui seront ultérieurement rassemblées sous le titre commun d' Organon – mot qui marque bien le caractère instrumental et préparatoire à la philosophie qu'Aristote lui reconnaissait. Elle avait été préparée par le développement de la dialectique, qu'Aristote fait remonter à Zénon d'Élée ; mais celle-ci était conç […] Lire la suite

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les logiques modales contemporaines »  : […] Les fondateurs de la logique contemporaine, au début du xx e  siècle – Frege, Russell et leurs successeurs –, ignorèrent la logique modale parce qu'ils entendaient limiter le domaine de la logique à la logique extensionnelle. Le renouveau de la logique modale au xx e  siècle vint de l'application à l'étude des notions de nécessité et de possibilité des méthodes axiomatiques de la nouvelle logique […] Lire la suite

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Incompatibilité »  : […] Les développements ultérieurs de la logique symbolique (dans sa théorie déductive) ont donné lieu à la découverte et à l'axiomatisation de l'incompatibilité (Sheffer-Nicod), symbolisée par le trait vertical entre propositions ( p | q ). Cette liaison est une constante logique originale. Elle permet de faire l'économie des autres constantes, celles du produit, de la somme, de l'implication et de l […] Lire la suite

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 431 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Logique des stoïciens et logique moderne »  : […] À l'époque hellénistique, la logique des stoïciens était plus importante que celle d'Aristote. Mais, dans la seconde moitié du i er  siècle avant J.-C., on assiste à une renaissance de l'aristotélisme. À la fin de l'Antiquité, Simplikios (né vers 500 apr. J.-C.) dit que les œuvres des stoïciens étaient perdues. Dans les Temps modernes, on a longtemps estimé que l'enseignement des stoïciens, pédant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « ŁUKASIEWICZ JAN - (1878-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-lukasiewicz/