BUCHANAN JAMES (1919-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

James Mc Gill Buchanan est né le 2 octobre 1919 à Murfreesboro dans le Tennessee. Après des études universitaires, il poursuit sa formation de chercheur à l'université de Chicago où il obtient un doctorat en 1948. De 1957 à 1967, professeur à l'université de Charlottesville en Virginie, il dirige le Centre Thomas Jefferson d'études d'économie politique et de philosophie sociale qu'il avait fondé avec l'économiste Warren Nutter. Dix ans après Milton Friedman, fondateur de l'école de Chicago, douze ans après Friedrich von Hayek, vénéré par les « Autrichiens » de l'école de Vienne, Buchanan obtient le prix Nobel d'économie le 16 octobre 1986, alors qu'il poursuit sa carrière dans la petite université George Mason à Fairfax, près de Washington (Virginie).

À l'interférence de l'économie et de la science politique, James Buchanan publiera en 1975 The Limits of Liberty, between Anarchy and Leviathan, qui présente cette idée force de la conception libérale, selon laquelle la justice sociale ne s'apprécie pas aux résultats obtenus (par exemple, une plus grande égalité des revenus), mais à la justice des règles qui ont permis d'obtenir le résultat. L'ensemble de ses travaux sont réunis dans un ouvrage connu sous le nom de Public Choice, une théorie des prises de décisions économiques dans le secteur public.

Jusqu'alors, la théorie de l'État-providence analysait comment les autorités publiques compensaient les imperfections du marché, chaque fois que l'équilibre entre l'offre et la demande ne s'établissait pas automatiquement. Les décisions politiques n'intervenaient alors que pour corriger certains aléas de la conjoncture.

De même, les « théories politiques de la stabilisation », qu'elles aient une empreinte keynésienne ou monétariste, justifiaient l'action des autorités publiques dans leur poursuite d'objectifs socio-économiques, tels l'emploi, la lutte contre l'inflation ou le taux de croissance. Elles avaient persuadé les Occidentaux que le capitalisme pourrait être sauvé par l'intervention de l'État.

Buchanan, et avec lui d'autres chercheurs du Centre d'études des choix publics qu'il a fondé à Blacksburg, sur le campus de l'université de Virginie, rejettent cette vision de la vie politique. L'État lui-même n'est selon eux qu'une mystification : il n'est pas « économiquement vierge » puisqu'il produit du transport, de la santé, de l'éducation. Même ses fonctions les plus « régaliennes », telles la justice et la défense, sont en réalité des productions.

L'ouvrage qui révéla à la communauté scientifique l'attaque de James Buchanan contre les hommes politiques et la politique économique qu'ils entendent mener, The Calculus of Consent, sera écrit dès 1962 avec la collaboration de Gordon Tullock. Les travaux des deux auteurs reposent sur un postulat simple : les individus, faisant preuve d'égoïsme sur les marchés, ne peuvent guère se comporter différemment dans la vie politique. On peut donc transposer, sur le plan politico-administratif, l'explication du comportement économique des individus sur les marchés. Les hommes politiques, comme les partis ou les administrations, loin d'être les défenseurs de l'intérêt public, n'agissent qu'en fonction de leur propre intérêt. Ils « travaillent » essentiellement à leur propre réélection pour parvenir à des positions de force ou pour bénéficier de la plus grande part possible du budget. L'État ne serait alors qu'une coalition d'intérêts privés, corporatifs, voire un moyen de promotion pour les hommes politiques.

Le mobile électoral devient au monde politique ce que le profit est à l'entrepreneur traditionnel. En conséquence, il ne faudra choisir l'État que lorsque la solution du marché sera réellement plus onéreuse que celle de l'intervention publique. Buchanan renoue ainsi avec la tradition des « économistes-philosophes » qui, depuis Adam Smith et Bastiat, veulent éliminer toutes les entraves qui empêchent l'individu d'agir librement. Nos difficultés économiques ne seraient pas aujourd'hui le résultat d'une faillite de l'économie de marché, mais seulement celle de nos mécanismes politiques.

À partir de cette analyse, Buchanan étudie le rapport entre les dépenses publiques et les impôts, et explique que [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BUCHANAN JAMES (1919-2013)  » est également traité dans :

LE CALCUL DU CONSENTEMENT, FONDATIONS LOGIQUES DE LA DÉMOCRATIE CONSTITUTIONNELLE, James Buchanan et Gordon Tullock - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 022 mots

Rendre compte économiquement du politique. Tel est le projet de The Calculus of Consent. Logical Foundations of Constitutionnal Democracy (Le Calcul du consentement. Fondations logiques de la démocratie constitutionnelle), un ouvrage de James Buchanan (né en 1919) et de Gordon Tullock (né […] Lire la suite

CHOIX PUBLICS ÉCOLE DES ou PUBLIC CHOICE SCHOOL, économie

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 115 mots

Née au tournant des années 1960, sous l'influence des travaux d'Anthony Downs, Gordon Tullock et James M. Buchanan (distingué par le prix Nobel d'économie en 1986), l'école des choix publics a profondément renouvelé l'étude des faits politiques. Si ses objets d'étude restent ceux de la science politique traditionnelle – l'État, les règles de vote et les élections, le phénomène bureaucratique – […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « BUCHANAN JAMES - (1919-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-buchanan/