BALDWIN JAMES (1924-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Durant vingt années, James Baldwin a été le prophète inspiré du Mouvement pour les droits civiques, analysant les frustrations de ses congénères et les préjugés raciaux des Blancs, faisant appel à la conscience morale de son pays tout en le menaçant de la révolution. Intégrationniste avant d'être tenté par le nationalisme, il demeure un témoin de son temps, un humaniste introspectif aux talents divers et à l'écriture éloquente.

Né à Harlem le 2 août 1924, Baldwin fit ses débuts littéraires à quatorze ans dans le magazine de son collège, et ses débuts de prédicateur à l'église de la Fireside Pentecostal Assembly. Rompant avec l'Église et le ghetto, il s'établit à sa majorité à Greenwich Village et embrassa la carrière de romancier sous la tutelle de Richard Wright. Désespérant de s'affirmer aux États-Unis à cause du racisme, il partit pour Paris en 1948. C'est là, dans une extrême pauvreté, qu'il écrivit les essais de Notes of a Native Son (1955 ; Chronique d'un pays natal, 1973) et de Nobody Knows My Name (1961 ; Personne ne sait mon nom, 1963), traitant de sa quête d'identité, des rapports entre littérature et engagement, des relations entre les races et entre l'Amérique et l'Europe. À Paris, il termine également Go Tell It on the Mountain (1953 ; Les Élus du Seigneur, 1957), commencé dix ans auparavant ; ce premier roman retrace une adolescence partagée entre la violence des rues du ghetto et le salut que prétend apporter la foi. Cette évocation des passions et de l'idéalisme d'une famille noire avec, pour toile de fond, la migration vers le Nord, reste probablement le chef-d'œuvre de Baldwin. Giovanni's Room (1956 ; Giovanni, mon ami, 1958) traite ouvertement de l'homosexualité, insistant sur le malaise d'un jeune Américain puritain vivant en France. Un recueil de nouvelles, Going to Meet the Man (1965 ; Face à l'homme blanc, 1968), reprendra des thèmes semblables.

James Baldwin

James Baldwin

photographie

Tout au long de son œuvre, James Baldwin s'est interrogé sur les relations entre Noirs et Blancs aux États-Unis et sur l'oppression raciale. En témoignent des livres tels que Chronique d'un pays natal, Personne ne sait mon nom ou La Prochaine fois, le feu. À partir... 

Crédits : Morton Broffman/ Getty Images

Afficher

Sa réputation assurée, Baldwin rentra au pays natal et connut alors la notoriété comme porte-parole du Mouvement des droits civiques. Désormais, il allait partager son temps entre de nombreux voyages, les États- [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BALDWIN JAMES (1924-1987)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'homme du progrès »  : […] Les Désaxés (The Misfits, 1960) d'Arthur Miller, par exemple, illustrent la décomposition lamentable du mythe de l'Ouest. L'« autre pays », titre d'un roman de Baldwin, ne se découvre pas seulement dans la solidarité raciale, la drogue, les aventures sexuelles mais aussi, pour Alice Walker, par exemple, en Afrique même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_9146

Pour citer l’article

Michel FABRE, « BALDWIN JAMES - (1924-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-baldwin/