RIVETTE JACQUES (1928-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie du complot

Sorti en 1961, le film est un échec public total, mais Rivette connaît pourtant un moment de célébrité avec la polémique qui a accompagné la censure de Suzanne Simonin. La Religieuse de Diderot (1965-1966), dont le rôle-titre est interprété par Anna Karina, qui visait moins la religion que le mysticisme aveugle et la violence qui découlent de la claustration forcée. Au lieu du film grivois attendu, un large public a pu découvrir, après seize mois d’interdiction totale, une œuvre volontairement glaçante et austère. Dans ses deux premiers films, Rivette s’est senti prisonnier des scénarios, pourtant écrits par lui-même et Jean Gruault. La réalisation pour la télévision de Jean Renoir, le patron (1966), dans le cadre de la série Cinéastes de notre temps, lui permet d’expérimenter in vivo la méthode de Renoir, dans laquelle le metteur en scène n’est plus un démiurge omniscient mais un simple observateur de ce que trament les acteurs presque à son insu. L’élève de Balzac et Fritz Lang qu’était Rivette critique passe de « la recherche de l’absolu » à « la recherche du relatif » (titre de la première partie).

Les deux films qui suivent constituent le noyau vital et parfois mythique de l’œuvre à venir. Dans L'Amour fou (1967-1968), Sébastien (Jean-Pierre Kalfon) monte Andromaque au théâtre. Les répétitions sont filmées en 16 mm par un réalisateur de télévision (André S. Labarthe). Claire (Bulle Ogier) quitte le théâtre et s'enferme dans l'appartement qu'elle partage avec Sébastien, s’enfonçant dans la folie...

Malgré la ressemblance anecdotique avec Paris nous appartient, L’Amour fou n’en constitue pas un remake mais une réinvention, un authentique work in progress de plus de quatre heures, où film et tournage sont à la fois totalement imbriqués et indépendants : Labarthe filme Kalfon montant réellement son Andromaque tandis que Rivette enregistre répétitions et reportage, découvrant en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  RIVETTE JACQUES (1928-2016)  » est également traité dans :

NE TOUCHEZ PAS LA HACHE (J. Rivette)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 126 mots

Depuis son premier long-métrage, Paris nous appartient (1960), en passant par Out 1 (1970),L'Histoire des treize d'Honoré de Balzac est pour Jacques Rivette une source d'inspiration. L'adaptation du volet central de la trilogie balzacienne, […] Lire la suite

CENSURE

  • Écrit par 
  • Julien DUVAL
  •  • 6 226 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ordre public et bonnes mœurs »  : […] Ces périodes particulières mises à part, le contrôle étatique des publications a été très limité au xx e  siècle. L'assouplissement de la législation traduit certainement un progrès de la liberté d'expression, mais il tient aussi à l'affaiblissement du rôle social de l'écrit face aux nouveaux moyens de communication. En revanche, il faut souligner que le développement du cinéma et de la télévisio […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma français »  : […] Dans l'espace occidental, il est le seul concurrent sérieux de son homologue américain. Le soutien étatique et le dynamisme de la production fondée sur la relation privilégiée avec la chaîne de télévision Canal Plus (qui s'est imposée comme le grand argentier du cinéma français) n'expliquent cependant pas tout. Si dans d'autres domaines la France a fait valoir, à tort ou à raison, la prépondéranc […] Lire la suite

GRUAULT JEAN (1924-2015)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 762 mots

Acteur, metteur en scène de théâtre, auteur dramatique, romancier, librettiste d’opéra, Jean Gruault a marqué l’histoire du cinéma par son travail de scénariste. S’il avait écrit pour des réalisateurs tels que Robert Enrico ou Gavin Millar, il était surtout de la famille de la nouvelle vague (via Rossellini, Rivette, Truffaut) et, plus globalement, des « cinéastes de la modernité » des années 196 […] Lire la suite

KARINA ANNA (1940-2019)

  • Écrit par 
  • Jacques KERMABON
  •  • 750 mots
  •  • 2 médias

Icône de la nouvelle vague, Hanne Karin Bayer est née à Solbjerg, au Danemark, le 22 septembre 1940. Elle a souvent raconté ses parents séparés dès son plus jeune âge, son enfance auprès de ses grands-parents, le retour chez sa mère à la mort de sa grand-mère, les relations difficiles avec son deuxième beau-père, sa passion pour le cinéma, son rêve de devenir comédienne, enfin ses fugues à l’adol […] Lire la suite

NOUVELLE VAGUE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 975 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une certaine idée du cinéma »  : […] En effet, et même si la situation économique globale du cinéma français est saine, malgré la baisse des entrées qui affecte l’ensemble des cinématographies européennes, beaucoup s’inquiètent de l’absence de renouvellement des sujets, des méthodes et des hommes. En 1956, une prime à la qualité pour les longs-métrages est attribuée à des œuvres « de nature à ouvrir des perspectives nouvelles à l’art […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « RIVETTE JACQUES - (1928-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-rivette/