MARCEL ÉTIENNE (1316 env.-1358)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étienne Marcel appartient à l'une des plus grandes familles de la bourgeoisie parisienne de la première moitié du xive siècle, période au cours de laquelle cette bourgeoisie fait fortune rapidement et acquiert des offices royaux. Ainsi, le grand-père d'Étienne, Pierre Marcel, s'enrichit en fournissant la cour du roi de Naples et celle du comte d'Artois. Parmi ses ancêtres maternels, Étienne compte un prévôt de Paris. Néanmoins, son père, Simon, cadet de la famille, reste un peu en marge de cette réussite. Lorsqu'il apparaît pour la première fois en 1336, Étienne Marcel, fournisseur de la cour de Philippe VI, semble, à côté de ses oncles et cousins devenus d'habiles hommes d'affaires, un marchand drapier besogneux. Pour leur ressembler, une seule solution : le mariage. Il épouse d'abord, à une date inconnue, Jeanne de Dammartin, fille d'un échevin parisien. Elle apporte 852 livres de dot, mais meurt en 1344. Par son second mariage (1345 ?), avec Marguerite Des Essarts, Étienne choisit d'entrer dans le monde de la richesse — la dot est de 3 000 écus d'or — et de la très haute bourgeoisie d'affaires, qui confond souvent ses intérêts avec ceux de l'État. Le père de Marguerite, Pierre, venu de Rouen à Paris sous Philippe le Bel, anobli dès 1320, est à la fois un audacieux brasseur d'affaires, le maître des comptes et le banquier du roi. Ce mariage offre sans doute à Étienne Marcel la tentation de mener une carrière comparable, tentation vite réprimée par une convergence de faits et d'influences. Une affaire d'héritage le détache d'abord de ce milieu. Pierre Des Essarts, déchu après Crécy (1346), doit une lourde amende. À sa mort (1349), Étienne refuse l'héritage de crainte d'être obligé de payer celle-ci. Au contraire, ses beaux-frères, le chanoine Jean Des Essarts et Robert de Lorris, acceptent, en jouant la carte de la réhabilitation, et avec le nouveau roi Jean II, ils g [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARCEL ÉTIENNE (1316 env.-1358)  » est également traité dans :

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Dans le chapitre « Débuts politiques de la bourgeoisie »  : […] La période qui suit ( xiv e - xv e  s.) va, à travers les luttes franco-anglaises qui ensanglantent le pays et y répandent la ruine, aggravée par les ravages de la peste noire de 1348, révéler la puissance de quelques grands bourgeois qui, désormais, manifestent des ambitions politiques à l'échell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie-francaise/#i_13828

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « Les obstacles »  : […] Mais l'action monarchique se heurta d'abord à la crise économique et à la mortalité effroyable de la Grande Peste. Une famine générale consécutive à des intempéries reparut en 1315-1317. Les revenus seigneuriaux s'amenuisèrent. Le commerce de luxe traditionnel (étoffes de prix) recula devant la production et l'exportation de produits de prix et qualité moindres. La Peste noire, à partir de 1348, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capetiens/#i_13828

Pour citer l’article

Claude GAUVARD, « MARCEL ÉTIENNE (1316 env.-1358) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-marcel/