JACOPO DELLA QUERCIA (1374 env.-1438)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien qu'il soit né à Sienne et qu'il y ait fait son apprentissage artistique, probablement sous la direction de son père Pietro di Angiolo, c'est à Ferrare qu'il faut aller chercher la première œuvre de « Jacopo de Senis » (de Sienne) : La Vierge à la grenade, achevée le 18 juin 1408 (aujourd'hui au musée de la Cathédrale). On ne sait rien, en effet, du relief qu'il avait exécuté en 1402 lors du célèbre concours pour la seconde porte du baptistère de Florence où Ghiberti fut vainqueur et il ne semble pas, contrairement à ce que l'on a cru longtemps, que l'on puisse dater de 1406 l'admirable Gisant d'Ilaria del Carretto (San Martino, Lucques). C'est en 1409 qu'il entreprend son œuvre principale, la Fonte Gaia, fontaine monumentale édifiée au centre de la grande place de Sienne. Les sculptures originales très dégradées ont été remplacées par des copies, mais les fragments anciens (Palazzo publico, Sienne) permettent de se faire une idée de cet ensemble, réalisé en majeure partie entre 1415 et 1419. En 1413, il commence le retable de la chapelle du Saint-Sacrement à San Frediano de Lucques qu'il n'achèvera qu'en 1422, mais dont les parties ornementales attestent son attachement au style gothique « fleuri ». Il collabore aussi aux fonts baptismaux du baptistère de Sienne (Apparition de l'ange à Zacharie, 1419, Prophètes, 1428-1429). En 1425, il reçoit la commande du portail majeur de la basilique San Petronio de Bologne, qu'il laisse inachevé à sa mort. Mais aux piédroits de ce portail il avait sculpté des scènes de la Genèse qui annoncent, par leur puissance, celles que Michel-Ange peindra à la voûte de la Sixtine.

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification

Autres références

«  JACOPO DELLA QUERCIA (1374 env.-1438)  » est également traité dans :

MICHEL-ANGE (1475-1564)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 12 230 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le sculpteur : projets et réalisations »  : […] L'un des aspects les plus intéressants de l'art de Michel-Ange sculpteur est sa façon de procéder, extrêmement révélatrice, bien qu'elle ne laisse pas de poser des problèmes d'interprétation. Pour Michel-Ange, la sculpture digne de ce nom est celle qu'on obtient per via di levare (par la taille) où le sculpteur se heurte à la résistance de la pierre et doit faire appel à son « jugement », puisqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « JACOPO DELLA QUERCIA (1374 env.-1438) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacopo-della-quercia/