ISE MONOGATARI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Recueil de contes illustrés de courts poèmes, l'Ise monogatari est probablement le plus ancien écrit en prose de la littérature japonaise. Œuvre de transition entre la poésie du Man yō shū (viiie s.) et les « dits » (monogatari) ou les journaux intimes (nikki) du xe siècle, il représente, indépendamment de son intérêt propre, une étape capitale dans la formation d'une littérature spécifiquement japonaise.

Le texte

Composé, dans sa version la plus répandue, de cent vingt-cinq récits en prose de longueur variable (de quelques lignes à deux ou trois pages), l'Ise monogatari apparaît comme une suite de contes apparemment indépendants les uns des autres. Cependant, un certain nombre d'entre eux commençant par la formule « mukashi otoko arikeri » (« jadis il était un homme »), l'on en avait très tôt conclu qu'il s'agissait des aventures d'un seul et même personnage, à savoir l'auteur de la plupart des poèmes du recueil, Ariwara no Narihira (825-880), que l'on ne tarda pas à tenir pour l'auteur de l'ensemble. Quelques manuscrits lui donnent même pour titre : « Journal du commandant de la garde Ariwara ». Cette hypothèse ne pouvait toutefois expliquer la présence de neuf poèmes du Man yō shū et de vingt-cinq autres d'auteurs divers, postérieurs parfois à la mort de Narihira. Partant du titre, dont l'origine est inexpliquée, on a donc supposé que l'auteur était la poétesse Ise († 939).

Sans entrer dans la discussion, notons que l'on admet généralement aujourd'hui que l'Ise monogatari est la réunion arbitraire, effectuée en plusieurs temps, de récits explicatifs destinés à faciliter la lecture de poèmes préexistants, calqués sur les notices de présentation des poèmes du Man yō shū, primitivement rédigées en chinois. Il est probable dans ce cas qu'un choix des poèmes de Narihira en a constitué le noyau primitif. Un certain nombre de ceux-ci figurent d'ailleurs dans l'anthologie du Kokin-waka-shū (905), précédés de préambule [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  ISE MONOGATARI  » est également traité dans :

ARIWARA NO NARIHIRA (825-880)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 343 mots

Poète japonais, petit-fils d'empereurs par son père et par sa mère. On ne connaît guère de la vie de Narihira qu'une sèche récapitulation de son cursus honorum. Mais très tôt le personnage est entouré d'un halo légendaire qui fait de lui une sorte de héros de roman. L'Ise monogatari, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ariwara/#i_24634

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 417 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La formation des genres littéraires (IXe et Xe s.) »  : […] sont déjà de petits récits en prose, dont le waka qu'ils introduisent constitue la chute. Ce procédé sera développé systématiquement dans les Contes d'Ise (Ise monogatari), recueil composé de cent vingt-cinq récits, prétexte chacun à un ou plusieurs poèmes. Ce sont des anecdotes relatives pour la plupart au poète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_24634

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « ISE MONOGATARI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ise-monogatari/