ISE MONOGATARI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La composition

L'analyse du texte, dans son ordonnance actuelle, apporte des indications précieuses sur le processus de formation d'une littérature romanesque. Les diverses anecdotes sont en effet classées dans un ordre tel qu'il suggère une succession chronologique dans la vie du héros anonyme, de son adolescence à sa mort. Le rédacteur, persuadé de toute évidence qu'il s'agissait de Narihira, s'est même efforcé d'identifier, dans des notes visiblement interpolées, les personnages secondaires d'après ce qu'il savait de la vie du poète. Aussi peut-on voir dans l'Ise monogatari une biographie semi-légendaire du héros, dont certains épisodes ont par la suite inspiré des romanciers ou des dramaturges : ainsi de son exil dans les marches de l'Est, de ses aventures avec la future impératrice de Nijō, avec la grande prêtresse d'Ise, ou de son amitié avec le prince-poète Koretaka. Il eût en somme suffi de relier entre eux les divers fragments pour en faire une biographie romancée de Narihira.

Non moins suggestive apparaît la comparaison entre les « contes » les plus courts, simple énoncé des circonstances de la composition d'un poème, et les plus développés qui laissent prévoir déjà, dans leur raideur schématique, les subtiles analyses psychologiques du Genji monogatari. Trois exemples montreront mieux que tout développement théorique comment s'opère le passage du « conte poétique » (uta-monogatari) au « dit » romanesque. Jadis un homme à l'égard d'une femme conçut un dépit amer : Ce ne sont rochers ni montagnes accumulées qui nous séparent et nombreux pourtant sont les jours où sans vous voir me languis d'amour.

(Ise monogatari, conte 74.)

Jadis il était un homme. Dépité du dépit d'une certaine personne : Plus sensé serait de faire tenir empilées dix dizaines d'œufs que de se soucier de qui de vous point n'a cure. Voilà ce qu'il dit, et lors : De la rosée du matin il peut rester des traces point dissipées mais en vous qui donc oserait placer sa confiance ? Derechef l'homme : Au vent qui souffle

les cerisiers l'an passé

n'eussent-ils po [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  ISE MONOGATARI  » est également traité dans :

ARIWARA NO NARIHIRA (825-880)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 343 mots

Poète japonais, petit-fils d'empereurs par son père et par sa mère. On ne connaît guère de la vie de Narihira qu'une sèche récapitulation de son cursus honorum . Mais très tôt le personnage est entouré d'un halo légendaire qui fait de lui une sorte de héros de roman. L' Ise monogatari , compilation disparate de contes d'origines diverses, avait sans doute recueilli, dès le début du x e  siècle, un […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La formation des genres littéraires (IXe et Xe s.) »  : […] En 794, la cour abandonne Nara pour Heian-kyō, « cité de la Paix », l'actuel Kyōto, qui restera la capitale jusqu'en 1868. C'est le commencement de l'époque dite de Heian, qui s'achèvera avec la conquête du pouvoir par les Minamoto, fondateurs en 1185 du gouvernement militaire des shōgun , ou chefs de guerre. La culture de Heian, dont l'apogée se situe aux environs de l'an mille, verra se créer, […] Lire la suite

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « ISE MONOGATARI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ise-monogatari/