SINGER ISAAC BASHEVIS (1904-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu avant de recevoir le prix Nobel de littérature, au mois d'octobre 1978, Isaac Bashevis Singer déclarait : « Je suis presque le dernier écrivain yiddish... » En couronnant Singer, l'Académie suédoise a voulu non seulement attirer l'attention sur une littérature minoritaire, comme ce fut le cas pour l'Islandais Halldor Laxness ou l'Israélien Agnon, mais bien plus encore rendre un hommage en forme d'adieu à une langue et à une culture qui meurent doucement, victimes tout à la fois de la Shoah et du dynamisme de l'État d'Israël, qui a choisi l'hébreu comme ciment de son unité.

Tout en étant profondément original, Isaac Bashevis Singer se rattache à cette prestigieuse lignée des conteurs juifs, pour qui raconter des histoires est une passion, et dont l'humour se perpétue chez des écrivains ou des artistes aussi différents que Philip Roth ou Woody Allen aux États-Unis, Patrick Modiano ou Jacques Lanzmann en France. Isaac Bashevis Singer est né le 14 juillet 1904 à Leoncin. Sa famille se transfère ensuite à Radzymin. Son père et son grand-père étaient rabbins, et lui-même était destiné à suivre leur exemple. Âgé de quatre ans, il déménage avec sa famille pour Varsovie, où son père devient le président d'un beth din, tribunal rabbinique qu'il décrira plus tard dans l'une de ses nouvelles comme « une sorte de tribunal qui serait à la fois prétoire, synagogue, salle d'étude et bureau de psychanalyste ». Tout en étudiant la Torah, il découvre dès l'âge de douze ans les traductions yiddish de Tolstoï, Dostoïevski, Maupassant, Flaubert, qui exerceront sur lui une influence profonde et durable. Mais c'est finalement l'exemple de son frère aîné Israel Joshua Singer, écrivain déjà très connu en Pologne, qui le détournera du rabbinat pour le journalisme et la littérature. Il fait ses premières armes d'écrivain en publiant des contes dans les Literarische Bleter et en traduisant en yiddish les romans de Knut Hamsun et La Montagne magique de Thomas Mann.

Isaac Bashevis Singer

Isaac Bashevis Singer

photographie

Conteur hors pair, Isaac Bashevis Singer fut l'ultime représentant de la culture yiddish. Convoquant dibbouks et rabbins, ses romans et nouvelles conservent les traces d'une tradition orale d'une immense richesse. 

Crédits : Nancy Rica Schiff/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

Afficher

En 1935, il quitte la Pologne pour rejoindre son frère, établi à New York. Centre de l'émigration juive en Amérique, New York est [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SINGER ISAAC BASHEVIS (1904-1991)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'homme du progrès »  : […] d'Europe centrale ou les plantations du Sud, et le présent, les ghettos urbains. Même le shtetl d'Isaac Bashevis Singer est trop violent et fabuleux pour faire figure de paradis perdu. Les Désaxés (The Misfits, 1960) d'Arthur Miller, par exemple, illustrent la décomposition lamentable du mythe de l'Ouest. L'« autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_82846

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] yiddish, à commencer par ce Manoir (1967), chef-d'œuvre d'Isaac Bashévis Singer, où l'on passe en une génération d'un shtetl – le village misérable et inculte – à la fastueuse Varsovie de la réussite. À l'image de la diaspora juive, la littérature yiddish est à la fois une et multiple, mais un seul trait la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_82846

SINGER ISRAEL JOSHUA (1893-1944)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 424 mots

Singer est le frère aîné de l'écrivain Isaac Bashevis Singer (Prix Nobel de littérature 1978) et le frère cadet d'Esther Kreytman (Kreitman) écrivain également. À l'instar de son frère, I. J. Singer écrit des romans relatant des histoires de famille sur plusieurs générations, mais contrairement à lui, il établit un lien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel-joshua-singer/#i_82846

LE SPINOZA DE LA RUE DU MARCHÉ, Isaac Bashevis Singer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 946 mots
  •  • 1 média

Le Spinoza de la rue du Marché d'Isaac Bashevis Singer (1904-1991) est paru, sous son titre original, The Spinoza of Market Street, en 1957. La traduction française en a été effectuée en 1966. Il s'agit d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-spinoza-de-la-rue-du-marche/#i_82846

YIDDISH

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yitzhok NIBORSKI
  •  • 13 955 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La littérature yiddish aux États-Unis »  : […] Isaac Bashevis Singer (1904-1991) peint dans Le Manoir, Le Domaine, La Famille Moskat, de manière réaliste, la lente décadence de la bourgeoisie juive de Pologne. Dans La Corne du bélier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiddish/#i_82846

Pour citer l’article

Luc ROSENZWEIG, « SINGER ISAAC BASHEVIS - (1904-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-bashevis-singer/