ANDROPOV IOURI VLADIMIROVITCH (1914-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique soviétique né le 15 juin 1914 à Nagoutskaia (province de Stavropol, Russie), mort le 9 février 1984, à Moscou.

Fils d'un ouvrier des chemins de fer, Iouri Andropov travaille d'abord en tant que télégraphiste, projectionniste et batelier sur la Volga avant de suivre des études techniques, puis de s'inscrire à l'université de Petrozavodsk. Il organise le komsomol de la région de Iaroslav, puis rejoint le Parti communiste en 1939. Remarqué par ses supérieurs, il est premier secrétaire du komsomol de la toute nouvelle République carélo-finnoise autonome (1940-1944).

La carrière d'Andropov prend un tournant décisif en 1951, lorsqu'il gagne Moscou et rejoint l'appareil du comité central, considéré comme une excellente formation pour les jeunes cadres prometteurs du parti. Ambassadeur en Hongrie (juill. 1954-mars 1957), il joue un rôle clé dans la coordination de l'intervention soviétique dans ce pays. Andropov revient ensuite à Moscou, où il grimpe rapidement dans la hiérarchie communiste, jusqu'à devenir président du K.G.B. (Comité pour la sécurité de l'État), en 1967. À ce poste, il mène une politique répressive, marquée par les purges contre les dissidents politiques.

Andropov est élu au Politburo et se prépare à succéder au dirigeant soviétique Leonid Brejnev, dont la santé se dégrade, en démissionnant du K.G.B. en 1982. Le comité central du Parti communiste le choisit comme successeur de Brejnev au poste de secrétaire général dès le 12 novembre 1982, deux jours après la mort de ce dernier. Andropov consolide son pouvoir en devenant président du présidium du Soviet suprême le 16 juin 1983.

Gravement malade, Andropov cesse d'apparaître en public en août 1983. À sa mort, son ancien rival Constantin Tchernenko lui succède.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ANDROPOV IOURI VLADIMIROVITCH (1914-1984)  » est également traité dans :

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 016 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Fusion » ou « épanouissement » des nations »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les déplacements de populations et le nouveau tracé des frontières réduisirent considérablement l'importance numérique des minorités nationales dans les pays d'Europe de l'Est : après avoir représenté un quart de la population des États d'Europe centrale en moyenne dans l'entre-deux-guerres, elles ne con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-mouvement-communiste-et-question-nationale/#i_91805

EST-OUEST RELATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques HUNTZINGER, 
  • Philippe MOREAU DEFARGES
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Confrontation et crises imbriquées (1980-1983) »  : […] Tout comme à l'époque de la guerre froide (1947-1953), puis lors de la deuxième crise de Berlin (1958-1961), l'affrontement Est-Ouest se recentre sur l'Europe entre 1979 et 1983. Après les grandes manœuvres périphériques des années 1970, la confrontation se déroule à nouveau sur son terrain initial. Si les deux crises de Berlin ont été voulues, mis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relations-est-ouest/#i_91805

GORBATCHEV MIKHAÏL (1931- )

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 2 008 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hasards et nécessités d'une trajectoire  »  : […] Mikhaïl Gorbatchev est un homme profondément soviétique. Il est issu d'une famille paysanne ralliée au communisme et, dès l'âge de dix-sept ans, il est décoré de l'ordre du Drapeau rouge pour le travail effectué au côté de son père, conducteur d'engins agricoles au village de Privolnoïe (où il est né le 2 mars 1931), situé dans la région de Stavrop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-gorbatchev/#i_91805

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La révolution de 1956 »  : […] L'étincelle viendra de Varsovie, avec les changements dramatiques qui ramènent Wladislaw Gomulka au pouvoir. Le 22 octobre 1956, des tracts d'étudiants circulent à Budapest et sont collés sur les murs de la ville : ils explicitent les revendications de la nation, parmi lesquelles le retour d'Imre Nagy, des élections libres et la révision des rappo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_91805

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'intermède Andropov-Tchernenko (novembre 1982-mars 1985) »  : […] À la mort de Brejnev (novembre 1982), Iouri Andropov, chef du KGB, devient secrétaire général du parti. Malade, il ne reste en fonction que quatorze mois. Un autre géronte du Politburo, Konstantin Tchernenko, lui succède treize mois durant, avant de mourir à son tour. Au cours de l'interrègne Andropov-Tchernenko, aucun des problèmes majeurs de l'U […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_91805

Pour citer l’article

« ANDROPOV IOURI VLADIMIROVITCH - (1914-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iouri-vladimirovitch-andropov/