CARAGIALE ION LUCA (1852-1912)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre de la petite bourgeoisie

Caragiale est avant tout un auteur comique. Il fustige les mœurs de ses contemporains à une époque où la Roumanie accède, du point de vue politique, social et économique, au statut d'État moderne. Époque de transition fertile en contrastes et aussi en heurts entre la vieille civilisation rurale, traditionnelle, fortement hiérarchisée, mais sans classe moyenne ni bourgeoisie solide, et un nouveau monde caractérisé par les premiers développements d'une certaine démocratie politique, par l'essor de la classe des commerçants et des petits fonctionnaires, par la rapide extension de la civilisation urbaine. Plutôt que la ville, c'est le faubourg que peint Caragiale, la mahala, qui accueille ou recueille un surcroît de population attiré par le prestige des grands centres et le plus souvent déçu dans ses espoirs d'ascension sociale ou de prospérité.

Ce monde médiocre de petite bourgeoisie suburbaine bucarestoise est présenté par Caragiale dans sa première comédie, O noapte furtunoasǎ (Une nuit orageuse, 1878), où l'on voit un marchand de bois de charpente, capitaine de la garde civique, s'égarer, tout au long d'une nuit de veille héroï-comique, dans ses soupçons envers sa femme : elle le trompe avec son commis et non, comme il le croyait, avec le familier de la maison, le personnage un peu inquiétant de Ricǎ Venturiano, « étudiant en droit et publiciste », pur produit d'une société favorable à tous les arrivismes et visiblement promis à une carrière de politicien plus ou moins véreux.

En 1880, Caragiale fait jouer une « farce » en un acte, intitulée Conul Leonida faţǎ cu reacţiunea (Monsieur Léonidas face à la réaction). Le bonhomme Léonidas n'a pas le courage du Spartiate dont il porte le nom : il est dans sa chambre à coucher, avec sa femme, et pérore sur les avantages de la démocratie et du progressisme social. Mais il lui suffit d'entendre du vacarme dans la rue pour croire que la réaction passe à l'émeute et pour prendre peur. Sa panique burlesque s'achève [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales et à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CARAGIALE ION LUCA (1852-1912)  » est également traité dans :

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 946 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La fermentation du xixe siècle »  : […] La littérature roumaine moderne commence vers le premier tiers du xix e  siècle. Comme elle n'a connu ni Renaissance ni classicisme et n'a pas participé non plus à la révolution romantique, elle accueille avec une égale faveur toutes les influences littéraires qui lui parviennent de l'Occident. Mais des écrivains originaux surgissent, qu'inspirent la poésie des ruines, le passé national, la nature […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GUILLERMOU, « CARAGIALE ION LUCA - (1852-1912) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ion-luca-caragiale/