IMPLICATION, logique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme tout concept exact, l'implication prend sens dans une théorie, ici la théorie des fonctions de vérité, et elle est solidaire des autres notions de cette théorie : notions de proposition et de valeur de vérité. L'implication s'exprime par la définition du foncteur conditionnel ; la notation p ⊃ q, ou p → q, se lit : « p implique q » ou « si p alors q ». La vérité ou la fausseté de la proposition complexe exprimée par l'énoncé conditionnel ne dépend pas des affinités sémantiques entre les propositions élémentaires (notions intuitives et obscures de dépendance, de causalité), mais seulement des valeurs de vérité des propositions : le foncteur conditionnel est un foncteur de vérité. Sa définition se fait par les conditions de vérité de la proposition complexe : l'implication p ⊃ q est fausse si p est vrai et q faux ; elle est vraie dans tous les autres cas. D'où les lois paradoxales de cette implication (que l'on appelle implication matérielle) : du faux suit n'importe quoi ; une proposition vraie est impliquée par n'importe quelle proposition. D'où aussi les objections de C. I. Lewis, formulées en 1932, qui l'amènent à introduire, avec les notions modales de nécessité et de possibilité, l'implication stricte, à la fois plus conforme à l'idée intuitive d'implication et, estimait-il, plus fidèle à son usage dans le raisonnement mathématique. On lui a reproché d'incorporer directement les notions modales et les suggestions du sens commun à la théorie. (Noter que l'usage de l'implication formelle est réservé à la logique des prédicats.)

—  Françoise ARMENGAUD

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  IMPLICATION, logique  » est également traité dans :

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 996 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique aristotélicienne »  : […] Bien qu'Aristote traite les syllogismes comme des inférences, au sens strict, un syllogisme catégorique est une proposition conditionnelle complexe – une implication – de la forme (pq) → r. Il se compose de trois propositions (deux prémisses p et q et une conclusion r) et comprend trois termes ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_42236

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le syllogisme en cinq parties »  : […] Bien entendu, la validité du raisonnement dépend de la relation d'implication qui unit raison et conséquence, relation qui à l'origine n'avait été perçue que sur le mode paradigmatique, à travers exemple et contre-exemple. Après que les œuvres critiques de Dignāga et de Dharmakīrti eurent rendu plus clair le caractère général de l'implication, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/#i_42236

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique modale traditionnelle »  : […] La logique modale sera ultérieurement développée par ceux-ci et par les mégariques, qui cherchent en particulier à définir l'implication en termes modaux. Celle-ci se distingue, pour Diodore Cronos, du conditionnel (implication matérielle) tel que l'interprétait Philon et Mégare (« si p alors q » est vrai si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/#i_42236

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Le régime de la question »  : […] d'inclusion (a toto, a parte), c'est-à-dire d'implication entre propositions de qualité identique, de coextension (a pari) – bi-implication entre propositions de qualité identique – et d'exclusion (ab oppositis, ab immediate contrariis) – implication ou bi-implication entre propositions de qualité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_42236

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « Principia » et le calcul des propositions »  : […] et en créant un symbolisme logique cohérent permettant d'en exprimer les structures. Elle est une théorie de l'implication, distincte de l'inférence, du jugement et du concept. Cette implication privilégiée est déterminante. Elle constitue le fondement de ces derniers. Il convient de partir du rapport entre propositions et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-russell/#i_42236

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 431 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sémantèmes »  : […] ont discuté des conditions de vérité des propositions complexes. Philon de Larisse donne de la vérité de l'implication une définition qui est celle d'aujourd'hui : « Si p, alors q » est vrai si p et le contraire de q ne sont pas vrais tous les deux. Diodore Cronos pose un critère qui équivaut à : « Si p, alors q » est vrai si, quand p est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoicisme/#i_42236

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « IMPLICATION, logique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/implication-logique/