IBAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ethnie proto-malaise de la côte de Bornéo. Les Iban vivent le long de la côte de Sarawak dont ils constituent, au début du xxie siècle, 30 p. 100 de la population, soit 700 000 personnes environ, et appartiennent au groupe ethnique des Dayak, ou Dyal. Ils sont, par suite d'une confusion due aux Européens, souvent nommés « Dayak de la mer ».

Vivant sur un territoire distinct de celui des Dayak proprement dits et séparés de ces derniers par la rivière Sadong, les Iban sont formés de sous-groupes : Saribag, Skrang, Undup, Ulu Ai, Lemanak, Balau et Sebuyan. Concentrés autrefois dans la proche région entourant Sarawak, à la frontière de l'actuel sultanat de Brunéi, les Iban se sont répandus dans toute l'île de Bornéo. Si les différents groupes iban ont un même système religieux et usent des mêmes rites, leur langue, bien que commune, présente quelques différences secondaires ; l'anthropologue Raymond Kennedy la relie au vieux malais qui était encore parlé à Sumatra avant l'expansion de l'islām et la distingue nettement des autres langues parlées à Bornéo.

Les Iban viendraient de Sumatra, d'où ils auraient émigré pour chercher des terres cultivables ; l'émigration se serait accompagnée de conflits armés, de la réduction en esclavage de tous les vaincus et d'une chasse aux têtes, dont la pratique n'a cessé qu'en 1920. Sédentarisés, les Iban travaillent aujourd'hui dans les plantations d'hévéas et sont christianisés. Les Iban habitent de « longues maisons » contenant de dix à quatorze cellules d'habitation (chacune abritant une famille) établies sur pilotis. Ces constructions présentent une galerie centrale qui sert de lieu de rencontre et d'aire pour les cérémonies. Les champs étant souvent fort distants des habitations, les Iban édifient des abris provisoires dans leurs raï et y séjournent une grande partie de l'année. L'économie repose à la fois sur les produits de la forêt et sur la culture du riz ; traditionnelle, celle-ci s'opère sur brûlis, pratique à laquelle est lié le respect de divers tabous ; autrefois, selon Freeman, un sacrifice humain inaugurait le début de chaque cycle agraire. Utilisé deux ans, chaque brûlis est laissé ensuite vingt ans en jachère. Si le riz gluant sert, outre sa consommation directe, à faire de la bière de riz, concombres, citrouilles et gourdes font office de cultures d'appoint. La chasse (cochons sauvages, en particulier) et la pêche apportent un complément appréciable, les chiens et les poulets servant plutôt aux sacrifices. L'artisanat iban se concentre dans la production de tissages, de canots de guerre fort décorés et dans une métallurgie traditionnelle des plus développées. Le tatouage des hommes ainsi que l'ébrasion et le laquage des dents des adultes des deux sexes sont des activités appréciées.

Endogames et préférant se marier à l'intérieur des « grandes maisons », les Iban encouragent les relations prénuptiales ; le paiement du « prix de la fiancée » n'est pas une pratique systématique. Monogames, les Iban interdisent la polygamie ; ils tolèrent le divorce, moyennant dédommagement du conjoint. La famille, ou bilek, est la cellule de base, tous les enfants des deux sexes y jouissant d'un même droit à l'héritage. Chaque « grande maison » forme une communauté autonome dirigée par un chef, le tuai rumah.

Guerriers farouches, craints pour leurs campagnes de chasse aux têtes — qu'ils faisaient fumer pour les bien conserver —, les Iban donnaient à cette pratique une signification mythique et religieuse. Pratiquant la divination et honorant de nombreux esprits, ils se disent issus d'un même dieu, Sengalang Burong, et sont chamanistes. À la différence des corps des simples défunts, qui sont exposés sur une plate-forme immédiatement après la mort, ceux des chamanes sont mis dans des cercueils qu'on accroche aux branches d'un arbre. Un an après le décès, le corps du défunt est enseveli, une hutte de bois construite sur la sépulture et une fête des morts (gawaï autu) se déroule, réglée par de nombreuses cérémonies. Elle permet aux Iban de communier avec l'esprit des morts.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IBAN  » est également traité dans :

DAYAK

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 494 mots
  •  • 1 média

Les Dayak forment la population indigène de Bornéo , divisée en environ 450 groupes ethniques. La population de l'île se range en deux grandes catégories : les peuples de la côte, où prédominent les Malais et qui comprennent également des peuples venus d'autres parties de l'Indonésie (Bougi des îles Célèbes, Javanais...) et des immigrants chinois ; les populations indigènes des montagnes de l'inté […] Lire la suite

MALAISIE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Nathalie FAU, 
  • Denys LOMBARD
  • , Universalis
  •  • 17 187 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Un carrefour de peuplement »  : […] La composition ethnique conventionnelle en Malaysia s'effectue entre « Malais » (54 p. 100 de la population totale du pays en 2000), « Chinois » (25,5 p. 100), « Indiens » (7,5 p. 100) et « Autres ». La population de l'île de Bornéo se distingue ethniquement de celle du continent. Si les populations aborigènes, ou Orang Asli , classées parmi les « Malais », ne constituent plus de nos jours que des […] Lire la suite

PUNAN

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 786 mots

Tribus nomades habitant les forêts intérieures de l'île de Bornéo, les Punan, ou Penan, ont pour sous-groupes principaux les Aput, les Bah, les Basat, les Bukat, les Gang, les Lusong, les Magoh, les Milan, les Penyabong, les Piku, les Saputan ; jusqu'en 1947, leur existence même est demeurée incertaine. Il existe de part et d'autre de la rivière de Baram deux grands groupes punan présentant des di […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yvan BARBÉ, « IBAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/iban/