HYPNOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Technique et thérapeutique

Il existe plusieurs techniques d'induction qui varient avec l'opérateur et s'adaptent à la personnalité du sujet. Toutefois, certaines conditions sont généralement requises, en totalité ou en partie :

– diminution ou exclusion des stimulations extérieures, de manière à créer une ambiance favorable à la détente et au sommeil du sujet en position assise ou allongée ;

– fixation de l'attention, soit par un objet, soit par un groupe d'idées ; la fixation par le regard ou la fascination, bien connue du public des music-halls, relève du folklore et n'est pas utilisée par les chercheurs ;

– stimulations auditives : l'opérateur répète les suggestions d'une voix monotone ; le ton autoritaire employé autrefois a fait place à une approche plus souple adaptée aux différents cas ;

– l'établissement d'un « rapport » c'est-à-dire d'une relation de confiance entre le médecin et le malade, surtout si l'hypnose doit être utilisée dans un but thérapeutique.

L'action thérapeutique de l'hypnose s'opère généralement par voie verbale, mais peut également s'exercer par voie non verbale. Le seul fait, pour le malade, de se trouver sous hypnose sans l'intervention parlée de l'opérateur lui est parfois bénéfique, dans certains cas privilégiés. On fait ainsi des séances d'hypnose prolongée agissant comme une « cure de sommeil ». Le mode d'action de cette technique sera interprété par les tenants de l'explication physiologique (école pavlovienne) comme un effet physique bienfaisant produit par une « inhibition restauratrice » des fonctions cérébrales. Les défenseurs de la psychologie subjective parleront d'un état de régression psychologique particulière. Quelles que soient les théories, dans la pratique, l'action thérapeutique s'opère généralement par la communication verbale : cette communication se fait par des suggestions directes visant à la levée des symptômes mais peut comporter également, surtout chez les auteurs russes, un caractère persuasif et éducatif ayant pour but le recond [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Séance d'hypnose

Séance d'hypnose
Crédits : AKG

photographie

Charcot

Charcot
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

  • : docteur en médecine, directeur d'enseignement clinique à la faculté de médecine Lariboisière-Saint-Louis, université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  HYPNOSE  » est également traité dans :

ABRÉACTION

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 418 mots

Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l'allemand Abreagiren , mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l'abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d'extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique et, en conséquence, de se libérer de son poids pathogène. Parfois, le malade « abréagit » spontanément (abréa […] Lire la suite

BERNHEIM HIPPOLYTE (1840-1919)

  • Écrit par 
  • Léon CHERTOK
  •  • 422 mots

Médecin français, fondateur de l'école dite de Nancy qui se rendit célèbre par l'étude des phénomènes de suggestion et d'hypnotisme. Né à Mulhouse, Bernheim fit ses études secondaires et supérieures à Strasbourg. Reçu docteur en médecine en 1867, pour une thèse sur la myocardite aiguë, il devient professeur agrégé de clinique médicale en 1868, avec une thèse sur les fièvres typhiques. Après la gue […] Lire la suite

BRAID JAMES (1795-1860)

  • Écrit par 
  • Léon CHERTOK
  •  • 515 mots

Chirurgien écossais, James Braid est le premier expérimentateur médical de l'hypnotisme, terme qui fut d'abord employé par lui et qu'il accrédita. Né à Rylaw House, dans le Fifeshire, où son père était propriétaire terrien, il fait ses études à l'université d'Édimbourg et devient médecin à Leith, puis chirurgien dans le Lanarkshire en milieu minier. Sur le conseil d'un patient devenu son ami, il s […] Lire la suite

FARIA JOSÉ CUSTODIO DE, dit L'ABBÉ FARIA (1755 env.-1819)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 358 mots

Prêtre, professeur de philosophie et magnétiseur, élève de Franz Mesmer. D'origine portugaise, Faria est né à Goa (Inde). Après un doctorat en théologie à Rome, il s'installe à Paris en 1788. Il participe de façon assez obscure à la Révolution française et se retrouve, sous l'Empire, professeur de philosophie au lycée de Marseille. En 1812, il est arrêté par la police impériale comme adepte de Bab […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La méthode cathartique »  : […] Rendre à l'observation son sens plein, en recueillant indistinctement tous les faits et en s'abstenant de les préjuger ; puis confronter les résultats avec les artefacts produits par la situation thérapeutique, en demandant compte à l'expérience elle-même de ses réussites, de ses déviations inattendues et avant tout de ses échecs : tels sont les deux impératifs auxquels Freud a constamment subordo […] Lire la suite

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'hypnose à l'association libre »  : […] C'est d'abord à travers la pratique de l'hypnose (1887) que se révèle à Freud l'impossibilité d'identifier psychique et conscient. Lorsque des ordres sont donnés à un sujet hypnotisé et qu'il s'y soumet après son réveil, c'est bien la preuve que la parole du médecin a mis en branle un certain nombre de mécanismes sans que le malade en sache rien. Quelque chose qui échappe totalement à la conscien […] Lire la suite

LIÉBEAULT AUGUSTE AMBROISE (1823-1904)

  • Écrit par 
  • Léon CHERTOK
  •  • 467 mots

Médecin français, Auguste Ambroise Liébeault s'est occupé toute sa vie de l'hypnose expérimentale. Né à Favières, (en Lorraine), dans une famille paysanne, et destiné à la prêtrise par ses parents, il quitte le séminaire à l'âge de vingt et un ans pour entreprendre des études médicales à Strasbourg. Il s'intéresse, dès cette époque, au « magnétisme animal », mais ses maîtres le dissuadent de persé […] Lire la suite

MANNONI OCTAVE (1899-1989)

  • Écrit par 
  • François ROUSTANG
  •  • 1 260 mots

Pour comprendre l'importance et l'originalité de l'œuvre d'Octave Mannoni, il faut la situer avec son auteur dans la petite histoire de la psychanalyse française. Lorsqu'il commence son analyse avec Jacques Lacan en 1945, ce n'est pas un jeune homme en quête d'avenir qui se présente. Sa formation intellectuelle et personnelle est achevée. Il a été professeur de philosophie à Madagascar, puis il y […] Lire la suite

PSYCHOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 5 133 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Pinel à Freud »  : […] On peut attribuer à Philippe Pinel (1745-1826) l'idée de recourir à la psychothérapie comme à une thérapeutique psychiatrique parmi d'autres. Cet usage est lié chez lui à une perspective philanthropique qui interdit de considérer la maladie mentale sans tenir compte de l'homme malade. Pinel et ses élèves conçoivent la psychothérapie comme une forme d'assistance humaine qui ne préjuge pas de l'ori […] Lire la suite

SUGGESTION, psychologie

  • Écrit par 
  • Sophie SPITZ
  •  • 693 mots

Est suggestion toute idée, toute parole, toute impression qui agit sur le psychisme du sujet et se transforme en acte. Les travaux d'Hippolyte Bernheim (1837-1919), médecin chef de file de l'école de Nancy, sur la suggestion ont d'abord pour enjeu de dégager la question de son apparence mystique et de tout ce qui pourrait faire concevoir la suggestion comme un phénomène « merveilleux ». Bernheim r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Léon CHERTOK, « HYPNOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypnose/