BRAID JAMES (1795-1860)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chirurgien écossais, James Braid est le premier expérimentateur médical de l'hypnotisme, terme qui fut d'abord employé par lui et qu'il accrédita. Né à Rylaw House, dans le Fifeshire, où son père était propriétaire terrien, il fait ses études à l'université d'Édimbourg et devient médecin à Leith, puis chirurgien dans le Lanarkshire en milieu minier. Sur le conseil d'un patient devenu son ami, il s'installe à Manchester, où il acquiert rapidement une popularité importante, spécialement en orthopédie.

En 1841, il assiste à une séance de magnétisme animal, effectuée par un disciple itinérant de Franz Anton Mesmer, La Fontaine. Sceptique à propos de ce phénomène, il se livre à ses propres investigations. Il en arrive à la conclusion que, si l'imagination joue un rôle dans le domaine du « sommeil critique », il n'en reste pas moins que celui-ci constitue un état particulier, différent du sommeil. Il met alors au point une méthode destinée à produire cet état : il suffit au sujet de fixer une surface brillante et de se maintenir dans cette attitude de concentration. Braid prouve ainsi que c'est le sujet lui-même qui se place en sommeil critique et qu'il n'existe aucune influence magnétique passant de l'opérateur au sujet, qu'il n'existe pas de fluide universel. Il nomme sa pratique « neuro-hypnotisme », puis « hypnotisme », mot dont l'emploi se généralisera par la suite.

Après une rapide réponse à un sermon sur le mesmérisme publiée en 1842, Braid fait paraître, en 1843, son ouvrage fondamental, La Neurhypnologie ou explication rationnelle du sommeil nerveux dans sa relation au magnétisme animal (Neurhypnology or the Rationale of Nervous Sleep, Considered in Relation with Animal Magnetism). Il y affirme que le phénomène hypnotique est uniquement induit par une impression produite sur les centres nerveux. Il espère, en produisant ce phénomène, obtenir des guérisons de désordres fonctionnels généralement incurables. De fait, il arrive à des résultats spectaculaires en ce qui concerne les tics douloureux (la future « maladie de Gilles de la Tourette »), la paralysie, l'aphasie, les rhumatismes, les maux de tête, les palpitations, les maladies de la peau, etc.

Braid poursuivit ses expériences dont il rendit compte dans Le Pouvoir de l'esprit sur le corps (1846), Observation à propos de la transe (1850), Le Phénomène électro-biologique (1851-1852). Il relate ses thérapeutiques, en 1853, dans un livre à la suite duquel le Zoist, journal mesmérien, le prend à parti. Il y répond, en 1855, dans La Physiologie de la fascination et critique de la critique. Les travaux de Braid sont connus en France, à partir de 1859, grâce à Azam et à Velpeau. Ils sont repris et amplifiés ensuite par A. A. Liébeault, H. Bernheim et l'école de Nancy, d'une part, par Charcot et l'école de la Salpêtrière, d'autre part.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en médecine, directeur d'enseignement clinique à la faculté de médecine Lariboisière-Saint-Louis, université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  BRAID JAMES (1795-1860)  » est également traité dans :

HYPNOSE

  • Écrit par 
  • Léon CHERTOK
  •  • 3 524 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du magnétisme animal aux écoles de Nancy et de la Salpêtrière »  : […] Le problème de la définition de l'hypnose est difficile puisqu'on n'a pas encore d'explication satisfaisante de cet état. Parmi les descriptions qui en ont été données, la plus élaborée est celle de l'Association médicale britannique (1955) : « L'hypnose est un état passager d'attention modifiée chez le sujet, état qui peut être produit par une autre personne et dans lequel divers phénomènes peuve […] Lire la suite

SUGGESTION, psychologie

  • Écrit par 
  • Sophie SPITZ
  •  • 693 mots

Est suggestion toute idée, toute parole, toute impression qui agit sur le psychisme du sujet et se transforme en acte. Les travaux d'Hippolyte Bernheim (1837-1919), médecin chef de file de l'école de Nancy, sur la suggestion ont d'abord pour enjeu de dégager la question de son apparence mystique et de tout ce qui pourrait faire concevoir la suggestion comme un phénomène « merveilleux ». Bernheim r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Léon CHERTOK, « BRAID JAMES - (1795-1860) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-braid/