BOGART HUMPHREY (1899-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des rôles de composition

Après ces quatre films qui consacrent définitivement la légende d'Humphrey Bogart, l'acteur reprend le dessus et paraît rechercher des rôles de composition, en particulier grâce à la création de sa propre maison de production. John Huston, le fidèle complice, lui en fournit le premier l'occasion en le transformant en aventurier hirsute et débraillé dans Le Trésor de la Sierra Madre (The Treasure of the Sierra Madre, 1948). Quelques années plus tard, le réalisateur et l'acteur creuseront ce sillon de manière magistrale avec The African Queen (1951) : Bogart y campe un truculent capitaine Charlie Allnut, contraint à une traversée pleine d'embûches en compagnie de Miss Rose Sayer (Katharine Hepburn), vieille fille de missionnaire. Leurs joutes verbales, puis leur histoire d'amour pleine d'humour et de tendresse, loin des stéréotypes hollywoodiens, affirment sans ambiguïtés que la personnalité d'Humphrey Bogart ne se réduit pas à un charisme peu commun : il possède un vrai talent d'acteur, subtil et savoureux.

L'acteur donne également sa chance au jeune Nicholas Ray en produisant et interprétant Les Ruelles du malheur (Knock on Any Door, 1949), et surtout Le Violent (In a Lonely Place, 1950). Désormais la preuve en est faite, même si des œuvres comme Ouragan sur le Caine (The Caine Mutiny, Edward Dmytryk, 1954) ou La Main gauche du Seigneur (The Left Hand of God, Edward Dmytryk, 1955) sont loin de posséder l'élégance et la finesse des réalisations de John Huston ou de Richard Brooks (Bas les masques[Deadline USA], 1952).

Humphrey Bogart s'est dit mal à l'aise dans la comédie, et Sabrina (1954) fut un mauvais souvenir, tant pour lui que pour son réalisateur Billy Wilder. Pourtant le film est délicieux et sa composition d'homme d'affaires endurci qui dépoussière un vieux gramophone et un 78 tours rayé (« Yes, we have no bananas ») pour séduire l'exquise [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

The African Queen, de John Huston

The African Queen, de John Huston
Crédits : Horizon Pictures and Romulus Films Ltd./ Collection privée

photographie

Casablanca, M. Curtiz

Casablanca, M. Curtiz
Crédits : Picture Post/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Lauren Bacall

Lauren Bacall
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, membre du comité de rédaction de la revue Positif

Classification

Autres références

«  BOGART HUMPHREY (1899-1957)  » est également traité dans :

BACALL LAUREN (1924-2014)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'un couple »  : […] Betty Bacal n'a que dix-huit ans lorsque Hawks l'engage et la forme durant de nombreux mois, changeant jusqu'à son nom en Lauren Bacall, avant de la faire jouer dans Le Port de l'angoisse ( To Have and Have Not , 1944). Hawks avait beaucoup transformé, avec la collaboration de William Faulkner et de Jules Furthman, le roman d'Ernest Hemingway, conservant ce qui correspond au premier quart du fi […] Lire la suite

CASABLANCA, film de Michael Curtiz

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un film prototype »  : […] Avec Casablanca , il s'agissait surtout pour les studios de la Warner Bros de faire une réplique du mélodrame à succès Algiers (1938) de John Cromwell, qui avait permis de renflouer les fonds du studio concurrent, les Artistes Associés. Les droits de la pièce initiale, Everybody Comes to Rick's, sont rachetés pour la modique somme de 20 000 dollars. Soucieuse d'accélérer le processus, la product […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Welles et Bogart »  : […] Le coup de force de Citizen Kane (1941) sera aussi déterminant pour les vingt années à venir que celui, en son temps, de Naissance d'une nation . En 1915 s'affirmait l'unité américaine ; en 1941, cette unité se brise en la personne d'un Américain exemplaire. Le journaliste qui enquête sur la personnalité fabuleuse du citoyen Kane ne réunit que des bribes, des cendres, le bric-à-brac hétéroclite d […] Lire la suite

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 324 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une morale ambiguë »  : […] À la fin d'une histoire policière est expliqué le crime, c'est-à-dire un aspect de la nature humaine. Dans les serials du cinéma muet, tout était simple : les bons d'un côté, les méchants de l'autre. Mais, avec l'avènement du film noir, la présence simultanée du Bien et du Mal en une même personne constitue le thème central du film. « Vous croyez que le bien c'est la lumière et que l'ombre c'est […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 604 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Comment se fabrique une étoile »  : […] La vedette d'un film est l'interprète suffisamment connu(e) pour que le public dise en parlant de lui (ou d'elle) : « Un film de X...  » Cette coutume, sur laquelle J. G. Auriol s'interrogeait déjà en 1946, fait moins du film « l'œuvre » de l'interprète que son domaine, sa propriété (et sa vitrine) : c'est lui, ou elle, qu'on va voir dans son film. Tous les films d'une star forment, aux yeux de so […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « BOGART HUMPHREY - (1899-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/humphrey-bogart/