HUANGHE [HOUANG-HO] ou FLEUVE JAUNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le régime du fleuve et ses facteurs

Le volume des eaux roulées par le fleuve Jaune n'est guère en rapport avec la taille du fleuve et de son bassin : 47 milliards de mètres cubes par an, soit deux fois moins que le Rhin et vingt fois moins que le Yangzi. Le bassin du fleuve Jaune ne reçoit en effet en moyenne que 400 millimètres de pluies par an : les deux tiers tombent en été en de violentes averses qui déterminent alors une crue énorme et soudaine, pouvant atteindre 20 000 mètres cubes par seconde (débit moyen 1 300 m3/s), un maximum de 36 000 mètres cubes par seconde ayant été enregistré en août 1843. Ces hautes eaux proviennent du bassin moyen du fleuve et en particulier du bassin de son principal affluent, la rivière Wei, où elles ne trouvent pas de zone d'inondation où elles pourraient s'atténuer. Il en résulte une progression rapide et puissante vers la Grande Plaine du Nord, ainsi périodiquement menacée et souvent dévastée malgré les 1 800 kilomètres de digues qui ont été établies tout le long du cours inférieur.

Le lœss qui recouvre sur des épaisseurs de plusieurs dizaines de mètres près du tiers du bassin du fleuve Jaune est la proie d'une érosion fantastique (10 000 t enlevées par kilomètre carré chaque année dans les régions les plus gravement touchées). Aussi le fleuve Jaune connaît-il une turbidité sans égale : 34 kilos de boues par mètre cube d'eau en moyenne, et jusqu'à 500 kilos par mètre cube en crue. C'est ainsi une charge solide de 1 300 millions de tonnes qui est roulée en moyenne chaque année, dont le tiers se dépose entre Mengxian et Lekou sur le cours inférieur du fleuve, qui, exhaussé progressivement, coule entre ses digues au-dessus du niveau de la plaine (qu'il surplombe parfois de 10 m !).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  HUANGHE [ HOUANG-HO ] ou FLEUVE JAUNE  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations continentales

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 5 054 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Accumulation éolienne »  : […] Comme les eaux courantes, le vent a une activité de transport et d'accumulation. Cette activité se situe dans le prolongement de la déflation qu'il exerce aux dépens des formations superficielles meubles. Les observations de terrain ainsi que l'expérimentation en soufflerie montrent que cette prise en charge ne concerne que les éléments ne dépassant pas 0,50 mm de diamètre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accumulations-geologie-accumulations-continentales/#i_21823

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Shanxi »  : […] La province du Shanxi est devenue à partir des années 1980 une importante base énergétique, disposant de quelque 200 milliards de tonnes de houille, avec une extraction dans plus de deux mille sites essentiellement répartis entre les bassins de Datong, Taiyuan et Yangquan, tandis que des exploitations géantes à ciel ouvert ont été entreprises à la fin des années 1980 avec participation étrang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_21823

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les cultures néolithiques »  : […] Il n'est pas possible de séparer les cultures néolithiques évoluées de la fin du III e  millénaire des débuts de la civilisation du Bronze qui leur ont succédé dans la vallée du fleuve Jaune (Huanghe). Bien des traits caractéristiques de la civilisation du Bronze sont attestés en effet dès le Néolithique : formes des poteries, construction par damage de la terre, habitatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21823

GRAND CANAL, Chine

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 984 mots

Les grands fleuves qui traversent le sous-continent chinois coulent d'ouest en est. Si l'idée de creuser des canaux faisant communiquer les différents drainages du nord au sud remonte à l'Antiquité, l'aménagement d'un boulevard fluvial continu date de la réunification de l'empire par les Sui : il répondait au besoin d'approvisionner la métropole et les frontières stratégiques, situées au nord, ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grand-canal-chine/#i_21823

INONDATIONS

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 4 241 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les crues des fleuves »  : […] Le débordement des eaux d'un fleuve hors de son lit mineur, pour emplir son lit moyen ou son lit majeur , se produit généralement après des périodes plus ou moins longues de précipitations qui n'ont pas besoin d'être particulièrement intenses. Ce type d'inondation, le plus fréquent, n'est pas soudain et les habitants des régions concernées peuvent observer la montée des eaux jusqu'à ce qu'ils soi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inondations/#i_21823

JINAN [TSI-NAN]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 279 mots
  •  • 1 média

Avec 6 millions d'habitants en 2006, Jinan, située sur la rive droite du bas Huanghe (fleuve Jaune), est la capitale de la province chinoise du Shandong. Ville marchande, centre de batellerie, elle vit s'implanter ses premières industries au début du xx e siècle, avec la construction du réseau ferré qui la mit à la jonction des lignes Pékin-Tianji […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jinan-tsi-nan/#i_21823

KAIFENG [K'AI-FONG]

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 015 mots

Située dans la province chinoise du Henan, au cœur de la grande plaine du Nord et sur la rive sud du fleuve Jaune, Kaifeng (alors appelée Daliang) connaît sa première période de gloire à l'époque des Royaumes combattants : le roi Hui de Wei (qui règne de ~ 370 à ~ 335) y attire les penseurs les plus renommés, tel Mencius, et en fait pour un temps la capitale intellectuelle de la Chine. La ville re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaifeng-k-ai-fong/#i_21823

LANZHOU [LAN-TCHEOU]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 319 mots
  •  • 1 média

Capitale de la province chinoise du Gansu, Lanzhou (3 140 000 hab. en 2006) est située sur le fleuve Jaune, au cœur d'une plaine qui constitue la région agricole la plus riche de la province. La position de la ville est très remarquable : elle commande la grande voie (qui fut la route de la soie) reliant la Chine orientale à l'Asie centrale, voie que rejoignent ici les routes venues du Ningxia et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanzhou-lan-tcheou/#i_21823

ORDOS

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 1 142 mots

Nom désignant à la fois un peuple mongol et la contrée qu'il occupe depuis la fin du xv e  siècle : en gros le Hetao (ou Borotoqai en mongol), soit la région comprise dans la grande boucle que dessine le fleuve Jaune au nord de la grande muraille de Chine (des divagations du fleuve Jaune postérieures au xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordos/#i_21823

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre TROLLIET, « HUANGHE [HOUANG-HO] ou FLEUVE JAUNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/huanghe-fleuve-jaune/