HOPKINS sir FREDERICK GOWLAND (1861-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biochimiste anglais qui fut le seul parmi ses contemporains à formuler correctement les problèmes de la biochimie et à les présenter d'une manière accessible à la logique et à l'expérimentation. Sa vision d'ensemble des mécanismes biochimiques et de leurs relations avec la vie, de la reproduction, du fonctionnement de la cellule a permis à la biochimie d'émerger et d'exister en tant que discipline constituée. Né à Eastbourne (Grande-Bretagne), Hopkins doit interrompre ses études faute de moyens financiers. Il entre à dix-sept ans comme apprenti chimiste dans un laboratoire de Cambridge ; il y reste trois ans jusqu'à ce qu'un héritage opportun lui permette de s'inscrire à la Royal School of Mines de South Kensington, et peu après à l'Institut de chimie dans une section de chimie appliquée. Il réussit brillamment ses examens et il est engagé par un expert du tribunal de Londres pour effectuer des analyses toxicologiques dans les cas d'empoisonnements criminels. Dans le même temps, il prépare une licence de sciences à l'université de Londres et, en 1888, il entreprend des études de médecine qu'il achève en 1894. Après avoir enseigné quelque temps la toxicologie et la physiologie, il accepte un poste à l'université de Cambridge, y enseigne la chimie physiologique, tout en se livrant à la recherche. Pour subvenir à ses besoins, il dirige également les étudiants en médecine de l'Emmanuel College, dont il devient en 1906 le directeur des études scientifiques. À Cambridge, il déploie tous ses efforts pour promouvoir la biochimie et pour la faire considérer comme une discipline distincte de la chimie et de la physiologie. En 1914, l'université de Cambridge fonde une chaire de biochimie, dont il sera le premier titulaire. En 1929, il reçoit le prix Nobel de médecine « ... pour la découverte des vitamines stimulant la croissance... ».

Frederick Gowland Hopkins

Frederick Gowland Hopkins

Photographie

Le Britannique Frederick Gowland Hopkins (1861-1947) et sa fille, en 1943. Il a reçu le prix Nobel de médecine en 1929 pour la découverte des vitamines stimulant la croissance. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Ses premiers travaux sont révélateurs de l'impact qu'eut la chimie analytique sur la chimie physiologique. Hopkins fut un des rares pionniers de son époque à réa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOPKINS sir FREDERICK GOWLAND (1861-1947)  » est également traité dans :

EIJKMAN CHRISTIAAN (1858-1930)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 502 mots

Médecin militaire néerlandais, né à Nijkerk (Gelderland) en 1858, mort à Utrecht en 1930. Formé à l'université d'Amsterdam (1881), chercheur puis directeur de l'école médicale de Java (1888-1896), Eijkman est par la suite nommé professeur d'hygiène et médecine légale à l'université d'Utrecht (1898). Eijkman, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1929 conjointement au Britannique Frederick Gowla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christiaan-eijkman/#i_48330

Pour citer l’article

Pierrette KOURILSKY, « HOPKINS sir FREDERICK GOWLAND - (1861-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hopkins-sir-frederick-gowland/