SÉRIELLE HISTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du triomphe à la remise en cause

Cette autonomisation des objets d'histoire, le long de séries envisagées de manière indépendante, explique en partie le large succès de l'histoire sérielle appliquée à toutes les régions françaises (par exemple René Baehrel, Une croissance : la Basse-Provence rurale, fin du XVIe siècle-1789, 1961) et à d'autres aires culturelles (P. Chaunu, Séville et l'Atlantique 1504-1650, 1959-1960), avec un accent sur la période moderne. Ce succès tient aussi à la capacité à inventer des sources en dehors des sources structurellement numériques (sources fiscales). Ainsi, les registres paroissiaux sont détournés pour établir des indicateurs de substitution de la démographie et des pratiques contraceptives. Des documents sans valeur numérique constitués en série sont sollicités : les testaments, pour l'évolution du sentiment religieux (Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle. Les attitudes devant la mort d'après les clauses des testaments, 1973). Même des sources purement qualitatives, comme les sources iconographiques, sont mises en série.

Parti de l'histoire économique, l'élan sériel s'applique ensuite à l'histoire démographique avec la méthode de reconstitution des familles (travaux de Louis Henry à l'INED, et thèse de Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, 1960). Puis il s'engage sur la voie d'une histoire sociale pour atteindre enfin ce que P. Chaunu appela le « troisième niveau », celui de la culture, des mentalités et des croyances. Le succès de la démarche tient à sa capacité à dessiner d'abord des conjonctures, des moments d'entrecroisement des différentes courbes qui scandent les inflexions historiques. Puis l'histoire sérielle établit le système de relation des paramètres mesurés, population, prix, production, comme le réalise Emmanuel Le Roy Ladurie dans sa thèse (Les Paysans du Languedoc, 1966) où elle lui permet de dégager l'image d'une société bloquée selon le schéma malthusien.

De la convergence ou de la divergence des courbes, la démarche dégage des modèles de description des phénomènes historiques comme la crise d'Ancien Régime avec pour moteur la crise de subsistance. Dans le modèle labroussien de la crise d'Ancien Régime, la primauté des courbes de prix ne masque pas la visée essentielle, l'explication de l'événement révolutionnaire. Il en va différemment au moment où la méthode des séries devient « l'histoire sérielle ». Chaque processus étudié impose au temps une périodisation déterminée. Il n'y a plus d'histoire mais des « histoires en miettes » (François Dosse, L'Histoire en miettes, 1987).

Ainsi, l'histoire sérielle implique la fin de l'ambition d'une histoire totale, remise à plus tard. « Délaissant les continuités d'une évolution historique, les historiens s'attachent aux discontinuités entre séries partielles de fragments d'histoire » (F. Dosse). Échec de l'historien à rendre compte de l'histoire, échec de l'homme à agir dans l'histoire, l'histoire sérielle serait donc une illustration de la mort du sujet et de l'humanisme proclamée dans les années 1960 par Michel Foucault. La mise en valeur des inerties, propre à l'histoire sérielle, que F. Furet célébrait comme antidote à l'histoire événementielle, devient le symptôme de l'impuissance des hommes à agir sur l'histoire.

L'histoire sérielle a disparu comme mode : l'historien n'est pas devenu informaticien, comme le prophétisait Emmanuel Le Roy Ladurie (1969). Et l'absence d'une entrée « quantitative » ou « sérielle » dans les bilans sur le métier d'historien illustre ce changement ; l'histoire sérielle a sans doute vécu comme programme épistémologique, toutefois les arguments quantitatifs font aujourd'hui partie intégrante du métier d'historien.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, Institut d'études politiques, université de Lille-II

Classification

Autres références

«  SÉRIELLE HISTOIRE  » est également traité dans :

HISTOIRE (Domaines et champs) - Anthropologie historique

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 3 164 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au-delà de l'histoire quantitative »  : […] Deux historiens ont joué un rôle essentiel dans ce développement. Dans La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II (1949), Fernand Braudel poursuit un projet d'histoire totale. Il cherche à montrer avec assez d'ampleur comment interagissent différents niveaux de la réalité historique et surtout différents types de temporalité pour comprendre le mouvement de l'histoire dan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier LÉVY-DUMOULIN, « SÉRIELLE HISTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-serielle/